Jardin des plantes et de la nature

Le jardin des plantes et de la nature de Porto-Novo (JPN), anciennement appelé forêt sacrée du royaume de Porto-Novo, est créé avant , probablement au XVIIe siècle. Forêt sacrée contemporaine, il est placé sous l’autorité du royaume de Hogbonu[1].

Jardin des plantes et de la nature
Cadre
Type
Pays
Coordonnées
Carte

Il s’y déroule les règlements des litiges entre citoyens et l’exécution des sentences des condamnés à mort, sous la direction du ministre du roi, chargé des affaires judiciaires. La forêt abritait également les temples des divinités autochtones et les populations venaient y faire des prières et libations[1].

Situé en plein quartier administratif, entre le siège de l’Assemblée Nationale et le Centre Hospitalier Départemental de l’Ouémé, le Jardin des Plantes et de la Nature de Porto-Novo est un espace vert de la ville. Il est aujourd’hui un espace didactique, qualifié de poumon vert de la ville capitale[1].

Histoire

modifier

Collections

modifier
 
Entrée du Jardin des Plantes et de la Nature

Le conservatoire (ou Musée des Plantes) et l'espace détente constituent les deux sites du Jardin des Plantes et de la Nature.
Il couvre une superficie totale de 3,8 hectares et compte environ 200 espèces répertoriées[2].

Patrimoine culturel et historique

modifier
 
Milieu aquatique au Jardin des plantes et de la nature
  • Des sculptures sur bois.
  • Treize sculptures inspirées des signes de divination du fâ.

Patrimoine végétal

modifier
  • Des arbres pouvant aller jusqu’à cinquante mètres de haut : c’est l’exemple de l’Iroko se trouvant à l’entrée du jardin. Cet arbre qui est vieux de plus de 300 ans mesure près de 40 mètres de haut et plus de 10 mètres de circonférence. Il est le symbole de l'histoire du Bénin et selon les croyances béninoises servirait de demeure aux esprits.
  • Des arbres centenaires tel que l'Iroko géant sous lesquels se faisaient des offrandes,
  • Des plantes médicinales,
  • Des plantes ornementales,
  • Des arbres fruitiers,
  • Des kapokiers arbre du voyageur ,
  • Des caïlcédrats,
  • Des kolatiers,
  • Des hysopes,
  • Des baobabs.

Patrimoine faunistique

modifier
 
Cercopithecus mona.
 
La faune dans le jardin des plantes.

Notes et références

modifier
  1. a b et c « Le jardin des plantes et de la nature de Porto-Novo », sur MONWAIH, (consulté le )
  2. « Le Jardin des Plantes et de la Nature - JPN », sur www.epa-prema.net (consulté le )

Bibliographie

modifier

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Dominique Juhé-Beaulaton, «  Le jardin des Plantes et de la Nature de Porto Novo », in « Des bois sacrés vodou aux paysages culturels : la conservation de la biodiversité en question (Sud Togo et Bénin) », in Rapport final IFB Bois sacrés et conservation de la biodiversité, 2006, 22 p., [lire en ligne]
  • Dominique Juhé-Beaulaton, « Un patrimoine urbain méconnu. Arbres mémoires, forêts sacrées et jardins des plantes de Porto-Novo (Bénin) », in Autrepart, no 51, 2009, p. 75-98
  • Dominique Juhé-Beaulaton (dir.). Forêts sacrées et sanctuaires boisés. Des créations culturelles et biologiques (Burkina Faso, Togo, Bénin), Karthala, Paris, 2010, 280 p., [lire en ligne]
  • Dominique Juhé-Beaulaton, « Arbres mémoires, bois sacré et Jardin des plantes de Porto-Novo : un patrimoine à considérer », in C. Mengin et A. Godonou (dir.), Le patrimoine de Porto-Novo : réhabilitation, développement, perspectives touristiques, Paris/Porto-Novo, Publications de la Sorbonne/École du patrimoine africain, 2011