Jean-Jacques Schpoliansky

exploitant de salle de cinéma français
Jean-Jacques Schpoliansky
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 80 ans)
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
Distinctions

Jean-Jacques Schpoliansky, né le à Nice et mort le [1], est un exploitant de cinéma français, propriétaire du cinéma Le Balzac à Paris.

Biographie modifier

Il fait ses études aux lycées Albert-Sorel de Honfleur et Janson-de-Sailly de Paris, mais ne peut passer son bac à cause d'un accident qui le laisse alité en 1965 pendant un an.

Lui-même est issu d'une « famille de propriétaires de salles de cinéma. Il (son grand-père) ouvre le Balzac, son premier cinéma, en 1935. Quatre ans plus tard, il inaugure le Triomphe, sur l’avenue des Champs-Élysées. Puis il ouvre le Latin, situé boulevard Saint-Michel et enfin l’Auto, ce cinéma était au sein du Palais Berlitz sur les grands boulevards. La guerre a interrompu les activités familiales : après la fuite dans le sud de la France, il n’a pu récupérer que le Triomphe et le Balzac[2]. »

Il entame sa carrière dans le cinéma en entrant en 1971 à l'Union générale cinématographique (UGC) comme assistant de Marcel Richard, directeur de l'exploitation et de la programmation (1964-1970), et animateur de plusieurs salles d'art et essai à travers la France et en milieu universitaire à Rouen, Lille et Grenoble. En 1969, il prend la direction de trois cinémas de Tours (le Majestic, le Palace, le Cyrano)[2].

Il travaille ensuite avec le producteur Serge Silberman et comme régisseur adjoint de production sur les films La Course du lièvre à travers les champs de René Clément et Le Charme discret de la bourgeoisie de Luis Buñuel[2].

En 1973, à la mort de son père, Michel Schpoliansky, qui avait revendu deux ans plus tôt le Triomphe[2], il devient PDG du cinéma familial, fondé par son grand-père en 1935, Le Balzac. « La situation est critique lorsque je reprends le cinéma: il possède une salle unique et pas de films. Quatre puissants circuits exercent alors une concurrence farouche face au petit acteur que je suis: Gaumont, Pathé, UGC et le réseau Parafrance, aujourd’hui disparu. Mon premier souci fut de faire bouger les choses au Balzac. À l’ère des multisalles, il possédait une salle unique et un hall immense de 200 m2, à la magnifique décoration Art-Déco. Mais en ces années-là, le maintenir en mono-salle assurait sa fermeture inéluctable. J’y ai donc ouvert en 1974-75, grâce aux travaux d’un astucieux architecte, deux salles supplémentaires occupant une partie de l’ancien hall et l’ancien bureau de mon grand-père[2]. »

En 1980, il obtient le label Art et Essai et confie la direction à Frédéric Mitterrand pour 4 ans. Après avoir laissé son établissement en gérance, il reprend les commandes du complexe lourdement endetté en 1984, confie la programmation à Jean Hernandez, dirigeant d’Océan Films, et décide de présenter les films en début de séance.

Il a exercé plusieurs fonctions dans le milieu du cinéma d'auteur : administrateur du Festival cinématographique international de Paris et de la Quinzaine des réalisateurs (1976-79), Président de l'Association des cinémas indépendants parisiens (1992), Trésorier de l'Association des écrans Nord Sud.

Distinctions modifier

Notes et références modifier

  1. La rédaction, « Disparition de Jean-Jacques Schpoliansky, historique exploitant du Balzac - Boxoffice Pro », sur www.boxofficepro.fr, (consulté le )
  2. a b c d et e « Interview: « Donner le meilleur de moi-même au Balzac » par Jean-Jacques Schpoliansky. », salles-cinema.com, (consulté le )
  3. « Nomination ou promotion dans l'ordre des Arts et des Lettres juillet 2009 », sur www.culture.gouv.fr (consulté le )

Sources modifier

Liens externes modifier