Ouvrir le menu principal

Jayant Narlikar

astronome, Tata Institute of Fundamental Research, Bombay

Jayant Vishnu Narlikar ( à Kolhapur, Maharashtra, Inde) est un astrophysicien et cosmologiste indien, professeur émérite à l'Inter-University Centre for Astronomy and Astrophysics (en) à l'université de Pune.

Sommaire

BiographieModifier

Narlikar a passé sa licence à l' université de Bénarès en 1957, puis est parti poursuivre ses études de mathématiques à l'université de Cambridge, où il s'est classé Senior Wrangler au Tripos de Mathématiques (1959)[1]. En 1960, il a obtenu la médaille Tyson pour ses recherches en astronomie, puis le Prix Smith en 1962. Après avoir soutenu sa thèse d'astronomie sous la direction de Fred Hoyle en 1963, il a été boursier Berry Ramsey de King's College où il a travaillé jusqu'en 1972. En 1966, Fred Hoyle avait créé l'Institut d'Astronomie Théorique de Cambridge, et recruté Narlikar parmi ses premiers collaborateurs. En 1972, Narlikar accepta la chaire d'astronomie que lui offrait l'Institut Tata de Bombay. En 1988, la commission indienne des bourses universitaires le choisit comme premier directeur du Centre inter-universitaire d'Astronomie et d'Astrophysique de Pune (IUCAA).

Narlikar s'est fait connaître par ses travaux sur les théories concurrentes à celles du Big Bang[2]. Ses recherches concernent la physique fondamentale : le Principe de Mach, la cosmologie quantique et l'action à distance. Narlikar a participé à une expérience de culture biologique de micro-organismes dans des échantillons d'air stratosphérique prélevés à l'altitude de 41 km[3].

DistinctionsModifier

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

NotesModifier

  1. D'après Simon Mitton, Fred Hoyle: A Life in Science, Aurum, (ISBN 978-1-85410-961-3), p. 275
  2. Cf. Leslie Monte, « I don’t subscribe to the bandwagon idea of Big Bang: Jayant Vishnu Narlikar », Live Mint,‎ (lire en ligne)
  3. D'après M. Wainwright, N.C. Wickramasinghe, J.V. Narlikar et P. Rajaratnam, « Microorganisms cultured from stratospheric air samples obtained at 41 km », FEMS Microbiol. Letter, vol. 218, no 1,‎ , p. 161–5 (PMID 12583913)

Articles connexesModifier

Liens externesModifier