Ouvrir le menu principal

Jean-Edmond Laroche-Joubert

personnalité politique française
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres membres de la famille, voir Famille Laroche-Joubert.
Jean-Edmond Laroche-Joubert
Jean-Edmond Laroche-Joubert c. 1876.jpg
Fonctions
Député de la Charente
-
Conseiller général de la Charente
Canton d'Angoulême-1
-
Maire d'Édon (d)
Biographie
Naissance
Décès
(à 64 ans)
La CouronneVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Famille
Enfant
Autres informations
Parti politique
Distinction

Jean-Edmond Laroche-Joubert, né le 12 janvier 1820 aux Beauvais (La Couronne) et décédé le 23 juillet 1884 à l’Escalier (La Couronne), est un industriel et homme politique français.

BiographieModifier

Il est le 3e fils de Jean Laroche[1] (14 octobre 1779 - 3 avril 1853) et de Marie Joubert (10 octobre 1786 - 16 mai 1855). Marié le 13 octobre 1842 avec Marguerite Triaud (18 décembre 1823 -12 avril 1907), il est le père d'Edgard Laroche-Joubert.

Le 3 septembre 1873, il obtient l'autorisation d’ajouter « Joubert » à son patronyme.

Activités industriellesModifier

 
Papeterie de l'Escalier, sur les Eaux Claires

En 1840, après son émancipation, il est associé à l’entreprise familiale comme cogérant de la société Laroche-Joubert et Cie.

En 1841, il introduit la machine à papier à l’usine de Nersac, et à partir de 1843, il développe l’entreprise qui fabrique toutes sortes de papiers (vélins et vergés blancs ou de couleur, de tous grammages pour l’impression et l’écriture, papiers à lettres, affiche, registres, etc.).

Les principales usines créées par la société sont celles de Nersac, l’Île d’Espagnac, près de Nersac, l’Escalier (La Couronne), Girac (Angoulême), Chantoiseau (Saint-Michel), la Rochandry (Mouthiers), le Petit Rochefort (Puymoyen).

En 1848, il implante une industrie de façonnage du papier à Angoulême, rampe du Palet à l'Houmeau (actuelle rue Léonard Jarraud) puis une seconde, rampe du Palet à Saint-Cybard (actuelle avenue de Cognac) où se développe une intense activité de transformation : glaçage du papier, enveloppes, cartonnages divers, réglure pour registres et cahiers d’écolier, papier bordé deuil, etc.

Les récompenses obtenues lors des expositions industrielles et/ou universelles pour la qualité des produits sont nombreuses, dès 1844.

Son dynamisme a contribué à faire de la Charente un des premiers département papetiers français, tant par la qualité que par la quantité.

Vers 1850, développement des œuvres sociales : crèches, cités ouvrières (la cité Gabrielle à l’Houmeau, par exemple), participation au bénéfices, compensation de l’augmentation du prix du pain, aides sociales, primes, etc.

En 1868, création de la Papeterie coopérative d’Angoulême[2].

Fonctions électivesModifier

  • 1852 - 1855 : juge suppléant au tribunal de commerce d’Angoulême
  • 1876 : président du tribunal de commerce d’Angoulême
  • vers 1880 : président de l’Union des fabricants de papier de France et président du Syndicat professionnel des fabricants de papier de la Charente.

DistinctionModifier

Le 8 août 1870, décret attribuant à Edmond Laroche-Joubert le grade de Chevalier dans l’ordre national de la Légion d'honneur pour son action industrielle et sociale.

Sa deviseModifier

« L’amélioration morale et matérielle en vue du plus grand nombre a toujours été le but de mes persévérants efforts. »[4]

SourcesModifier

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier