Je suis Charlie

slogan

« Je suis Charlie » est un slogan créé par Joachim Roncin, un graphiste français, dans les heures suivant l'attentat contre le journal Charlie Hebdo, le , et utilisé les jours suivants en soutien aux victimes. Cette phrase est principalement utilisée sous forme d'image ou d'un hashtag sur les réseaux sociaux, devenant notamment un des slogans les plus utilisés de l'histoire du réseau Twitter.

Image Je suis Charlie, diffusée en ligne et utilisée lors des manifestations.

Le slogan est utilisé sous de multiples formes dans les manifestations de soutien en France et dans le monde ayant suivi l'attentat, ainsi que dans des textes musicaux composés en hommage aux victimes, comme ceux de Grand Corps Malade, de Tryo, de -M- et de JB Bullet.

Histoire du slogan modifier

 
Dès le au soir le logo est utilisé dans les manifestations de soutien, ici à Strasbourg.

Création modifier

L'auteur du slogan et du visuel est Joachim Roncin, directeur artistique du magazine Stylist[1],[2],[3]. Le logo représente très sobrement la phrase « Je suis Charlie » en blanc et gris sur fond noir, sans autre élément graphique. L'auteur a repris le logo de Charlie Hebdo pour le mot « Charlie » et la typographie du magazine pour lequel il travaille pour les mots « Je suis »[4]. Joachim Roncin a envoyé la première photographie du slogan sur Twitter à 12 h 52 CET le , un peu plus d'une heure et quart après le début de l'attentat. À ce sujet, il déclare :

« Je n’avais pas beaucoup de mots pour exprimer toute ma peine et j’ai juste eu cette idée de faire ‘‘Je suis Charlie’’ parce que notamment, je lis beaucoup avec mon fils le livre Où est Charlie ?, ça m’est venu assez naturellement. »

— Joachim Roncin[5]

On peut aussi penser à l'influence d'un inconscient collectif pour une formulation, si souvent reprise, qui a une de ses origines dans le « Je suis Spartacus », réplique culte du film Spartacus ! de Stanley Kubrick (1960) comme le fait remarquer le Washington Post[6]. Ce n'est cependant pas l'origine de la formulation indiquée par Joachim Roncin sur l'antenne de RTL qui y a déclaré :

« J'ai juste accolé les mots “Je suis” à celui de “Charlie” pour exprimer un sentiment d'appartenance[7]. »

Le slogan Je suis Charlie est une expression polysémique : pour certains, elle signifie « Je suis [solidaire avec les victimes de l'attentat contre] Charlie [Hebdo] », indiquant le soutien aux victimes de l'attentat[8],[9],[10] et rappelle les mots : « Ce soir, nous sommes tous Américains » de la politologue Nicole Bacharan le , repris par le journaliste Jean-Marie Colombani dans son éditorial du 13 septembre dans le quotidien Le Monde[11],[12],[13],[14] ; et « Ich bin ein Berliner » (« Je suis un Berlinois ») prononcé par John Fitzgerald Kennedy durant son discours à Berlin-Ouest, le , à l'occasion des quinze ans du blocus de Berlin.

Un autre sens de l'expression est utilisée par le cinéaste Jean-Luc Godard, qui a soutenu le journal et fait tourner l'économiste Bernard Maris dans Film Socialisme, qui déclara « Je suis Charlie du verbe « suivre » » car il préfère suivre qu'être[15].

Utilisation modifier

 
Messages apposés rue Nicolas-Appert (siège de Charlie Hebdo).
 
Place de la République, .

Après seulement quelques minutes, le slogan se répand très rapidement sur les blogs et médias sociaux[16], notamment via Twitter et Facebook ou dans les principaux journaux français comme Le Monde et Libération[16]. Twitter France annonce en fin de journée le que 3,4 millions de messages de solidarité #JeSuisCharlie ont été publiés dans le monde[17].

Plusieurs grandes villes du monde comme Berlin, New-York, Montréal et Madrid, et de nombreuses villes de France ont vu rapidement des recueillements[18],[19].

Le site internet de Charlie Hebdo est mis hors ligne à la suite de l'attentat avant d'être rouvert peu de temps après avec ce slogan « Je suis Charlie » sur fond noir. Devenue virale[20], l'expression est reprise très rapidement dans toute la France puis dans les plus grandes villes du monde et traduite en de nombreuses langues, traductions disponibles sur le site de Charlie Hebdo[1]. Par hommage, l'image est utilisée par certains utilisateurs des réseaux sociaux comme avatar[21].

Le slogan est également utilisé avec le hashtag #jesuischarlie sur Twitter (utilisé 619 000 fois entre 11 h et 20 h le [1]) ; c'est le hashtag le plus tweeté du monde pendant plusieurs heures sur les réseaux sociaux[22]. Il est aussi utilisé sous forme d'autocollants, pancartes, affiches, ou autres formats lors des rassemblements d'hommage, le soir même dans de nombreux lieux publics de l’Hexagone et de métropoles d'autres pays. Il est rapidement présenté comme un « symbole de la liberté de la presse »[23].

Le hashtag « #jesuischarlie » devient d'ailleurs l'un des hashtags plus populaires de l'histoire du réseau social Twitter avec pas moins de 5 044 740 tweets publiés lors des seuls trois jours d'attentats à Paris et en Île-de-France[24] du 7 au 9 janvier 2015.

Le slogan est utilisé lors des manifestations de soutien au soir du , parfois traduit dans d'autres langues[25].

Le slogan est utilisé pour défendre la liberté d'expression dans le monde entier[26].

Le moteur de recherche Google a placé une petite image Je suis Charlie sur sa page principale[Note 1] jusqu'au dimanche à h, après avoir employé un ruban noir en signe de deuil.

Des ventes de produits dérivés ont lieu en ligne[27] ou des détournements jugés choquants par les internautes, tels que la réappropriation pendant un temps du slogan par le site marchand de prêt-à-porter 3 Suisses sur sa page Facebook[28],[27]. Parmi les réutilisations, le slogan « Ich bin Charlie » (« Je suis Charlie » en allemand) a également été trouvé sur le chantier d'une mosquée à Bischwiller (Bas-Rhin)[29].

 
À Bordeaux, l'entreprise JCDecaux a remplacé certains affichages publicitaires par des affiches « Je suis Charlie ».

Certaines villes ont remplacé des affichages publicitaires par des affiches « Je suis Charlie »[Note 2],[30]. Paris a notamment remplacé l'intégralité des panneaux publicitaires situés sur l'itinéraire du cortège de la grande marche républicaine du par ces affiches noires.

Le dimanche 11 janvier, en championnat d'Italie de football, lors du derby de Rome (ayant habituellement lieu pour l'épiphanie), face à l'AS Roma de l'entraineur français Rudi Garcia, les joueurs de la SS Lazio ont porté un maillot avec inscrit en taille maximale sur le torse habituellement vierge de tout sponsor : « Je suis Charlie ».

Le , malgré une cinquantaine de demande de dépôt de marque depuis le , l'Institut national de la propriété industrielle décide de ne pas enregistrer le slogan, laissant le message et l'image libres de toute utilisation. L'INPI explique en effet que les demandes « ne répondent pas au critère de caractère distinctif » et que « ce slogan ne peut pas être capté par un acteur économique du fait de sa large utilisation par la collectivité »[31],[32].

Dans la musique modifier

Le , l'artiste JB Bullet publie un morceau #JeSuisCharlie[33] sur l'air d’Hexagone de Renaud en 1975, en référence à l'esprit républicain de révolte pour le pays[34],[35].

Ce même jour, Les Françoises, groupe composé des chanteuses françaises Jeanne Cherhal, Camille, La Grande Sophie et Emily Loizeau, interprètent un morceau composé pour l'occasion portant le titre de Je m'appelle Charlie dans les studios de Radio France.

Le , le rappeur malien Oxmo Puccino interprète sa propre chanson intitulée Je Suis Charlie lors de l'émission Le Before du Grand Journal sur la chaîne Canal+[36].

Le , le slameur Grand Corps Malade interprète un morceau intitulé Je suis Charlie en hommage aux victimes des attentats[36],[37].

Le , le groupe français Tryo publie une chanson intitulée Charlie dont les paroles sont « Je suis Charlie »[38],[39].

Le , Francis Lalanne publie une vidéo où il chante Je suis Charlie.

Le , le chanteur M sort le morceau Comme un seul homme[40].

S'ensuivront des morceaux signés par Tété avec L'arme jamais et Oxmo Puccino avec Je suis Charlie[41].

