Ouvrir le menu principal

Jean-Louis Ferrary

directeur d'études à l'Ecole pratique des hautes études
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ferrary.

Jean-Louis Ferrary, né le à Orléans, est un historien français spécialiste de l'Antiquité romaine.

Sommaire

BiographieModifier

Né en 1948, il intègre l'École normale supérieure en 1967 et obtient l'agrégation de lettres classiques en 1970. Membre de l'École française de Rome de 1973 à 1976, il est ensuite élu maîtres de conférences à la l'université Paris-Sorbonne et poursuit sa carrière à l'École pratique des hautes études, où il est chargé de conférences (1983) puis directeur d'études (depuis 1989). Sa conférence s'intitule « Histoire des institutions et des idées politiques du monde romain ». Il obtient son titre de docteur d'État en 1987 après avoir travaillé sous la direction de Pierre Grimal et de Claude Nicolet. Sa thèse, publiée sous le titre Philhellénisme et impérialisme : aspects idéologiques de la conquête romaine du monde hellénistique, marque un tournant dans l'étude des relations entre Rome et le monde grec[1].

Jean-Louis Ferrary s'intéresse à l'histoire des relations entre Rome et le monde grec, à l'histoire des institutions, du droit et de la législation de la Rome ancienne, à l'histoire des idées et de la philosophie politiques antiques, à l'épigraphie latine et grecque d’époque romaine, à la philologie latine et à l'historiographie. Il est notamment spécialiste de Polybe et de Cicéron.

Membre du bureau de l’Association Guillaume-Budé (qu'il a présidée jusqu'en 2015), associé correspondant de la Société nationale des antiquaires de France, correspondant de l'Institut archéologique allemand, membre honoraire de la Société russe des Antiquisants et président de la Société française d’études épigraphiques sur Rome et le monde romain[2]. Il est aussi directeur de la série latine de la Collection des universités de France et codirecteur de la Revue de Philologie[2].

Depuis 2005, il est élu membre de l'Académie des inscriptions et belles-lettres au fauteuil de Maurice Euzennat[2]. Il est président de l'Académie, ainsi que de l'Institut, pour l'année 2018. Il est également membre de l'Academia Europaea[2].

DistinctionsModifier

Principales publicationsModifier

OuvragesModifier

  • Philhellénisme et impérialisme. Aspects idéologiques de la conquête romaine du monde hellénistique, Rome, BEFAR, 1988[4].
  • Onofrio Panvinio et les Antiquités romaines, Rome, Collection de l’École Française de Rome, 214, Rome, 1996[5]
  • Rome et le monde grec : Choix d'écrits, Paris, Les Belles Lettres, 2016[6]

Articles et ouvrages collectifsModifier

  • "Recherches sur la législation de Saturninus et de Glaucia : I- La lex de piratis des inscriptions de Delphes et de Cnide", MEFRA, 89, 1977, p. 619-660.
  • "Recherches sur la législation de Saturninus et de Glaucia. II- La loi de iudiciis repetundarum de C. Servilius Glaucia", MEFRA, 91, 1979, p. 85-134.
  • "Les Origines de la loi de majesté à Rome", CRAI, 1983, p. 556-572.
  • "Les Romains de la République et les démocraties grecques", Opus, 1987-1989, p. 203-216.
  • "Cicéron et la dictature", dans Dictatures (ed. Fr. Hinard), Paris, 1988, p. 97-105.
  • "Rome, les Balkans, la Grèce et l’Orient au iie siècle av. J.-C.", dans Rome et la conquête du monde méditerranéen. Genèse d’un empire (coll. Nouvelle Clio no 8, sous la direction de C. Nicolet), Paris, 1978, p. 729-788 ; 2e édition avec mise à jour bibliographique et addenda, p. XXI-XXVIII, Paris, 1989.
  • "Les Cités libres dans l’empire romain à la lumière des inscriptions de Claros", CRAI, 1991, p. 557-577.
  • "L’Empire romain, l’oikoumène et l’Europe", dans L’Idée de l’Europe au fil de deux millénaires (éd. M. Perrin), Paris, Beauchesne, 1994, p. 39-54.
  • "De l’évergétisme hellénistique à l’évergétisme romain", dans Actes du Xe Congrès International d’épigraphie grecque et latine (Nîmes, 4-9 octobre 1992), Paris, 1997, p. 199-225.
  • "Optimates et populares. Le problème du rôle de l’idéologie dans la politique", dans Die späte römische Republik - La fin de la République romaine. Un débat franco allemand d’histoire et d’historiographie, ed. H. Bruhns, J.-M. David, W. Nippel, Collection de l’École Française de Rome 235, 1997, p. 221-235 (avec une réponse de K.-J. Hölkeskamp).
  • "L’oikoumène, l’Orient et l’Occident d’Alexandre le Grand à Auguste", dans Convegno per Santo Mazzarino (Roma, 9-11 maggio 1991), ed. A. Fraschetti, A. Giardina, E. Lo Cascio, Rome, 1998, p. 97-132 (traduction russe dans VDI, 1998, 2, p. 32-50).
  • "Chapitres tralatices et références à des lois antérieures dans les lois romaines", dans Mélanges de droit romain et d’histoire ancienne. Hommage à la mémoire de André Magdelain, Paris, 1998, p. 151-167 .
  • "Les Gouverneurs des provinces romaines d’Asie Mineure (Asie et Cilicie), depuis l’organisation de la province d’Asie jusqu’à la première guerre de Mithridate (126-88 av. J.-C.)", Chiron, 30, 2000, p. 161-193.
  • "Philhellenismus", dans Der Neue Pauly, IX, Stuttgart - Weimar, 2000, col. 788-790.
  • "Rome et les cités grecques d’Asie Mineure au iie siècle av. J.-C.", dans (A. Bresson et R. Descat éd.) Les Cités d’Asie Mineure occidentale au iie siècle av. J.-C.. (Actes du colloque de Bordeaux, 12-13 décembre 1997), Bordeaux, 2001, p. 93-106.
  • "Rome et la géographie de l’hellénisme : réflexions sur ’Hellènes’ et ’Panhellènes’ dans des inscriptions d’époque romaine", dans (O. Solomies éd.), The Greek east in the Roman Context. Proceedings of a Colloquium Organized by the Finnish Institute at Athens, May 21 and 22 1999, Papers and Monographs of the Finnish Institute at Athens, 7, Helsinki, 2001, p. 19-35.
  • "La législation de ambitu de Sulla à Auguste", dans Iuris uincula. Studi in onore di Mario Talamanca, Naples, 2002, III, p. 159-198.
  • "Rome et les monarchies hellénistiques dans l’Orient méditerranéen : le légat et le proconsul", dans (Fr. Prost éd.), L’Orient méditerranéen de la mort d’Alexandre aux campagnes de Pompée. Cités et royaumes à l’époque hellénistique (Actes du Colloque international de la SOPHAU, Rennes, avril 2003), Rennes-Toulouse, 2003, p. 403-412.
  • "Res publica restituta et les pouvoirs d’Auguste", dans (S. Franchet d’Espèrey, V. Fromentin, S. Gotteland & J.-M. Roddaz éd.) Fondements et crises du pouvoir, Bordeaux, 2003, p. 419-428.
  • "Les Grecs des cités et l’obtention de la ciuitas Romana", dans (P. Fröhlich, Chr. Müller éds), Citoyenneté et participation à la basse époque hellénistique, Genève, 2005, p. 51-75.
  • "L’épigraphie juridique romaine : historiographie, bilan et perspectives", dans (J. Desmulliez et Chr. Hoët-Van Cauwenberghe éds.), Le monde romain à travers l’épigraphie : méthodes et pratiques, Lille, 2005, p. 35-70.
  • Une koinè pontique. Cités grecques, sociétés indigènes et empires mondiaux sur le littoral nord de la mer Noire, VIIe s. a. C. - IIIe s. p. C., Bordeaux, 2007. (avec A. Bresson et A. Ivantchik éd.)
  • "Les ambassadeurs grecs au Sénat romain", dans (M. Sot éd.), L’audience : rituels et cadres spatiaux dans l’Antiquité et le haut Moyen Âge, Paris, 2007, p. 113-122.
  • "Les philosophes grecs à Rome (155-88 av. J.-C.)", dans (A. M. Ioppolo, D. Sedeley éd.), Pyrrhonists, Patricians, Platonizers. Hellenistic Philosophy in the Period 155-86 B. C. Tenth Symposium Hellenisticum, coll. Elenchos 47, Naples, 2007, p. 17-46
  • "L’onomastique dans les provinces orientales de l’empire à la lumière du dossier des mémoriaux de délégations de Claros", CCGG 19, 2008, p. 247-278.
  • "Provinces, magistratures et lois : la création des provinces sous la République", dans (J. Piso éd.), Die römischen Provinzen. Begriff und Gründung, Cluj-Napoca, 2008, p. 7-18.
  • "La gravure de documents publics de la Rome républicaine et ses motivations", dans (R. Haensch éd.), Selbstdarstellung und Kommunikation : die Veröffentlichung staatlicher Urkunden auf Stein und Bronze in der römischen Welt, Vestigia 61, Munich, 2009, p. 59-74.
  • "À propos des pouvoirs d’Auguste", Cahiers du Centre Gustave-Glotz, 12, 2001, p. 101-154 (traduction anglaise dans [J. Edmonson ed.], Augustus, Édimbourg, 2009, p. 90-136).
  • "Le sanctuaire de Claros à l’époque hellénistique et romaine", dans (A. Vauchez et J. de La Genière éd.), Les sanctuaires et leur rayonnement dans le monde méditerranéen de l’Antiquité à l’époque moderne, Colloques de la Villa Kérylos 20, Paris, 2010, p. 96-114.
  • "La législation comitiale en matière de création, d’assignation et de gouvernement des provinces", dans (N. Barrandon, Fr. Kirbihler éd.), Administrer les provinces de la République romaine, Rennes, 2010, p. 33-44. 

Notes et référencesModifier

  1. Voir le compte-rendu de Jean Andreau : « Jean-Louis Ferrary, Philhellénisme et impérialisme : aspects idéologiques de la conquête romaine du monde hellénistique », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, 1992, vol. 47, n° 2, pp. 410-412 lire en ligne
  2. a b c et d « FERRARY Jean-Louis, Paul, Édouard », sur aibl.fr
  3. Décret du 3 avril 2015 portant promotion et nomination
  4. Jean Andreau, « Jean-Louis Ferrary, "Philhellénisme et impérialisme. Aspects idéologiques de la conquête romaine du monde hellénistique" », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, vol. 47, no 2,‎ , p. 410-412 (lire en ligne)
  5. Nicolette Brout, « Ferrary (Jean-Louis). "Onofrio Panvinio et les Antiquités romaines" », Revue belge de philologie et d'histoire, vol. 76, no 1,‎ , p. 220-221 (lire en ligne)
  6. « Rome et le monde grec : Choix d'écrits », sur anhima.fr

Liens externesModifier