Ouvrir le menu principal

Jean-Louis Leclerc (homme politique, 1767-1822)

personnalité politique française
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Leclerc.
Ne doit pas être confondu avec Jean-Louis Leclerc (homme politique, 1786-1873).
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres membres de la famille, voir Famille Leclerc (Pontoise).

Jean-Louis Leclerc
Fonctions
Député de Seine-et-Oise
4 nivôse an VIII29 germinal an XII
( - )
Législature Corps législatif (Consulat)
Coalition Majorité
Préfet de la Meuse
29 germinal an XII ()[1]
Prédécesseur Pierre Saulnier
Successeur Louis de Beaupoil, comte de Sainte-Aulaire
Maire de Montiers (Oise)[1]
vers 1816
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Pontoise
Date de décès (à 54 ans)
Lieu de décès Château de Montiers
Père Jean Paul Leclerc (1735-1790)
Mère Louise Musquinet (née en 1743)
Profession Officier de cavalerie

Signature de Jean-Louis Leclerc
Liste des députés de Seine-et-Oise
Préfets napoléoniens
Liste des préfets de la Meuse

Jean-Louis, comte Leclerc (° [1] - Pontoise[1] - Château de Montiers), est un militaire, homme politique et administrateur français des XVIIIe et XIXe siècles.

Sommaire

BiographieModifier

Fils aîné d'un conseiller du roi au grenier à sel de Pontoise, Jean-Louis Leclerc, officier d'infanterie, servit plusieurs années avec son frère puîné, devenu depuis le général Leclerc beau-frère de Napoléon Bonaparte et commandant de l'expédition de Saint-Domingue. L'aîné, lui, servit sur le continent et prit part aux campagnes d'Italie  .

Nommé, par le Sénat conservateur, le 4 nivôse an VIII, député de Seine-et-Oise au Corps législatif, il devint membre de la Légion d'honneur le 25 prairial an XII, et fut appelé, le 29 germinal suivant, à la préfecture de la Meuse, fonctions qu'il occupa jusqu'en 1813, époque à laquelle il fut destitué[2].

Comte de l'Empire () et officier de la Légion d'honneur (), il se désintéressa des affaires publiques après la première abdication de l'Empereur (traité de Fontainebleau (1814)) et refusa une préfecture importante[3] que Napoléon lui offrit au retour de l'île d'Elbe.

Le comte Leclerc fut, sous la Restauration française, maire de la commune de Montiers[1] (arrondissement de Clermont, département de l'Oise).

TitresModifier

DistinctionsModifier

ArmoiriesModifier

Image Armoiries
Armes du comte Leclerc et de l'Empire

Écartelé au premier de comtes pris pami les préfets, au deuxième d'azur à la pensée d'or, surmontée d'un soleil levant, cantonné à dextre en chef du même, au troisième d'argent à la tête de maure de sable tortillée et colletée d'or ; au quatrième d'azur à trois têtes de cheval d'argent.[5],[4]

Notes et référencesModifier

  1. a b c d e et f « Cote LH/1530/56 », base Léonore, ministère français de la Culture
  2. « Leclerc (Jean-Louis) », dans A. Lievyns, Jean Maurice Verdot, Pierre Bégat, Fastes de la Légion d'honneur, biographie de tous les décorés accompagnée de l'histoire législative et réglementaire de l'ordre, vol. V, [détail de l’édition] (notice BnF no FRBNF37273876, lire en ligne), p. 580
  3. « Leclerc (Jean-Louis, comte) », dans Adolphe Robert et Gaston Cougny, Dictionnaire des parlementaires français, Edgar Bourloton, 1889-1891 [détail de l’édition] [texte sur Sycomore]
  4. a b c et d Vicomte Albert Révérend (1844-1911), Armorial du Premier Empire : titres, majorats et armoiries concédés par Napoléon Ier, vol. 3, Paris, (4 vol. in 2) Au bureau de L'Annuaire de la noblesse, (lire en ligne)
  5. a et b « BB/29/966 page 437. », Titre de comte, accordé par décret du , à Jean, Louis Leclerc. Paris ()., sur chan.archivesnationales.culture.gouv.fr, Centre historique des Archives nationales (France) (consulté le 4 juin 2011)

AnnexesModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

BibliographieModifier

  : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.