Pour la une de Charlie Hebdo modifier

Le slogan est finalement repris pour le « premier numéro des survivants ». La rédaction de Charlie Hebdo, hébergée dans les locaux du journal Libération, utilise le slogan sur la une du premier numéro rédigé après l'attentat : on y découvre « Je suis Charlie » inscrit sur un panneau tenu par Mahomet versant une larme et déclarant « Tout est pardonné »[42].

Variantes modifier

 
Variantes du slogan : « Je suis flic, je suis Juif… ».

La variante « Nous sommes tous Charlie » est utilisée par certains groupes, à l'image du groupe Société de journalistes français rassemblant les rédactions des principaux médias nationaux français[43] et de Reporters sans frontières.

Les variantes « I am Charlie » qui est la traduction anglaise du slogan est également utilisée dans les pays anglophones[44], tout comme « Yo soy Charlie »[45] dans les pays hispanophones et « Eu sou Charlie » au Brésil[46].

Des variantes « Je suis policier » et « Je suis juif » — voire « Je suis musulman » — apparaissent en références à la mort de policiers et de juifs pendant et après la fusillade de Charlie Hebdo.

Le hashtag « #jenesuispascharlie » et le slogan « Je ne suis pas Charlie », utilisés par des personnes qui désapprouvent tout ou partiellement le journal et « le rassemblement orchestré par les médias »[47] mais qui condamnent l'attentat[48] est également utilisé[49],[50]. Certains reprochent au journal d'être blasphématoire[Note 3],[51],[Note 4].

Ce dernier hashtag est parfois récupéré par des mouvements et/ou des personnalités d'extrême droite (dont Jean-Marie Le Pen[52]) ou identitaires[53], ou est associé aux hashtag « #bienfait » ou « #cheh[Note 5] » par des internautes approuvant l'attentat[54]. Des condamnations à des peines de prison ferme pour « apologie du terrorisme » ont été prononcées à l'encontre d'internautes ayant utilisé ces hashtags[55]. Jean-Marie Le Pen affirme également « Je suis Charlie Martel[56] ».

En Iran, un journal ayant repris le slogan a été censuré[57],[58].

Dans les semaines qui suivent, le hashtag #JeSuisKouachi (du nom de Chérif et Saïd Kouachi) apparaît sur les réseaux sociaux et devient un des hashtags les plus populaires sur Twitter (trending topic). Initié par quelques personnes, retweetées par des programmes automatiques, le hashtag devient populaire (49 000 tweets au total) quand le Front national et l'extrême droite française s'en emparent[59].

Réutilisations modifier

  • Après l'attaque d'un bus civil survenue le en Ukraine, causant la mort d'au moins douze personnes et plus d'une dizaine de blessés, une campagne de protestation est lancée par les internautes ukrainiens, avec le slogan « Je suis Volnovakha » (du nom de la localité proche du lieu de l'attaque)[60]. Le , des marches pour la paix ont lieu à travers le pays en hommage aux victimes, notamment à Kiev sur le Maïdan. Des manifestants reprennent le slogan sur des pancartes, rédigées en ukrainien et en français[61].
  • À la suite de la condamnation du blogueur Raif Badawi à 1 000 coups de fouet et 10 ans de prison en Arabie saoudite, le slogan « Je suis Raif » est lancé à l'occasion d'une campagne de soutien internationale[62],[63].
  • Également, après les fusillades de Copenhague de , apparaissent des « Je suis Danois » (« Jeg er Dansk » en danois) sur les réseaux sociaux et dans la rue.
  • Après l'assassinat de Boris Nemtsov le , des pancartes avec l'inscription « Je suis Nemtsov » ou « Je suis Boris » (« Я Борис » en russe) sont utilisées lors de la manifestation du à Moscou[64].
  • Après l'attentat terroriste dans le musée du Bardo à Tunis le , le slogan « Je suis Tunisien », « Je suis Tunis » et « Je suis Bardo » est repris dans le monde entier.
  • Lors de manifestations, les adversaires au projet de loi sur le renseignement en France brandissent des pancartes « Je suis sur écoute »[65].
  • Après les attentats du en Île-de-France, le slogan « Je suis Paris » est utilisé[66],[67],[68].
  • « JeSuisChien »[69][réf. non conforme] a été utilisé après la mort du chien policier Diesel lors de l'opération policière du à Saint-Denis.
  • En , les ouvriers de l'usine de robinetterie industrielle située à Ham dans la Somme, menacés de fermeture par la direction du groupe Pentair-Griss, brandissent des panneaux et des vignettes « Je suis Sapag », du nom de l'ancienne usine, avant son rachat[70].
  • En , Lydia Guirous a utilisé le titre #Je suis Marianne pour son deuxième livre (éd. Grasset).
  • En , le slogan « Je suis circonflexe » est utilisé en opposition à l'application des rectifications orthographiques de 1990[71],[72].
  • En , « Je suis Bruxelles » est utilisé après les attentats du à Bruxelles[73]. John Kerry déclare également « Je suis Bruxellois » à la suite des attentats[74].
  • En , le slogan « Je suis Orlando » est utilisé en opposition à la fusillade du à Orlando[75]. Joachim Roncin a réutilisé son slogan changé à « Je suis sick of this shit » (anglais : Je suis malade de cette merde)[76].
  • En , « Je suis/Nous sommes Fourgal » est scandé par des habitants de Khabarovsk, dans l'Extrême-Orient russe, en soutien de leur gouverneur, Sergueï Fourgal, arrêté et escorté à Moscou pour soupçons d'avoir commandité plusieurs meurtres en 2004-2005[77],[78].
  • En , « Je suis/Nous sommes Dziouba » sert de slogan aux défenseurs du footballeur russe, Artiom Dziouba, aux prises avec un scandale sexuel après la révélation par un maître-chanteur[79] d'une vidéo dans laquelle on le voit se masturber devant son téléphone portable[80].

