Jean-Aubin Dumoustier de Frédilly

homme politique français

Jean-Aubin Dumoustier, seigneur de Frédilly, né le à Loudun[1] et mort le à Paris, est un négociant, armateur, banquier et homme politique français.

Jean-Aubun Dumoustier de Frédilly
Fonctions
Député de la Charente-Maritime
-
Syndic
Chambre de commerce et d'industrie de La Rochelle
à partir de
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 75 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Famille
Parentèle
Léon Dumoustier (d) (arrière-petit-fils)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Propriétaire de
Hôtel Dupaty de Clam (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Membre de
Consistoire de l'Église réformée de Paris (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

BiographieModifier

D'une ancienne famille protestante du Poitou[2], fils cadet de Pierre Jean Dumoustier de Vrilly, avocat du roi à la prévôté et bailliage de Loudun, et de Louise-Marguerite-Jeanne Vinsonneau, Jean-Aubin Dumoustier de Frédilly s'établit à La Rochelle comme négociant en 1775 et y fonde une maison de commerce. Il entretient d'importantes relations avec la colonie de Saint-Domingue, où son frère, Samuel Dumoustier de Vrilly, est établie, et y crée plusieurs entreprises, dont notamment une plantation de café à la Nouvelle-Lorraine au Grand Fond de la Croix-des-Bouquets et une plantation de sucre à Torbeck[3].

En 1778, avec son frère Jean-Samuel et Pierre-Isaac de Jarnac, ils arment en corsaire Le Baron de Montmorency, trois mâts de 260 tonneaux, doté de vingt canons et vingt-six pierriers, qu'ils confient au jeune capitaine Joseph Micheau. L'investissement initial se porte à près de 134 000 livres. La pratique de la guerre de course n'est plus tellement d'usage dans la port rochelais au XVIIIe siècle et de grandes difficultés de recrutement de l'équipage se posent face à la concurrence de la Marine royale au port voisin de Rochefort. Sollicité, le commandant de la Marine à Rochefort leur répond ainsi « qu'en raison des besoins immenses de la marine en gens de mer, il ne lui est pas possible de destiner à ce corsaire aucun matelot se trouvant à Rochefort »[4].

Il devient syndic de la Chambre de commerce de l'Aunis en 1787, puis consul.

En 1781, il épouse Jeanne Victoire Joly, fille d'Étienne Claude Joly, ancien syndic de la Chambre de commerce de l'Aunis, et de Suzanne Liège, ainsi que cousine germaine du baron Louis-Jean-Samuel Joly de Bammeville. Leur fils épousa la fille de l'armateur Michel Poupet dont l'hôtel particulier à La Rochelle est devenu l'Hôtel de préfecture de la Charente-Maritime.

Il acquiert l'hôtel Dupaty de Clam en 1790[5].

Le , il est élu à l'Assemblée législative comme député de la Charente-Inférieure. À la Chambre, il siège avec modération et renonce à la politique en 1792.

Avec Admyrauld, il avance une somme pour aider à la fortification de la ville de La Rochelle.

Inscrit sur la liste des notables de La Rochelle en 1793, il doit liquider ses opérations d'armement à la suite des événements de Saint-Domingue durant lesquels plusieurs de ses propriétés sont pillées et incendiées.

En 1797, il s'installe à Paris et y fonde une maison de banque.

Lors du rétablissement des cultes, il devient membre du Consistoire de l'église réformée de Paris.

Notes et référencesModifier

  1. La base Sycomore indique une naissance le 26 décembre 1733 mais cette information n'est pas corroborée par les autres ouvrages et sources en ligne, qui indiquent toutes une naissance le 11 juillet 1752 : Bulletin de la société de l'histoire du protestantisme français, 1978, Franc-maçonnerie et francs-maçons en Aunis et Saintonge sous l'Ancien Régime et la Révolution, 1989, geneanet ou encore huguenots-france.org
  2. Gustave Chaix d'Est-Ange, Dictionnaire des familles françaises anciennes ou notables à la fin du XIXe siècle. XV. Duh-Dyé., 1917
  3. Revue d'histoire des colonies, Volume 44, 1956
  4. Jacques Péret, « Un fort mauvais équipage » ou la campagne du corsaire rochelais. Le Baron de Montmorency (1778-1779), Revue du Nord 2013/2-3 (n° 400-401), pages 505 à 519
  5. François Jourda de Vaux de Foletier, La Rochelle d'autrefois et d'à présent: (La Rochelle à travers les siècles), éditions des Régionalismes, 2020

SourcesModifier

  • Dictionnaire des parlementaires français de 1789 à 1889 (Adolphe Robert et Gaston Cougny)
  • René François Eugène Eschassériaux, Assemblées électorales de la Charente-Inférieure, 1790-1799, 1868
  • Brice Martinetti, Les négociants de La Rochelle au XVIIIe siècle, Presses universitaires de Rennes, 2019
  • Henri Feuilleret, Biographie de la Charente-Inférieure (Aunis & Saintonge), Clouzot, 1877
  • Eugène Réveillaud, Histoire politique et parlementaire des départements de la Charente et de la Charente-Inférieure de 1789 à 1830, Rogé, 1911
  • Ressource relative à la vie publique  :