Ouvrir le menu principal

Jean-François de Cariés de Senilhes
Naissance
à Lacaune, Tarn
Décès (à 63 ans)
à Bordeaux
Origine Français
Grade Général
Commandement 2e régiment de Légion étrangère
Distinctions Commandeur de la Légion d’honneur
Chevalier de 3e classe du Nichan Iftikhar
Commandeur de l’Ordre d'Isabelle la Catholique
Commandeur de l’ordre du Mérite de Saint Ferdinand

Jean-François de Cariés de Senilhes[1], né le à Lacaune (Tarn), mort le à Bordeaux, est un général français.

Sommaire

BiographieModifier

Jean-François de Cariés de Senilhes est le fils de Pierre et de Louise Goudon. Il s'est marié à Fortunée, Raymonde, Mélanie Jorel de Saint Brice le à Versailles.

Carrière militaireModifier

Entré comme enseigne à la compagnie d’Havré à la Garde du corps du Roi le , il passe garde de 2e classe (sous-lieutenant) le , puis de 1re classe (lieutenant) en novembre. Affecté au cadre des aides majors avec le grade de lieutenant le , il passe à la légion départementale des Pyrénées-Orientales devenue 15e régiment d’infanterie légère à compter du dit jour.

Le , il est affecté au 2e régiment d’infanterie de la Garde royale puis passe au corps royal d’état-major, le . Nommé à l’état-major général de l’armée des Pyrénées le , puis à l’état-major général du corps d’occupation en Espagne le 6 novembre, il est mis en disponibilité le . Désigné pour l’emploi d’aide de camp à l’état-major du général Clouet le , il est promu au grade de capitaine le .

Disponible le , il est mis à la disposition du général, duc de Conegliano le 3 juillet en qualité d’aide de camp, puis à la disposition du général Clouet le . Promu au grade de chef de bataillon le , il entre à la direction de la cavalerie du ministère de la Guerre le , sous les ordres du général Préval. Désigné comme secrétaire, il siège au comité de l’infanterie et de la cavalerie le . Il est envoyé en mission en Espagne le .

Promu au grade de lieutenant-colonel le , il est mis en disponibilité le . Puis il rejoint l’état-major du camp de Saint-Omer le 25 juillet en qualité de chef d’état-major. Il est à nouveau disponible le . Il est appelé à siéger au comité de l’infanterie et de la cavalerie le , en qualité de secrétaire.

Passage à la LégionModifier

De nouveau envoyé en mission en Espagne le et après une courte indisponibilité, il est promu au grade de colonel le et reçoit, le dit jour, le commandement du 2e régiment de Légion étrangère.

Officier généralModifier

Nommé au grade de maréchal de camp le , il est désigné pour commander le collège militaire de La Flèche le . Disponible le , il reçoit le commandement de la subdivision de l’Orne le , puis celui du département de la Seine inférieure et de l’Eure à Rouen le . Il est placé en 2e section des officiers généraux le . Il se retire à Bordeaux où il décède le .

DécorationsModifier

Cité au rapport du général Négrier au combat à Ould Hamm des 14 et , cité au rapport du à Edough et cité au rapport du général Randon le , il est :

Et il est autorisé à porter les insignes de :

Notes et référencesModifier

  1. Jean-François est né Cariés de Senilhes. En vertu d'un jugement rectificatif du nom rendu par le tribunal de première instance de Castres en 1860, le nom devient de Cariés de Senilhes. Le jugement est transcrit dans les actes d'état-civil de Lacaune le 3 février 1860 (dossier 4 E 124021_4 Photo 58 acte no 15, A.D. du Tarn).
  2. Jean-François de Senilhes côte LH/2501/47 Archives Nationales

AnnexesModifier

Sources et bibliographieModifier

  • Fonds d'archives - Centre de documentation de la Légion étrangère (répertoire des chefs de corps)

Liens externesModifier