Jean-Jacques Guillet

personnalité politique française
Page d’aide sur l’homonymie Pour les articles homonymes, voir Guillet.

Jean-Jacques Guillet
Illustration.
Jean-Jacques Guillet, en janvier 2012.
Fonctions
Député des Hauts-de-Seine
Élu dans la 8e circonscription

(24 ans, 2 mois et 18 jours)
Élection
Réélection
Prédécesseur Claude Labbé (RPR)
Successeur Jacques Maire (LREM)
Maire de Chaville
En fonction depuis le
(11 ans, 11 mois et 6 jours)
Élection 16 mars 2008
Prédécesseur Jean Levain (PRG)
Conseiller général des Hauts-de-Seine
Élu dans le Canton de Chaville

(3 ans, 11 mois et 16 jours)
Prédécesseur Denis Badré (UDF)
Successeur Christiane Barody-Weiss (DVD)
Conseiller régional d'Île-de-France

(11 ans, 11 mois et 26 jours)
Élection 16 mars 1986
Président Michel Giraud
Biographie
Nom de naissance Jean-Jacques Patrick Guillet
Date de naissance (73 ans)
Lieu de naissance Clichy (Seine, France)
Parti politique UMP
Diplômé de Sciences-Po Paris

Jean-Jacques Guillet, né le à Clichy (Seine-et-Oise), est un homme politique et ancien chef d'entreprise français.

Dans sa jeunesse, il est milite dans le mouvement d'extrême droite Occident puis auprès de l'Action étudiante gaulliste. Il travaille dans la presse puis devient, en 1983, premier adjoint au maire de Sèvres. Depuis cette année, il est également président du Syndicat intercommunal pour le gaz et l'électricité en Île-de-France. De 1986 à 2004, il est conseiller régional d'Île-de-France.

Lieutenant de Charles Pasqua, il est élu huitième circonscription des Hauts-de-Seine de 1993 à 2017. Il est vice-président de la Mutuelle des élus locaux de 1991 à 1997.

De 2004 à 2008, il est conseiller départemental des Hauts-de-Seine. Depuis 2008, il est maire de Chaville.

BiographieModifier

Origines et vie familialeModifier

Il est né à Clichy (Hauts-de-Seine) le . Frère de Gauthier Guillet, il est père de trois enfants d'un premier mariage avec Françoise Léry[1] et s'est remarié en [2].

Études et formationModifier

Ancien élève du lycée Condorcet, il a poursuivi ses études à l’université de Paris où il a obtenu un certificat d'études littéraires générales ainsi qu'un certificat d'histoire moderne et contemporaine. Il est diplômé de l'Institut d'études politiques de Paris[2] (promotion 1970)[3].

Parcours professionnel et politiqueModifier

Militantisme étudiant et premiers pas en politiqueModifier

Étudiant, Jean-Jacques Guillet milite au sein de la Fédération nationale des étudiants de France, scission de droite de l'Union nationale des étudiants de France. Il devient secrétaire général de la Fédération des étudiants de Paris, regroupement des diverses associations étudiantes majoritaires des facultés parisiennes. Il est avec Alain Madelin, Hervé Novelli, Patrick Devedjian, Claude Goasguen et Gérard Longuet, membre du mouvement d'extrême droite Occident[4] avant les événements de .

Il rejoint ensuite l'Action étudiante gaulliste et collabore auprès de responsables politiques gaullistes.

Il est délégué général du mouvement national des élus locaux (1969-1970), puis chargé de mission au cabinet de Jacques Baumel (1970-1972) et enfin de chargé de mission auprès du Premier ministre Pierre Messmer (1972-1974)[2].

Parcours professionnel dans la presseModifier

En 1974, il entre dans le secteur privé. Il est directeur de Michel Bongrand SA (1974-1976) puis crée la société Indice SA dont il est président-directeur général (1976-1992) et dans le même temps directeur général du Quotidien du maire (1987-1991)[2]. En juin 2000, Jean-Jacques Guillet est soupçonné par la justice d'avoir touché 9,3 millions de francs d'argent occulte en lien avec l'affaire Elf via une société suisse pour renflouer le journal[5].

Ascension politiqueModifier

En 1983, il est élu premier adjoint au maire de Sèvres, ville reprise à la gauche. En 1986, il est élu au conseil régional d’Île-de-France où il siège jusqu'en 2004, il y préside la commission du développement économique et de l'emploi.

De 1988 à 1993, il est le suppléant de Claude Labbé, député de la huitième circonscription des Hauts-de-Seine. Nommé secrétaire général du groupe RPR du Sénat en 1992, il est élu député le dans cette même circonscription.

Lieutenant de Charles PasquaModifier

En 1995, il échoue à s'emparer de la mairie de Meudon face à la liste conduite par le maire UDF sortant Henry Wolf. Dans Libération, le journaliste Philippe Lançon le qualifie alors de « petit Machiavel » dans un article[6].

Réélu député le , il participe à la campagne pour les élections européennes pour la liste conduite par Charles Pasqua et Philippe de Villiers au titre du Rassemblement pour la France, liste qui devance avec 13,05 % la liste RPR/DL conduite par Nicolas Sarkozy (12,8 %)[7]. Il assure alors les fonctions de secrétaire général du Rassemblement pour la France ; le , Charles Pasqua lui confirme sa confiance[8] tandis que le lendemain , Philippe de Villiers lui demande de démissionner « pour son incompétence »[9].

Lors des élections présidentielles de 2002, il prend position pour Jacques Chirac et participe au rassemblement de la droite et du centre au sein de l'Union pour la majorité présidentielle (UMP). Le , puis le , il est réélu député de la huitième circonscription des Hauts-de-Seine.

Conseiller général puis maire de ChavilleModifier

En , il est élu conseiller général, contre le conseiller sortant UDF, Denis Badré. Nicolas Sarkozy est élu président du conseil général des Hauts-de-Seine, Jean-Jacques Guillet est élu à la présidence du groupe UMP et apparentés.

Au sein du conseil général, Jean-Jacques Guillet est chargé de conduire la mise en place du projet « Très Haut Débit - THD 92 », lancé en par le conseil général, et dont l'ambition est de desservir en fibre optique l'ensemble des usagers Internet du département des Hauts-de-Seine (820 000 prises).

Quand Nicolas Sarkozy est élu à la présidence de la République, Jean-Jacques Guillet postule à la présidence du conseil général, mais la majorité départementale lui préfère alors Patrick Devedjian[10].

Lors des élections municipales des 9 et , il emporte la mairie de Chaville détenue par la gauche depuis 1995. Cette victoire est alors la seule de l'UMP dans les Hauts-de-Seine et avec Villeneuve-Saint-Georges, l'une des deux de la région Île-de-France. Atteint par le cumul des mandats, Jean-Jacques Guillet quitte alors le conseil général.

L'opposition à Patrick DevedjianModifier

En , il se présente contre le président sortant, Patrick Devedjian à la présidence de la Fédération UMP des Hauts-de-Seine. Il est élu avec 64 % des suffrages exprimés[11], à l'issue d'une campagne électorale particulièrement rude[12]. Patrick Devedjian a ensuite dénoncé « les conditions déloyales de cette campagne » et « les pressions » subies par les militants électeurs[13], accusant directement l'entourage de Nicolas Sarkozy d'avoir orchestré la manœuvre contre lui[14].

Cet épisode vaut à Jean-Jacques Guillet d'être caricaturé sous les traits du personnage de Lesieur-Homais, dans Le Monarque, son fils, son fief, livre que Marie-Célie Guillaume, directrice de cabinet de Patrick Devejian, a consacré au conflit qui a opposé son supérieur à Nicolas Sarkozy, autour du leadership au Conseil général et dans les Hauts-de-Seine. Jean-Jacques Guillet commente ainsi ce livre : « Ce n'est pas un livre politique. C'est le révélateur d'un problème pathologique chez Devedjian, qui s'est toujours considéré comme l'éternelle victime »[15].

