Jean-François Beauchemin

écrivain québécois

Jean-François Beauchemin, né à Drummondville, au Québec, en 1960, est un écrivain québécois[1].

Biographie modifier

Diplômé de l’Université de Montréal en études françaises[2], il est ensuite pendant une dizaine d’années réalisateur à la radio de Radio-Canada[3].

En 1998, Jean-François Beauchemin publie son premier roman, Comme enfant je suis cuit, s'inspirant de l'émouvante profondeur de l'enfance[1]. C'est dans la même lignée qu'il écrit par la suite Garage Molinari et Les Choses terrestres. Il s'adresse également aux adolescents avec la parution en 2001 de son premier roman jeunesse, Mon père est une chaise. Le Petit Pont de la Louve, son quatrième roman pour adultes, met en scène Mathilde, une jeune fille qui tente d'apprivoiser sa laideur.

En 2004, une grave maladie le pousse à quitter Radio-Canada. Il se consacre dès lors à temps plein au métier d'écrivain. Avec La fabrication de l'aube, qui relate l'expérience de cette maladie, il entame une trilogie (La fabrication de l'aube, Ceci est mon corps, Cette année s'envole ma jeunesse) évoquant la beauté tragique du monde[Note 1]. En 2005, son roman Le Jour des corneilles connaît un grand succès, tant au Québec qu'en France, et est récompensé par le Prix France-Québec[4]. Le roman a inspiré le film d'animation du même nom, Le Jour des corneilles, réalisé en 2012.

En 2006, il publie son premier recueil de poésie, Voici nos pas sur la terre chez les Éditions du Noroît[1].

Cette année s'envole ma jeunesse et Le temps qui m'est donné explorent, à travers l'évocation de souvenirs familiaux, les traces que laisse l'enfance dans le cheminement de l'être face à la complexité du monde, tandis que Quelques pas dans l'éternité propose une réflexion sur le métier d'écrivain à travers les propres observations de l'auteur.

Depuis quelques années, Jean-François Beauchemin a pris ses distances avec les médias. Délaissant également presque toute forme de mondanités, il se concentre désormais sur son travail d'écrivain, ce qui lui permet de publier en moyenne un livre par année. Parmi les plus récents : Le Projet Éternité, Archives de la joie, Sale temps pour les émotifs, Le Roitelet, La Source et le roseau.

On a reproché à Jean-François Beauchemin son athéisme, et surtout sa propagation dans quelques-uns de ses livres. En réalité, cet athéisme n'en est pas un. Simplement, à l'idée antique d'un Dieu personnel qui observe l'Homme, le juge, le punit ou le récompense, exauce ses prières, l'accueille auprès de Lui après la mort et qu'il faut idolâtrer, l'auteur préfère celle d'un Principe organisateur de l'Univers, d'une Force dont les mathématiques semblent régler les rouages, et en tout cas absolument hors de portée du comportement et de l'entendement humains[réf. nécessaire].

Esprit méditatif, attentif à cette étrange cohabitation du corps et de l’âme, Jean-François Beauchemin propose une œuvre pensive, lucide, imprégnée d’une poésie toujours ancrée dans le réel.

Œuvre modifier

Romans, récits, calepins modifier

Ouvrage de littérature d'enfance et de jeunesse modifier

  • Mon père est une chaise, Montréal, Québec Amérique, 2001, 155 p. (ISBN 276440090X).

Poésie modifier

Prix et honneurs modifier

Notes et références modifier

Note
  1. Quatrième de couverture de Ceci est mon corps.
Références
  1. a b c et d Danielle Laurin, « L’enfance comme révélateur », sur Le Devoir, (consulté le ).
  2. « Notice : Jean-François Beauchemin », sur litterature.org (L'Île), (consulté le ).
  3. Athenaeum, « Jean-François Beauchemin » (consulté le ).
  4. Radio-Canada: entrevue avec Jean-François Beauchemin
  5. « Prix littéraire France-Québec », sur Fédération France-Québec (consulté le ).
  6. a b c d e f et g Linda Amyot, « Entrevue avec Jean-François Beauchemin : La vie, et rien d’autre », Nuit blanche, no 122,‎ , p. 7 / 7 (ISSN 0823-2490, lire en ligne [PDF], consulté le ).
  7. « Jean-François Beauchemin reçoit le Prix du CALQ – Créateur de l’année dans les Laurentides », sur Conseil des arts et des lettres du Québec (consulté le ).

Voir aussi modifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes modifier

Liens externes modifier