Ouvrir le menu principal

Je suis seul

Ne doit pas être confondu avec Je me sens si seul (chanson de Johnny Hallyday).
Je suis seul

Single de Johnny Hallyday
Face A Hey Joe - Je crois qu'il me rend fou
Face B La petite fille de l'hiver
Sortie
Format super 45 tours,45 tours
Auteur Georges Aber (adaptation)
Compositeur Ben E. King, Bob Gallo
Producteur Lee Hallyday
Label Philips

Singles de Johnny Hallyday

Je suis seul est une chanson emblématique de Johnny Hallyday. Adaptation française par Georges Aber du titre What Is Soul, elle sort en super 45 tours en mars 1967.

Sommaire

HistoireModifier

Enregistrée à New York au Talent Master Studio entre le 7 et 13 mars 1967[1], Je suis seul sort en disque le 15 mars[2], le jour même de la première de Johnny Hallyday à l'Olympia de Paris[3],[4], où il partage l'affiche avec Sylvie Vartan. Pour l'occasion, la chanson est créé sur scène et prend aussitôt une place à part dans le tour de chant d'Hallyday en s'intégrant dans un triptyque rythm'n'blues (créé sur cette même scène, lors d'un Musicorama l'automne dernier), auquel elle donne ici sa forme définitive.

Ce , Johnny Hallyday achève son récital par les titres Jusqu'à minuit, Confessions et Noir c'est noir, dans un enchainement qui ne fait qu'un, Confessions étant un monologue, une longue supplique rythmée faisant la liaison entres les deux autres morceaux[Note 1]. C'est ce soir là que le chanteur lance pour la première fois au public « Y a-t-il quelqu'un qui veuille m'aimer, [...], j'ai tant besoin d'amour [...], je me sens si seul [...] », enchainement de circonstance repris quelques mois plus tard[Note 2] et précédent la chanson Je suis seul.

Ce Medley rythm'n'blues (ainsi souvent nommé plus tard sur les albums live, bien que les titres soient interprétés dans leurs intégralités), composé de Jusqu'à minuit, Je suis seul et Noir c'est noir[Note 3], marque les esprits et devient l'un des moments forts du tour de chant de Johnny Hallyday, qui par la suite le reprend régulièrement lors de ses prestations sur scènes[Note 4] : Au Palais des sports de Paris lors des spectacles de 1976 et 1982 ; Au Parc des Princes en 1993 et 2003 ; au Stade de France lors des shows de 1998 et 2009.

DiscographieModifier

 :

Discographie live :

Classements hebdomadairesModifier

Classement (1967) Meilleure position
  Belgique (Wallonie Ultratop 50 Singles)[7] 2

Articles connexesModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Source : Dictionnaire des chansons de Johnny Hallyday, Jean-William Thoury, 2002, Éditions Semic Music, page 76, citation : « Plus un monologue qu'une véritable chanson, le texte parait improvisé par Johnny [...]. Confessions n'est en fait qu'une longue introduction [...]. »
  2. Pour cet Olympia 67, le texte de Confessions est quelque peu modifié et raccourci.
  3. À partir de l'album live Johnny Hallyday Story - Palais des sports, le titre Confessions n'est plus crédité sur les pochettes, mais le texte qu'il constituait faisant liaison entres Jusqu'à minuit et Je suis seul est conservé (avec le même effet sur le public).
  4. Avec parfois quelques variantes quant à l'ordre et/ou le choix des titres, c'est ainsi que :
    Noir c'est noir est chanté en introduction, précédent Les coups, suivit de Aussi dur que du bois, Mal, Jusqu'à minuit et Je suis seul en 1993 au Parc des Princes ;
    En 1998 au Stade de France la séquence rythm'n'blues inclut les titres : Noir c'est noir, Les coups, Jusqu'à minuit et Je suis seul ;
    Au Parc des Princes 2003, ce sera Aussi dur que du bois, Jusqu'à minuit et Je suis seul qui seront proposés ;
    Les coups, Noir c'est noir, Je suis seul, Aussi dur que du bois et Jusqu'à minuit, en 2009 composent la séquence rythm'n'blues au Stade de France.
    On signalera également, par souci de complétude, que Je suis seul est partiellement inclus au final du titre Mal, lors du tour de chant de Johnny Hallyday au Palais des sports de Paris en 1971 ; cette version est restée inédite au disque jusqu'en 2003 (année de la réédition en CD de l'album live, qui pour la première fois propose l'intégralité du tour de chant. Bien que présent, Je suis seul n'est pourtant pas crédité dans le détail des titres).
    Enfin, le concert à la Tour Eiffel en 2000, inclut également une séquence dite rythm'n'blues, dans laquelle Je suis seul est absent au profit des titres : Noir c'est noir, Jusqu'à minuit, Si j'étais un charpentier et Joue pas de rock'n'roll pour moi.

RéférencesModifier