Toponyme modifier

Le lendemain de l'attentat, Jean-Pierre Tallieu, maire de la ville de La Tremblade, dans la banlieue de Royan (Charente-Maritime), prend l'initiative de baptiser une place publique « Je suis Charlie » afin de perpétuer le souvenir des victimes. Une plaque provisoire est inaugurée le samedi [81], et doit être remplacée par une signalétique pérenne dans les semaines qui suivent, « une fois accomplies toutes les formalités administratives nécessaires pour enregistrer la nouvelle dénomination »[82].

Manifestations des 10 et 11 janvier modifier

De nombreuses manifestations ont lieu les 10 et 11 janvier 2015, dans lesquelles le slogan « Je suis Charlie » est massivement utilisé.

À Moscou, les activistes Mark Galperine et Vladimir Ionov, qui tenaient des piquets solitaires (permis par la loi russe) sur la place du Manège avec des pancartes « Je suis Charlie », ont été arrêtés par la police et condamnés à une amende de 20 000 roubles (environ 250 euros) pour Ionov et à un arrêt administratif de 38 jours pour Galperine[83].

Postérité modifier

Depuis les attentats de à Paris, de nombreux intellectuels, écrivains, journalistes… sont revenus sur la formule emblématique qu'est Je suis Charlie pour l'étudier objectivement et lui donner une signification historique.

« Je suis Charlie » et ses défenseurs modifier

L'écrivain Frédérick Deguizan, dans son essai publié en  : Je suis Charlie, Je suis Paris 2015 : Des antidotes au chaos du monde ?[84], défini la formule Je suis Charlie, mais aussi son antagoniste, Je ne suis pas Charlie. Par ailleurs, il fait le lien entre la montée du terrorisme et du chaos dans le monde avec le réchauffement climatique et les effondrements des États.[réf. nécessaire]

« Je suis Charlie » et ses détracteurs modifier

Emmanuel Todd porte un regard critique sur la formule Je suis Charlie dans son essai Qui est Charlie ? Sociologie d'une crise religieuse[85]. Qualifiant les manifestations du de « moment d’hystérie collective », Todd déclare que « blasphémer de matière répétitive, systématique sur Mahomet, personnage central de la religion d’un groupe faible et discriminé devrait être, quoi qu’en disent les tribunaux, qualifié d’incitation à la haine religieuse, ethnique et raciale. » mais selon l’historien Laurent Jeanpierre, il se fourvoie également en assimilant les manifestants à « des manifestants unanimement islamophobes[86] ».

Une étude de l'Afev publiée en montre que 30 % des collégiens des « quartiers populaires » ne se sentent pas « Charlie », 13 % se disant même « en colère contre les caricaturistes », Nicolas Cadène, rapporteur général de l'Observatoire de la laïcité précisant néanmoins que « Dire "Je ne suis pas Charlie" ne veut pas nécessairement dire que l'on approuve les terroristes[87] ».

Présente dès les premiers jours après le , mais très minoritaire, la formulation « Je ne suis pas Charlie » ressurgit périodiquement. À la suite du large mouvement d'opinion suscité par la photo du petit Alan Kurdi (le garçon réfugié syrien retrouvé noyé sur une plage le ), Charlie-Hebdo réalise des dessins satiriques d'humour noir sur le sujet qui choquent de nombreuses personnes. Un mouvement « Je ne suis pas Charlie » se développe à cette occasion. Dans une chronique sur la radio Europe 1, le philosophe Raphaël Enthoven s'insurge contre ce détournement en déclarant : « Dire Je ne suis pas Charlie, c'est combattre pour son propre esclavage comme s'il s'agissait de sa liberté »[88].

Trois ans après les faits, le journaliste de Libération et Charlie Hebdo Philippe Lançon, blessé lors de l'attentat, estime que « “Je suis Charlie” était un cri humaniste, d’effroi et de mélancolie. (…) On se levait pour un principe, pour la vie, pour un principe de vie », il déplore toutefois son instrumentalisation extérieure : « “Je suis Charlie” est devenu l’étiquette magique qu’on faisait valser au gré de ses intérêts, de ses combats et de ses préjugés ; en clair, une injonction qui visait à regrouper autant qu’à exclure, à regrouper en excluant[89] ».

Ouvrage collectif modifier

Un ouvrage au format poche, intitulé Nous sommes Charlie et regroupant les écrits de 60 personnalités du monde littéraire et journalistique, textes ayant pour thématique la liberté d'expression est publié le suivant les attentats de Paris[90],[91],[92],[93],[94],[95].

Voir aussi modifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie modifier

  • Philippe Maxence (dir.), Face à la fièvre Charlie : des catholiques répondent, L'Homme nouveau, coll. « Focus », 2015, 124 p.
  • Emmanuelle Prak-Derrington. « « Je suis Charlie ». Analyse énonciative et pragmatique d’un slogan de crise ». Cahiers d’Études Germaniques, Université de Provence-Aix-Marseille, 2017, Crises et catastrophes. De la mise en discours à l’argumentation, p. 19-38.
  • (en + es + fr) Maëlle Bazin, « Brandir un crayon, geste-emblème des rassemblements post-attentats de janvier 2015/Brandishing a pencil, emblem-gesture of the rallies after the January 2015 attacks/Esgrimir un lápiz, un gesto emblemático de las concentraciones post-atentados de enero del 2015 », Mots, no 110,‎ , p. 67-82 (DOI 10.4000/mots.22227, lire en ligne, consulté le ).
  • Pierre Lefébure (dir.) et Claire Sécail (dir.), Le défi Charlie. Les médias à l’épreuve des attentats., Lemieux éditeur, (lire en ligne [PDF]).

Articles connexes modifier

Liens externes modifier

Notes et références modifier

Notes modifier

  1. L'imagette Google est disponible à cette adresse.
  2. M. G., « Roubaix: JCDecaux affiche «Je suis Charlie» »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur le site du quotidien Nord Éclair, (consulté le ) : « C’est l’entreprise JCDecaux qui a pris l’initiative d’afficher cette formule sur ses panneaux, avec certes l’accord des municipalités concernées ».
  3. Mattéa Battaglia et Benoit Floc'h, « À Saint-Denis, collégiens et lycéens ne sont pas tous « Charlie » », sur lemonde.fr, Le Monde, (consulté le ) : « ils ont insulté l'islam, et les autres religions aussi. ».
  4. Pasquin, « Je ne suis pas Charlie ! », sur hommenouveau.fr, L'Homme nouveau, (consulté le ) : « Je ne suis pas Charlie : la liberté d’expression et la liberté de la presse ne sont pas le droit d’insulter, de mépriser, de blasphémer, de piétiner, de moquer la foi ou les valeurs des concitoyens, de prendre systématiquement de front les communautés musulmane ou chrétienne. »
  5. Cheh signifie « bien fait » en arabe dialectal.

