Jean-Louis Georgelin

général français

Jean-Louis Georgelin, né le à Aspet (Haute-Garonne) et mort le à Bordes-Uchentein (Ariège)[1], est un militaire français.

Jean-Louis Georgelin
Jean-Louis Georgelin en 2014.
Fonctions
Président
Établissement public chargé de la conservation et de la restauration de la cathédrale Notre-Dame de Paris (d)
-
Grand chancelier de la Légion d'honneur
-
Chef d'état-major des armées
-
Chef de l'état-major particulier du président de la République française
-
Sous-chef d'état-major Plans (d)
État-major des armées (d)
-
Stéphane Legrix de La Salle (d)
Jean-Marie Faugère (d)
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Cimetière d'Aspet (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Jean Louis Marie GeorgelinVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Militaire, ancien combattantVoir et modifier les données sur Wikidata
Période d'activité
Autres informations
Chaire
Почётный зарубежный член РАХ (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Membre de
Arme
Grade militaire
Sport
Distinctions

Général d'armée, il a été chef de l'état-major particulier du président de la République de 2002 à 2006, chef d'État-Major des armées de 2006 à 2010, puis grand chancelier de la Légion d'honneur de 2010 à 2016.

Il préside l'établissement public chargé de la conservation et de la restauration de la cathédrale Notre-Dame de Paris de 2019 à sa mort accidentelle en 2023.

Biographie modifier

Formation modifier

Jean-Louis Georgelin est le fils du capitaine Jacques Georgelin[2]. Il est issu d'une fratrie de trois enfants[3]. Il effectue ses études secondaires au Prytanée national militaire de La Flèche.

Admis à l'École spéciale militaire de Saint-Cyr en , promotion Lieutenant-colonel-Brunet-de-Sairigné (1967-1969), Jean-Louis Georgelin choisit à l'issue de sa formation de servir dans l'infanterie[3] et rejoint l'École d'application de l'infanterie à Montpellier.

Affectations modifier

À l', le lieutenant Georgelin est affecté au 9e régiment de chasseurs parachutistes où il tient les fonctions de chef de section. Il retourne à Montpellier en 1973 comme instructeur à l'École d'application de l'infanterie.

Trois ans plus tard, il est muté comme capitaine au 153e régiment d'infanterie de Mutzig (Bas-Rhin) où il prend le commandement d'une compagnie.

À l'issue de son commandement, il est affecté durant un an au centre d'exploitation du renseignement militaire avant de rejoindre l'état-major de l'armée de terre où il devient aide de camp du chef d'état-major.

Promu commandant, il part pour Fort Leavenworth au Kansas, aux États-Unis, afin de suivre le Command and General Staff College, à l'issue duquel il rejoint l'École supérieure de guerre à Paris. Muté en 1985 à l'École spéciale militaire de Saint-Cyr, le lieutenant-colonel Georgelin commande un bataillon durant trois ans, avant de réintégrer l'état-major de l'armée de terre où il dirige la section « Études et prospectives » du bureau « Planification-finances ».

De 1991 à 1993, il assure le commandement du 153e régiment d'infanterie à Mutzig avant d'être pendant un an auditeur au Centre des hautes études militaires (CHEM) et à l'Institut des hautes études de Défense nationale (IHEDN), puis adjoint au chef du cabinet militaire du Premier ministre de 1994 à 1997.

Officier général modifier

Promu général de brigade en 1997, Jean-Louis Georgelin est nommé général adjoint à la 11e division parachutiste et rejoint la Force de stabilisation (SFOR) en Bosnie-Herzégovine, chargé de faire appliquer les accords de Dayton, pour y occuper les fonctions de chef du bureau « Plans and Policy ».

Il est ensuite affecté à l'état-major des armées d'abord en tant que chef de la division « Plans et programmes » puis comme sous-chef d'état-major « Plans ».

Il est promu général de division en et aux rang et appellation de général de corps d'armée en . Chef de l'état-major particulier du président de la République Jacques Chirac en 2002[3], il est promu général d'armée le , avant d'être nommé chef d'État-Major des armées françaises le [4].

 
Le général Jean-Louis Georgelin, chef d'État-Major des armées, aux côtés du président Nicolas Sarkozy en 2008, passant en revue les troupes lors du défilé militaire du 14 Juillet.

Il est admis dans la deuxième section des officiers généraux le .

Grand chancelier de la Légion d'honneur modifier

Le , le général d'armée Georgelin est nommé grand chancelier de l'ordre national de la Légion d'honneur et chancelier de l'ordre national du Mérite[5]. À ce titre, il présente le grand collier de la Légion d'honneur à François Hollande lors de son investiture comme président de la République, le [6]. Il est nommé grand chancelier par intérim après six ans de mandat, à compter du [7]. Le suivant, le général d'armée Benoît Puga lui succède[8].

Reconstruction de la cathédrale Notre-Dame de Paris modifier

Le , à la suite de l'incendie de Notre-Dame de Paris et en vue de la reconstruction de la cathédrale, Jean-Louis Georgelin est nommé en Conseil des ministres à la tête d'une mission de représentation spéciale « afin de veiller à l'avancement des procédures et des travaux qui seront engagés »[9],[10]. Il est décrit par Le Monde comme « un excellent connaisseur des questions de patrimoine »[3].

