Ouvrir le menu principal

Jardin de l'Évêché de Castres

jardin à Castres (Tarn)
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jardin de l'Évêché.

Jardin de l'Évêché
Image illustrative de l’article Jardin de l'Évêché de Castres
Un parterre en broderie de buis
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Subdivision administrative Midi-Pyrénées
Commune Castres
Superficie 1 ha
Histoire
Création 1696
Personnalité(s) André Le Nôtre (dessinateur)
Michel Tubeuf, Augustin de Maupeou (commanditaires)
Caractéristiques
Type Jardin d'agrément
Gestion
Propriétaire Commune
Protection Logo monument historique Classé MH (1995)
Logo affichant deux demies silhouettes d'arbre Jardin remarquable (2004)
Localisation
Coordonnées 43° 36′ 10″ nord, 2° 14′ 30″ est

Géolocalisation sur la carte : Tarn

(Voir situation sur carte : Tarn)
Jardin de l'Évêché

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Jardin de l'Évêché

Le jardin de l'Évêché est l'ancien jardin d'agrément du palais épiscopal de Castres dans la région Midi-Pyrénées en France. Construit à la fin du xviie siècle par André Le Nôtre, c'est un jardin à la française combinant des parterres en broderie de buis et à l'anglaise.

Sommaire

HistoriqueModifier

Michel Tubeuf, évêque de Castres jusqu'en 1682, fait construire le palais épiscopal par Jules Hardouin-Mansard. Les sources divergent quant au commanditaire du jardin (Tubeuf[1], Augustin de Maupeou, son successeur à l'évêché[2], ou bien les deux[3]) mais s'accordent sur le fait qu'il ait été dessiné par André Le Nôtre.

Le jardin est signalé en 1726 dans le Dictionnaire universel de la France ancienne et moderne qui le qualifie de « très-beau »[4]. Un siècle après, un membre de la famille Rigaud de Vaudreuil fait une description peu amène du jardin lors d'un voyage[5], nuancée quelques années plus tard par un autre chroniqueur[6].

Une première demande de protection émise par le maire Castres en 1892 est rejeté par la Commission des Monuments historiques[7]. Il s'agissait de la première demande de classement concernant un jardin[7]. Le jardin est finalement inscrit en 1992 puis classé au titre des monuments historiques en 1995[8]. Il est également labellisé « Jardin remarquable » en 2004.

DescriptionModifier

Le jardin est composé de six parterres : deux parterres en broderie de buis, pouvant représenter de manière stylisée une fleur de lys et une croix occitane[9], à proximité du bâtiment ; quatre parterres à l'anglaise, entourant un bassin au centre. Un bosquet de marronniers termine le jardin, à l'opposé du bâtiment.

GalerieModifier

Notes et référencesModifier

  1. Reportage lors du journal télévisé du 13 juin 2013 sur TF1
  2. Hippolyte Crozes, Répertoire archéologique du département du Tarn, Paris, Imprimerie impériale, , 123 p. (lire en ligne), p. 52
  3. Anacharsis Combes, Étude historique sur Jean-Sébastien de Barral, Castres, Veuve Chaillol, , 356 p. (lire en ligne), p. 164
  4. Claude-Marin Saugrain, Dictionnaire universel de la France ancienne et moderne, t. 1, Paris, , 1304 p. (lire en ligne), p. 652
  5. Pierre-Louis de Rigaud Vaudreuil, Promenade de Paris à Bagnères-de-Luchon, Paris, Adrien Egron, , 274 p. (lire en ligne), p. 158
  6. Abel Hugo, France pittoresque, vol. 3, Paris, Delloye, , 320 p. (lire en ligne), p. 190
  7. a et b Arlette Auduc, « Paysage, architecture rurale, territoire : de la prise de conscience patrimoniale à la protection », In Situ, vol. 7,‎ (ISSN 1630-7305, lire en ligne)
  8. Notice no PA00095670, base Mérimée, ministère français de la Culture
  9. Page consacrée aux parcs et jardins, sur le site de l'office de tourisme de la ville de Castres

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :