Jean-Joseph de Paty

Jean-Joseph de Paty (1666-1723) était un corsaire français qui s'est illustré à Saint-Domingue avec l'amiral Jean-Baptiste du Casse et son successeur Joseph d'Honon de Gallifet.

Jean-Joseph de Paty
Biographie
Naissance
Décès
Activité

BiographieModifier

Originaire d'une famille de la Gironde, né en 1666 à Guîtres, près de Coutras[1], gouverneur du Petit-Goâve à Saint-Domingue, gouverneur particulier de Léogâne[2], lieutenant au gouvernement général, Jean-Joseph de Paty était l'époux d'Anne Grenier.

Lieutenant d'infanterie à 29 ans, il s'illustre dans les combats contre les espagnols, ce qui lui vaut les compliments appuyés[1] de l'amiral Jean-Baptiste du Casse, dont il devient le voisin, l'ami et le fidèle compagnon d'armes. Sous l'autorité de son successeur Joseph d'Honon de Gallifet, Jean-Joseph de Paty a participé en 1697 à l'expédition de Carthagène, à la tête de « 110 volontaires coloniaux »[3], assistés de "180 noirs libres"[4]. Sa veuve Anne de Gromont, née et morte à Saint-Domingue (1691-1771), a épousé au Petit Goave, le [5], Louis Marin Buttet de la Rivière, futur nommé gouverneur de la partie du Sud de Saint-Domingue, en 1745[5].

Sa sœur Jeanne de Paty a épousé Pierre Nadaud, dont le petit neveu Joseph Nadaud de Bel-Air arme en 1758 au Cap Français de Saint-Domingue, par ordre de "Mr. Debert général de cette isle" une corvette, le Hanovre, pour rapatrier des réfugiés du Canada[6].

RéférencesModifier

  1. a et b "Les Tyrans de la mer: pirates, corsaires et flibustiers" par Sophie Linon-Chipon et Sylvie Requemora, page 160 [1]
  2. Famille de Paty sur Généanet [2]
  3. "Wars of the Americas: A Chronology of Armed Conflict in the New World, 1492 to the Present", par David Marley, ABC-CLIO, 1998, page 213 [3]
  4. Wars of the Americas: a chronology of armed conflict in the New World, 1492, par David Marley, page 213
  5. a et b Compléments à Généalogie et Histoire de la Caraïbe Nouvelle Série N° 24 4ème trimestre 2016 Page 1 [4]
  6. Généalogie et histoire de la Caraïbe - Questions du n° 164 novembre 2003 [5]