James Leonard Brierley Smith

chimiste sud-africain

Le professeur James Leonard Brierley Smith ( - ) est un ichthyologiste sud-africain.

James Leonard Brierley Smith
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 70 ans)
GrahamstownVoir et modifier les données sur Wikidata
Abréviation en zoologie
JLB SmithVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Domicile
Formation
Activités
Conjoint
Enfant
William Smith (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour
Domaine

Il est resté célèbre pour avoir été le premier à identifier en 1939 un poisson pêché le comme étant un cœlacanthe (Latimeria chalumnae, une espèce appartenant à un groupe de poissons osseux que l'on croyait depuis longtemps disparu). Le cœlacanthe capturé mesurait 1,35 m de long et pesait 57 kg.

Son fils est le présentateur de télévision William Smith, spécialisé dans les programmes éducatifs de mathématiques.

BiographieModifier

James Leonard Brierley Smith est né à Graaff-Reinet en 1897. Il étudie la chimie dans les universités de Stellenbosch (Master of Science) et Cambridge (PhD).
À son retour de Cambridge, il rejoint l'université Rhodes pour enseigner la chimie.

Il se rapproche cependant petit à petit de l'ichtyologie, science grâce dans laquelle il obtiendra une célébrité mondiale après son identification du premier spécimen de cœlacanthe en 1939.

La même année, Smith épouse Mary Margaret McDonald, une étudiante de l'université, à Florida (Transvaal).

Arrivé trop tard pour étudier l'intégralité du spécimen (l'animal avait été porté chez un taxidermiste pour mettre un terme au processus de décomposition), Smith se lance dans une gigantesque traque au cœlacanthe. Interrompues par la Seconde Guerre mondiale, les recherches reprennent dans toute l'Afrique de l'est avec une importante récompense à la clé. En , ses efforts sont enfin récompensés puisqu'un nouveau spécimen est pêché aux Comores.

Il se suicide le après plusieurs années de maladie et la crainte de perdre ses facultés mentales[1]. Après la mort de son mari, Mary Smith crée l'Institute of Ichthyology à Grahamstown et le dirige jusqu'à sa retraite en 1982.

BibliographieModifier

  • Sea Fishes of South Africa (avec Margaret M. Smith, qui dessina la majorité des illustrations), Central News Agency Ltd, 1949
  • Old Fourlegs, – The Story of the Coelacanth, Longmans & Green, 1956; traduit en français en 1960 par Denise Meunier sous le titre À la Poursuite de cœlacanthe, Paris, Plon.
  • The fishes of the Seychelles (avec Margaret M. Smith), Rhodes University, 1963
  • Fishes of the Tsitsikama Coastal National Park (avec Margaret M. Smith), National Board of Trustees, 1966
  • High Tide, Books of Africa, 1968
  • Our Fishes (avec Margaret M. Smith), Voortrekkerpers, 1968

SourcesModifier

Notes et référencesModifier

  1. Samantha Weinberg, « Curse of the fish that time forgot: Believed to be extinct for 65million years - it returned with chilling consequences », Daily Mail, Londres,‎ (lire en ligne, consulté le 24 août 2013)

Liens externesModifier