Lors d’un échange à l'Assemblée nationale le , il déclare avoir demandé à Philippe Villeneuve, architecte en chef des monuments historiques, « qu'il ferme sa gueule » (sic), alors que ce dernier avait à plusieurs reprises affirmé publiquement son souhait de reconstruire la flèche à l'identique[11],[12], dans le respect du Code du patrimoine et des engagements internationaux de la France[13], et en accord avec la charte de Venise. La sortie du général provoque la « stupeur », y compris au ministère de la Culture[14],[15], mais le principal intéressé ne lui en tient pas rigueur, déclarant, peu après sa disparition : « Je trouvais en lui un partenaire fiable. (...) Le général a été le maître d’ouvrage parfait. Il sera difficile de trouver, pour le remplacer, une personne dotée à la fois de tant de charisme et d’une connaissance aussi précise des détails du chantier et des arcanes de sa gestion »[16].

Jean-Louis Georgelin est nommé président de l'établissement public chargé de la conservation et de la restauration de la cathédrale Notre-Dame de Paris le [17].

Autres activités modifier

Contrairement à une information répandue[18], Jean-Louis Georgelin a démenti être un oblat chez les bénédictins[19], bien qu'il fréquente régulièrement l'abbaye de Solesmes depuis ses années de scolarité au Prytanée national militaire. Il est membre de l'Académie catholique de France[18],[20].

En 2003, il est l'invité du club Le Siècle, avant d'y être coopté en 2007[21].

Après sa retraite de l'armée, il enseigne à Sciences Po Paris[3].

Mort modifier

Jean-Louis Georgelin meurt le 18 août 2023[22] d'une chute en montagne, au cours d'une randonnée au sommet du mont Valier (2 838 m) sur le territoire de la commune de Bordes-Uchentein en Ariège. Son corps est retrouvé dans la soirée par le peloton de gendarmerie de haute montagne sur les pentes du mont Valier en contrebas du col de Faustin[23],[24].

Le , un hommage national lui est rendu aux Invalides, présidé par le président de la République. Ses obsèques ont lieu le [25] dans son village natal d’Aspet, en Haute-Garonne.

Distinctions modifier

Décorations françaises modifier

Décorations étrangères modifier

Notes et références modifier

  1. État civil sur le fichier des personnes décédées en France depuis 1970
  2. « Pluie d'étoiles et de galons », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  3. a b c d et e Laurent Carpentier, « Mort de Jean-Louis Georgelin, général chargé de la reconstruction de Notre-Dame de Paris », sur lemonde.fr, (consulté le ).
  4. « Georgelin fustige "un comportement d'amateurs" », sur nouvelobs.com, .
  5. Décret du 9 juin 2010 portant nomination du grand chancelier de la Légion d'honneur.
  6. « Cérémonie d'investiture de François Hollande : déroulement », sur ina.fr, (consulté le ).
  7. Décret du 2 juin 2016 chargeant des fonctions de grand chancelier de la Légion d'honneur par intérim.
  8. Jean-Dominique Merchet, « Le général Georgelin "quitte la scène" », sur lopinion.fr, .
  9. Erwan Bruckert, « Jean-Louis Georgelin, un général pour veiller sur Notre-Dame », sur lepoint.fr, Le Point, (consulté le ).
  10. Alain Barluet, « Le général Georgelin reprend du service pour reconstruire Notre-Dame », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  11. Le JDD, « "Qu'il ferme sa gueule" : le général Georgelin s'en prend à l'architecte en chef de Notre-Dame », sur lejdd.fr (consulté le ).
  12. « « Qu’il ferme sa gueule » : le général Georgelin en conflit avec l’architecte sur la flèche de Notre-Dame », sur leparisien.fr, (consulté le ).
  13. « Clochemerle à Notre-Dame », sur La Tribune de l'Art.
  14. Claire Bommelaer, « Notre-Dame : Jean-Louis Georgelin intime l’ordre à l’architecte de « fermer sa gueule » », Le Figaro,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  15. Cédric Pietralunga et Jean-Jacques Larrochelle, « Tollé politique après le dérapage du représentant de Macron sur le chantier de Notre-Dame de Paris », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  16. Julie Nicolas, « Un « humaniste » qui « intimide et rassure » : Jean-Louis Georgelin par ceux qui l’ont côtoyé », sur lemoniteur, (consulté le )
  17. Décret du 2 décembre 2019 portant nomination du président de l’Établissement public chargé de la conservation et de la restauration de la cathédrale Notre-Dame de Paris
  18. a et b (de) « Notre Dame: Fünf-Sterne-General als Macrons Bauaufseher », sur Vatican News, .
  19. Louis Daufresne, « Où en est la restauration de la cathédrale Notre-Dame de Paris ? (minute 14:35) »   [audio], (consulté le ).
  20. Hugues Portelli, « In mémoriam Jean-Louis Georgelin » (consulté le ).
  21. Emmanuel Ratier, Au cœur du pouvoir : enquête sur le club le plus puissant de France, Paris, Facta, , p. 349, 701.
  22. « Décès en montagne du Général Jean-Louis Georgelin », sur Le Télégramme, (consulté le ).
  23. « Le général Jean-Louis Georgelin, ancien chef d’état-major des armées et responsable de la restauration de Notre-Dame, est mort », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  24. « Le général Jean-Louis Georgelin est mort lors d'un accident de randonnée en Ariège », sur francetvinfo.fr, .
  25. Agence France-Presse, « Les obsèques du général Jean-Louis Georgelin auront lieu le 31 août dans son village natal »  , sur leparisien.fr, Le Parisien, .
  26. « Décret du 12 avril 2010 portant élévation », Journal officiel de la République française, no 0087,‎ , p. 6976 (lire en ligne).
  27. Remise en 2012 par l'ambassadeur Tomasz Orłowski : Ambassade de Pologne en France, « Cérémonie de décoration du général Jean-Louis Georgelin », sur paryz.msz.gov.pl, (consulté le ).

Voir aussi modifier

Articles connexes modifier

Liens externes modifier