Références modifier

  1. a b et c Lauren Provost, « "Je suis Charlie" : qui est à l'origine de l'image et du slogan que le monde entier reprend par solidarité », sur le site du journal Le Huffington Post, (consulté le ).
  2. Frédéric Potet, « « Je suis Charlie », c’est lui », sur le site du quotidien Le Monde, (consulté le ).
  3. « Qui se cache derrière le slogan “Je suis Charlie”? », sur Les Inrockuptibles, .
  4. « Je suis Charlie », c’est lui (Le Monde, , mis à jour même jour à 18 h 40).
  5. « #jesuischarlie, le slogan de la solidarité et de l’émotion sur la Toile », sur Le Progrès, .
  6. (en) « The two French meanings of ‘Je suis Charlie », sur washingtonpost.com, (consulté le ).
  7. Pierre-Emmanuel Mesqui, « Le créateur de «Je suis Charlie» horrifié par les dérives commerciales », sur lefigaro.fr, (consulté le ).
  8. Eros Sana, « Non, nous ne sommes pas en guerre », sur bastamag.net, .
  9. Gérard Grunberg, « Le double choc qui traumatise la République », sur letemps.ch, .
  10. Pierre Paperon, « "Je suis Charlie", un slogan aux 6 significations: veillons à conserver l'unité après coup », sur le site du quotidien L'Obs, (consulté le ).
  11. Jean-Marie Colombani, « Nous sommes tous Américains », sur le site du quotidien Le Monde, (consulté le ).
  12. « Rassemblement Charlie Hebdo : plus de 5 000 personnes réunies à Grenoble pour dénoncer l'attentat », sur le site du réseau de radios France Bleu, (consulté le ).
  13. Matt Welch, « Pourquoi je ne suis pas Charlie », sur le site d'information en ligne Contrepoints, (consulté le ).
  14. « Le en filigrane », sur le site de l'hebdomadaire Courrier international, (consulté le ).
  15. « Jean-Luc Godard aime mieux dire «“Je suis Charlie”, du verbe “suivre”» », sur Slate, .
  16. a et b « Charlie Hebdo" - #Jesuischarlie : la solidarité s'exprime sur les réseaux sociaux », le site du magazine Le Point, (consulté le ).
  17. « 3,4 millions de Tweets de solidarité #JeSuisCharlie publiés dans le monde », sur Twitter, (consulté le ).
  18. « Charlie Hebdo : le monde entier entre émotion et colère », sur Franceinfo, (consulté le )
  19. « Après l'attaque contre « Charlie Hebdo », des manifestations spontanées dans toute la France », sur Le Monde.fr, (consulté le ).
  20. (en) AFP, « ‘Je Suis Charlie’ message goes viral after Paris attack », Washington Post,‎ (lire en ligne).
  21. Jérémie Mani et Guilhem Fouetillou, « “Je suis Charlie” contre “Bien fait” : le choc vécu sur Facebook et les réseaux sociaux », sur le site d'informations Atlantico, (consulté le ).
  22. « Visualisation de l'utilisation du hashtag #jesuischarlie le jour de l'attentat »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur cartodb.com (en).
  23. (pt) Thiago de Araújo, « #JeSuisCharlie: Hashtag vira símbolo em defesa da liberdade de expressão após atentado na França », Brasil Post (pt),‎ (lire en ligne).
  24. « #JesuisCharlie encore loin d'être le hashtag le plus populaire de l'histoire de Twitter », sur le site du quotidien Le Monde, (consulté le ).
  25. « De Lima à Tirana, des centaines de « Je suis Charlie » », sur le site du quotidien Le Monde, 8 janvier 2015 à h 30 (consulté le ).
  26. « "Je suis Charlie" : des lycéens mettent en œuvre la liberté d'expression », sur Yahoo! News, Francetv info, (consulté le ).
  27. a et b Morgane Tual, « L'émergence d'un funeste business « Je suis Charlie » sur le Web », sur le site du quotidien Le Monde, (consulté le ).
  28. Morgane Tual, « 3 Suisses choque certains clients avec un visuel "Je suis Charlie" sur sa page Facebook », sur le site de la chaîne de télévision France 3, (consulté le ).
  29. « Deux jours de passages à l'acte islamophobes », sur le site du quotidien Libération, (consulté le ).
  30. GQ, « Je suis Charlie : le slogan de soutien envahit l'espace public », sur le site gqmagazine.fr, (consulté le ).
  31. "Je suis Charlie" : les demandes de dépôt de marque refusées, Youen Tanguy, TF1)-LCI, .
  32. « "Je suis Charlie" ne deviendra pas une marque », le Monde, .
  33. « #JeSuisCharlie - La chanson hommage à Charlie Hebdo de JB Bullet », sur BFM TV, .
  34. #JeSuisCharlie - JB Bullet, Youtube.
  35. Véronique Dalmaz, « "Je suis Charlie" en chanson, histoire d'un buzz sur un air de Renaud »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur culturebox.francetvinfo.fr, .
  36. a et b Grand Corps Malade, Tryo, Oxmo Puccino et JB Bullet rendent hommage à Charlie.
  37. Grand Corps Malade, Youtube.
  38. Tryo — CHARLIE | #JeSuisCharlie, publié le .
  39. Claire Courbet, « Charlie Hebdo: Tryo rend hommage à son ami Tignous » sur Le Figaro, .
  40. -M- - COMME UN SEUL HOMME, Oui FM.
  41. « « Je suis Charlie » en dix chansons : vous êtes plutôt Lalanne ou Tryo ? », sur Rue89, .
  42. « Mahomet en une du «Charlie Hebdo» de mercredi », sur Libération.fr, .
  43. « Communiqué des sociétés de journalistes : « Nous sommes tous des Charlie » », sur le site du quotidien Le Monde, (consulté le ).
  44. (en) « 'I Am Charlie': Thousands Honor Victims of Terror Attack », sur le site du quotidien NBC News, (consulté le ).
  45. (es) Guillermo Altares (es), « La soledad de una revista pese al “Yo soy Charlie” », sur El País internacional, .
  46. (pt-BR) « Capa do novo 'Charlie Hebdo' terá Maomé com placa 'Eu sou Charlie' », sur Globo do Brasil (en), .
  47. « Marine Le Pen appelle ses partisans à manifester partout, sauf à Paris »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur Le Monde, .
  48. « #JeNeSuisPasCharlie, le hashtag qui indigne », sur le site 7sur7.be de la société Persgroep Publishing nv, (consulté le ).
  49. Catherine Lévesque, « Je ne suis pas Charlie : mouvement à contre-courant sur les réseaux sociaux », sur le site du journal Le Huffington Post Québec, (consulté le ).
  50. Charlotte Boitiaux, « Le mouvement "Je ne suis pas Charlie" : à contre-courant de l’émotion », sur le site de la chaîne de télévision France 24, (consulté le ).
  51. « Richard Malka : "L'esprit de Charlie, c'est le droit au blasphème" », sur lepoint.fr, Le Point, (consulté le ).
  52. « Jean-Marie Le Pen : "Je ne suis pas Charlie" », sur Le Figaro, .
  53. Jean-Luc Mounier, « Attaque à «Charlie Hebdo» : Le possible réveil des identitaires », sur le site du quotidien gratuit 20 Minutes, (consulté le ).
  54. Nicolas Bégasse, « Attaque à « Charlie Hebdo »: Comment les réseaux sociaux gèrent les messages haineux », sur le site du quotidien gratuit 20 Minutes, (consulté le ).
  55. « Après les attentats contre « Charlie », trois condamnations pour « apologie du terrorisme » », sur lemonde.fr, .
  56. « «Charlie Hebdo» : Jean-Marie Le Pen et la théorie du complot », sur Libération, .
  57. « Iran : un journal interdit pour sa Une "Je suis Charlie" avec une photo de George Clooney »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur TF1.
  58. « Iran : un quotidien réformateur interdit pour avoir publié « Je suis Charlie » en « une » », sur Le Monde, .
  59. Jean-Marc Manach, « #JeSuisKouachi : le hashtag sulfureux peut dire merci au FN », Arrêt sur images, (consulté le ).
  60. « Ukraine : nouveau pic de violences dans l’Est séparatiste », sur Libération, .
  61. « Ukraine: hommage à Kiev aux civils tués mardi dans l'attaque d'un bus », sur Radio France internationale, .
  62. « La flagellation est une honte pour l’Arabie saoudite », sur Paris Match, .
  63. « #JeSuisRaif, un appel pour sauver le blogueur saoudien Raif Badawi », sur La Croix, .
  64. « Meurtre de Boris Nemtsov : la plus forte mobilisation anti-Poutine depuis 2012 », sur Les Échos, .
