Ouvrir le menu principal

Jampa Phuntsok

Personalité politique tibétaine, président de la région autonome du Tibet
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jampa.
Jampa Phuntsok
Qiangba Puncong.jpg
Fonctions
Vice-président du Comité permanent de l'Assemblée populaire nationale (en)
depuis le
Président de la région autonome du Tibet (d)
-
Député à l'Assemblée nationale populaire
Biographie
Naissance
Nom dans la langue maternelle
བྱང་པ་ཕུན་ཚོགས་Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
Parti politique

Qiangba Puncog, aussi appelé Jampa Phuntsok ou Champa Phuntsok (tibétain : བྱང་པ་ཕུན་ཚོགས་, Wylie : byang pa phun tshogs, pinyin tibétain : Qangba Püncog, THL : jangpa püntsok ; chinois : 向巴平措 ; pinyin : xiàngbā píngcuò), né en mai 1947 à Chamdo dans l'ancien (Kham) occidental, fut, de 2003 à 2010, le président du gouvernement populaire de la région autonome du Tibet située en république populaire de Chine[1].

Il adhère au parti communiste de Chine en mai 1974[1].

En 1975, il obtient son diplôme d'ingénieur en construction mécanique à l'université de Chongqing (Chine du Sud-ouest)[1].

De 2003 à 2010, il est président du gouvernement populaire de la région autonome du Tibet. Lors des troubles au Tibet en mars 2008, il affirme que les émeutes avaient été préméditées, planifiées et organisées par des "forces extérieures et intérieures" appartenant à la "clique du dalaï-lama"[2].

En 2010, il devient président du Comité permanent du Congrès du peuple.

Il est président de la Société chinoise pour l'étude des droits humains (China Society for Human Rights Studies)[3]. En 2018, il dirige la délégation chinoise lors de visites en Autriche[4] et en Italie[5].

AnnexesModifier

Notes et référencesModifier

  1. a b et c (en) « Who's Who in China's Leadership: Qiangba Puncog », China Internet Information Center (www.china.org.cn) (consulté le 4 février 2010)
  2. « Emeutes au Tibet : le Parlement en exil évoque des centaines de morts, l'armée chinoise se déploie », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 15 juin 2019)
  3. 李齐, « China's human rights progress hailed - Chinadaily.com.cn », sur www.chinadaily.com.cn,‎ (consulté le 15 juin 2019)
  4. (de) « Volksanwalt Kräuter trifft Delegation der China Society for Human Rights Studies », sur volksanwaltschaft.gv.at (consulté le 15 juin 2019)
  5. « Delegation of China Society for Human Rights Studies visits Italy - PHOTOS - Humanrights », sur www.chinahumanrights.org (consulté le 15 juin 2019)

Liens externesModifier