Annonce d'un départ des RépublicainsModifier

Le il annonce sur Twitter qu'il va quitter Les Républicains[16]. Il estime que « La marque LR est périmée »[17]. Il annonce se présenter sans étiquette à la prochaine élection municipale[18]. Sa candidature est finalement soutenue par Les Républicains, La République en marche, le Mouvement démocrate, l'UDI et Libres ![19].

Mandats et fonctions politiquesModifier

Mandats nationauxModifier

Depuis 1993 : député des Hauts-de-SeineModifier

Il est élu député de la 8e circonscription des Hauts-de-Seine de 1993 à 2017.

Xe législature (1993-1997)Modifier
XIe législature (1997-2002)Modifier
XIIe législature (2002-2007)Modifier

Durant la XIIe législature (2002-2007), il est membre de la commission des affaires étrangères, membre de plusieurs groupes d'études (secrétaire du groupe Énergies, Français à l'étranger, Îles anglo-normandes, Modernisation de la vie politique française, OMC, Sectes, Tauromachie, Vols de nuit, nuisances aéroportuaires) et de plusieurs groupes d'amitié (président du groupe Indonésie, vice-président des groupes Laos, Malaisie et Mongolie, membre des groupes Arménie, Cambodge, Timor oriental, Viêt Nam et Libye)[20].

Durant cette législature, il émet quatre avis et participe à la rédaction de huit rapports législatifs[21].

XIIIe législature (2007-2012)Modifier

Durant la XIIIe législature (2007-2012), il est membre de la commission des affaires étrangères, vice-président de la commission Émergents et membre des commissions Énergies et Intelligence économique, président du groupe d'amitié Indonésie et vice-président du groupe d'amitié Malaisie[22].

Durant cette législature, il émet quatre avis et participe à la rédaction de quatre rapports législatifs et de trois rapports d'information[23].

XIVe législature (2012 - 2017)Modifier

Durant la XIVe législature (2007-2012), il est membre de la commission des affaires étrangères, vice-président du groupe d'études Énergies, président du groupe d'amitié Indonésie et vice-président du groupe d'amitié Malaisie[24].

Il est l'auteur de plusieurs propositions de loi « visant à exonérer de toutes charges l'employeur d'un demandeur d'emploi de plus de 55 ans », « visant à mettre fin au privilège du Trésor en cas de faillite d'entreprise », « visant à créer un parcours de la citoyenneté, du civisme et de l'esprit de défense », « visant à instaurer un crédit d'impôt correspondant aux cotisations d'assurance complémentaire santé versées par les retraités », « visant à exonérer la résidence principale de l'impôt de solidarité sur la fortune », « concernant l'établissement des avis d'imposition de la taxe d'habitation et de la taxe foncière », « tendant à élargir les conditions d'accès au congé parental d'éducation »[24].

Il est l'un des députés UMP à s'abstenir sur le Pacte budgétaire européen en .

Mandats locauxModifier

 
Quartier général de campagne de Jean-Jacques Guillet, candidat à sa propre succession aux municipales de 2014 à Chaville.

Depuis 1983, il préside le Syndicat intercommunal pour le gaz et l'électricité en Île-de-France, plus grand et plus ancien syndicat intercommunal de France (5 millions d'habitants, 184 communes d'Île-de-France) qui a célébré son centenaire en 2004. Il a été réélu président de ce syndicat le [25]. À l'issue du sommet de Saint-Pétersbourg du , il se voit confier la mission de piloter, pour la France, la création du Centre franco-russe pour l'efficacité énergétique (CFREE) en tant que spécialiste des questions d'énergie et administrateur de Gaz de France (1994-1999). L'un des aspects les plus porteurs de la coopération énergétique entre les deux pays porte sur l'efficacité énergétique[26].

Jean-Jacques Guillet est vice-président de la Fédération nationale des collectivités concédantes et régies (FNCCR)[27], au sein de laquelle il représente le SIGEIF.