  65. « Projet de loi sur le renseignement : avant le vote, le lobbying des opposants », sur La Croix, .
  66. « En Italie, « Je suis Paris » à la « une » d’un journal », sur Le Monde, .
  67. « Attentats de Paris : après #JesuisCharlie, #JesuisParis », sur Direct Matin, .
  68. « #JeSuisParis, en dessins », sur Libération, .
  69. https://twitter.com/search?f=tweets&vertical=default&q=%23JeSuisChien&src=typd.
  70. « Ham : le « gros coup de massue » des salariés de Pentair Griss »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur L'Aisne nouvelle.
  71. (en) « No, the French aren't bidding a final adieu to the circumflex », sur The Local, .
  72. « #JeSuisCirconflexe: Les internautes s'indignent de la suppression de l'accent circonflexe », sur 20 Minutes, .
  73. (en) Kate Ward, « Cartoon Tributes After Brussels Terror Attacks Show "Je Suis Bruxelles" Is A Unified Cry », sur romper.com, .
  74. La rédaction de FranceSoir.fr avec AFP, « "Je suis Bruxellois" de Kerry à Bruxelles : le soutien des États-Unis à la Belgique endeuillée », sur France Soir, .
  75. « Je suis #Orlando ! », sur Actu-Mag.fr, (consulté le ).
  76. (en) « joachim on Twitter » (consulté le ).
  77. (ru) Евгений Калюков, Екатерина Костина et Михаил Юшков, « Жители Хабаровска третий день подряд вышли на улицы в поддержку Фургала », sur РБК (ru),‎ (consulté le ).
  78. (ru) « Хабаровский край четвертый день протестует против задержания губернатора. Что происходит? », sur Полит.ру (ru),‎ (consulté le ).
  79. (ru) « СМИ: У футболиста Артема Дзюбы вымогали 5 млн долларов за его интимное видео », sur NEWSru.com (en),‎ (consulté le ).
  80. (ru) « В соцсетях и на телевидении набирает обороты движение "Я/Мы Дзюба" », sur NEWSru.com (en),‎ (consulté le ).
  81. Ronan Chérel, « Charente-Maritime : une "place Je suis Charlie" inaugurée à La Tremblade ce samedi », sur Sud Ouest, .
  82. « Une place baptisée « Je suis Charlie » à La Tremblade », sur Le Parisien, .
  83. (ru) « Пикетчики в поддержку Charlie Hebdo осуждены в Москве », sur // ВВВ Russian,‎ .
  84. Frédérick Deguizan, Je suis Charlie, Je suis Paris 2015 : Des antidotes au chaos du monde ?, Limours, Les Éditions Héliomir, , 152 p. (ISBN 978-2-9542242-3-7), Essai et Témoignage.
  85. Emmanuel Todd, Qui est Charlie ? : sociologie d'une crise religieuse, Paris, Seuil, , 252 p. (ISBN 978-2-02-127909-2).
  86. Grégoire Biseau, Sonya Faure, Laure Bretton, Thibaut Sardier et Frantz Durupt, « «Je suis Charlie» : de consensuel à conflictuel », liberation.fr, (consulté le ).
  87. Romain David, « 30 % des collégiens des quartiers populaires ne se sentent pas « Charlie » », lefigaro.fr, (consulté le ).
  88. « Les dessins de Charlie-Hebdo sur la mort d'Aylan Kurdi ne font pas rire tout le monde », sur lefigaro.fr, (consulté le ).
  89. « « Charlie Hebdo » : trois ans après l’attentat, les journalistes témoignent », lemonde.fr, (consulté le ).
  90. Laurent Laplante, « Nous sommes Charlie, Collectif », Nuit blanche, magazine littéraire, no 139 « Conflits : hier, aujourd’hui »,‎ , p. 42 (lire en ligne [PDF]).
  91. « "Nous sommes Charlie" : 60 écrivains unis pour la liberté d'expression », sur France Info, (consulté le ).
  92. « "Nous sommes Charlie": 60 écrivains unis pour la liberté d'expression », Le Point,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  93. Loyola Leroux, « Nous sommes Charlie – 60 écrivains unis pour la liberté d’expression », à babord, no 62,‎ 2015-2016 (lire en ligne, consulté le ).
  94. Catherine Lalonde, « Nous sommes Charlie. 60 écrivains unis pour la liberté d’expression, collectif », Le Devoir,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  95. Bernard Lehut, « 60 écrivains français se mobilisent pour "Charlie Hebdo" », sur RTL, (consulté le ).