Jean-Baptiste Louis Morin

officier français

Jean Baptiste Louis Morin
Jean-Baptiste Louis Morin
Morin par Jean-Baptiste Couvelet

Naissance
Charleville-Mézières (Ardennes)
Décès (à 37 ans)
Paris
Origine Drapeau de la France France
Arme Cavalerie
Grade Général de brigade
Années de service 17911814

Jean Baptiste Louis Morin, né le à Charleville-Mézières (Ardennes), mort le à Paris, est un général français de la Révolution et de l’Empire.

États de serviceModifier

Il entre en service en 1791, comme sergent dans le 2e bataillon de volontaires des Ardennes, et il sert à l’état major de l’armée du Nord puis à l’armée de l’Intérieur le .

Il est nommé lieutenant aux grenadiers de la 2e demi brigade de ligne le , et le suivant, il devient aide de camp du général Dupont Chaumont. Il passe lieutenant le , et il est placé à la suite du 2e régiment de dragons le . Mis en non-activité le , il rejoint la 66e demi brigade de ligne le .

Le , il est affecté comme aide de camp du général Wirion, et le , il est promu capitaine et affecté à l'Armée du Danube. Le , il est de nouveau employé comme aide de camp du général Dupont Chaumont, et le il exerce la même fonction auprès du général Dupont de l'Étang à l’armée de Réserve puis à l’armée d’Italie. Le , il est blessé d’un coup de feu dans le Tessin. Le il est nommé chef d’escadron, et il est à nouveau blessé au passage de l'Adige le .

En 1805, il participe à la campagne d’Autriche puis en 1806 à la campagne de Prusse. Le , il passe major au 7e régiment de dragons et le , il reçoit son brevet de colonel en second. Le , il prend le commandement du 5e régiment de dragons, et il fait la guerre d’Espagne. Il est blessé le . Il reçoit deux balles et plusieurs coups de sabre à la bataille de Vitoria à la tête de son régiment. Dans cet engagement, il tue le chef d'escadron ennemi. Il est à nouveau blessé le à Saint-Pierre-d'Irube. En 1814, il participe à la campagne de France et il est promu général de brigade le .

Il meurt le à Paris.

Il a rédigé un journal sur sa campagne d'Espagne de 1812-1813. Ce journal a été acquis au début des années 1990 par la Fondation Napoléon.

SourcesModifier