Il a été vice-président de la Mutuelle des élus locaux (1991-1997) (MUDEL)[2]; il est également secrétaire général du Mouvement national des élus locaux (MNEL)[28], association d'élus locaux de droite et du centre.

Fonctions politiquesModifier

  • Depuis  : président de la Fédération UMP des Hauts-de-Seine
  • Depuis le  : conseiller politique de l'UMP.

Prises de positionModifier

Soutien à François Fillon pour la présidence de l'UMPModifier

Le , Jean-Jacques Guillet annonce son soutien à la candidature de François Fillon pour la présidence de l'UMP lors du congrès d'automne 2012[29]. Il organise, avec Patrick Ollier, le comité de soutien des Hauts-de-Seine. L'alliance autour de Jean-Jacques Guillet déjoue les premiers pronostics[30] et remporte le scrutin départemental, puisque, le , les militants UMP des Hauts-de-Seine préfèrent François Fillon (55,4 %) à Jean-François Copé (44,6 %)[31].

Opposition au mariage homosexuelModifier

Jean-Jacques Guillet est opposé au mariage homosexuel et a voté contre la loi dite du « Mariage pour tous » en avril 2013[32],[33].

Soutien à Éric ZemmourModifier

En octobre 2014, le polémiste Éric Zemmour tient des propos polémiques dans le Corriere della Sera quant à une remigration possible des musulmans français[34]. Il est évincé de la chaîne iTélé et Jean-Jacques Guillet lui apporte son soutien dans un tweet[35].

Soutien à Nicolas Sarkozy pour la primaire présidentielle des Républicains de 2016Modifier

Il soutient Nicolas Sarkozy pour la primaire présidentielle des Républicains de 2016[36].

Arrêté contre une campagne de prévention du SIDAModifier

En novembre 2016, Jean-Jacques Guillet prend un arrêté pour interdire une affiche d'une campagne de prévention contre le SIDA[37]. Cette affiche présente deux hommes enlacés avec la mention « avec un amant, avec un ami, avec un inconnu »[37]. Il déclare : « Beaucoup de parents ont réagi car ces panneaux se situent à proximité des écoles, justifie-t-il. Il y va de la protection de l'enfance »[37].

DistinctionsModifier

Jean-Jacques Guillet est nommé chevalier de l'ordre national du Mérite en 1988.

Notes et référencesModifier

  1. http://www.liberation.fr/libe-3-metro/1995/05/12/l-araignee-guillet-tisse-ses-fils-chez-pasqua-le-depute-rpr-qui-reve-de-diriger-les-hauts-de-seine-s_133551.
  2. a b c d et e Who's Who in France, édition 2008, p. 1080.
  3. « Jean-Jacques Guillet », sur sciences-po.asso.fr.
  4. Frédéric Chartier, Génération Occident, Paris, Seuil, 2005.
  5. Laurent Valdiguié, L'homme de confiance de Pasqua menacé, 16 juin 2000, Le Parisien.
  6. Philippe Lançon, A Meudon, les sans étiquette jouent les petits Machiavel. Le RPR Jacques Guillet tente de ravir la mairie à Henry Wolf (UDF) sur fond de zizanies à gauche et à droite., 8 juin 1995, Libération.
  7. Gilles Ivaldi, La liste Pasqua-Villiers, in Revue française de science politique, 49e année, no 4-5, 1999. p. 643-652, [lire en ligne].
  8. Interview de Charles Pasqua, 15 mai 2000, [lire en ligne].
  9. Dépêche AFP, 16 mai 2000, [lire en ligne].
  10. en mai 2007, lors de l'élection à la présidence du conseil général des Hauts-de-Seine, Jean-Jacques Guillet obtient 4 voix, tout comme Isabelle Balkany, contre 19 à Patrick Devedjian.
  11. Patrick Devedjian perd la présidence de la fédération UMP des Hauts-de-Seine, dépêche AFP du 15 novembre 2010, [lire en ligne].
  12. Sophie de Ravinel, « Duel pour la fédération UMP », sur le site du quotidien Le Figaro, (consulté le 21 avril 2013).
  13. Sophie de Ravinel, « UMP : Patrick Devedjian battu dans les Hauts-de-Seine », sur le site du quotidien Le Figaro, (consulté le 21 avril 2013).
  14. dépêche AFP, « Devedjian accuse les Sarkozy de pressions pour l'évincer dans les Hauts-de-Seine », sur le site du magazine Le Point, (consulté le 21 avril 2013).
  15. Béatrice Jérôme, « Les Hauts-de-Seine, heurs et malheurs du fief des Sarkozy », sur le site du quotidien Le Monde, (consulté le 21 avril 2013).
  16. « Sondage négatif, départs du parti, risque de scission à l'Assemblée... Comment Laurent Wauquiez a été contraint de quitter la tête des Républicains », sur francetvinfo.fr, (consulté le 3 juin 2019).
  17. Jérôme Cordelier, Jean-Jacques Guillet : « La marque LR est périmée », 3 juin 2019, Le Point.
  18. Anne-Sophie Damecour et Estelle Dautry, Plusieurs maires des Hauts-de-Seine claquent la porte des Républicains, 2 juin 2019, Le Parisien.
  19. Tract électoral, municipales 2020.
  20. « M. Jean-Jacques Guillet », sur le site de l'Assemblée nationale (consulté le 27 mars 2013).
  21. « Rapports de Jean-Jacques Guillet », sur le site de l'Assemblée nationale (consulté le 27 mars 2013).
  22. « M. Jean-Jacques Guillet », sur le site de l'Assemblée nationale (consulté le 27 mars 2013).
  23. « Rapports de Jean-Jacques Guillet », sur le site de l'Assemblée nationale (consulté le 27 mars 2013).
  24. a et b « M. Jean-Jacques Guillet », sur le site de l'Assemblée nationale (consulté le 27 mars 2013).
  25. « Jean-Jacques Guillet réélu président du Sigeif », sur site des autorités organisatrices de la distribution (AOD) d'électricité et de gaz et de leur fédération, la FNCCR, (consulté le 18 novembre 2010).
  26. « Quatre nominations dans le secteur énergétique », sur le site enerzine.com, (consulté le 27 mars 2013).
  27. « Organigramme », sur le site de la Fédération nationale des collectivités concédantes et régies (consulté le 16 avril 2013).
  28. « Composition du Comité directeur du MNEL », sur le site du Mouvement national des élus locaux (consulté le 16 avril 2013).
  29. « UMP : Hauts-de-Seine : le patron de l'UMP choisit Fillon », sur le site de la chaîne Europe 1, (consulté le 21 avril 2013).
  30. Jennifer Declémy, « UMP : les Hauts-de-Seine divisés entre Copé et Fillon.. », sur le site Paris Dépêches, (consulté le 21 avril 2013) : « Pour le moment, le département est donc divisé même s'il penche un peu plus du côté de l'actuel secrétaire général. ».
  31. « Qui de Copé ou de Fillon a gagné dans votre département ? », sur le site de France Télévisions, (consulté le 21 avril 2013).
  32. Analyse du scrutin n° 511 Deuxième séance du 23/04/2013, site de l'Assemblée nationale.
  33. Laurent de Boissieu, Qu’est la génération « Manif pour tous » devenue ?, 2016, Le Débat n°191, p. 89-100.
  34. « La polémique Zemmour en six actes », franceinfo, 18 décembre 2014
  35. Les politiques s'emparent de l'affaire Zemmour, 20 décembre 2014, Le Figaro.
  36. « Serge Dassault et Patrick Balkany parmi les parlementaires qui soutiennent Nicolas Sarkozy », lemonde.fr, 9 septembre 2016.
  37. a b et c Jérôme Bernatas, Censuré !, 23 novembre 2016, Le Parisien.

Liens externesModifier