Ouvrir le menu principal

James Harrison Wilson

militaire américain
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir James Harrison.

James Harrison Wilson
James Harrison Wilson

Naissance
Shawneetown, État de l'Illinois
Décès (à 87 ans)
Wilmington, État du Delaware
Allégeance Flag of the United States (1861-1863).svg Union
Grade Union Army major general rank insignia.svg Major général
Conflits Guerre de Sécession
Guerre hispano-américaine
Révolte des Boxers
Faits d'armes bataille de Selma

James Harrison Wilson (né le à Shawneetown, État de l'Illinois, et décédé le à Wilmington, État du Delaware) est un major-général de l'Union. Il est enterré à Wilmington[1].

Avant la guerre de SécessionModifier

James Harrison Wilson est diplômé de l'académie militaire de West Point en 1860 et est breveté second lieutenant dans le corps des ingénieurs topographes le [2],[note 1]. Il est promu second lieutenant le .

Guerre de SécessionModifier

James Harrison Wilson est promu premier lieutenant le [2]. En tant qu'ingénieur topographe, il participe à la force expéditionnaire de Port Royal en septembre 1861 et mars 1862[3]. Il est breveté commandant le pour bravoure et service méritant lors de la capture du Fort Pulaski. Il est affecté en tant qu'aide de camp du major général McClellan dans l'armée du Potomac à partir d'avril 1862 jusqu'à la campagne du Maryland[3]. Il est nommé lieutenant-colonel des volontaires le .

Il est promu capitaine le dans l'armée régulière. Il est transféré dans l'armée du Tennessee en tant qu'ingénieur topographe et inspecteur général pendant la campagne de Vicksburg sous les ordres du général Grant[3]. Il est nommé brigadier-général des volontaires le et est affecté auprès du général Sherman en tant qu'ingénieur en chef[2],[3]. Il est breveté lieutenant-colonel le pour bravoure et service méritant lors de la bataille de Chattanooga.

James H. Wilson est alors affecté au bureau de la cavalerie à Washington D.C. où il milite pour que la cavalerie soit équipée du fusil à chargement rapide Spencer[3].

Il commande la troisième division de cavalerie sous les ordres du général Philip Sheridan, avec qui il participe aux combats de cavalerie du printemps et de l'été 1864[1].

Il est breveté colonel le — pour les mêmes motifs — lors de la bataille de la Wilderness. Il commande 17 000 cavaliers lors des combats contre l'armée du Tennessee commandée par le général confédéré John Bell Hood. Il participe à sa destruction lors des batailles de Franklin et de Nashville[1].

À la fin de juin 1864, au début de la campagne de Richmond-Petersburg, un raid de cavalerie de l'Union sous les ordres des brigadiers généraux James H. Wilson et August Kautz doit couper les chemins de fer entre Lynchburg, en Virginie, et le centre de ravitaillement ferroviaire essentiel confédéré à Petersburg. Alors que le raid a l'effet escompté en perturbant les communications ferroviaires confédérées pendant plusieurs semaines, les forces du raid perdent un bonne partie de l'artillerie, tous leurs trains d'approvisionnement, et près d'un tiers des hommes, surtout faits prisonniers par les confédérés.

Il est breveté major-général des volontaires le [2]. Il est affecté à la division militaire du Mississippi et commande le corps de cavalerie sous les ordres du général Sherman[3]. Il dirige alors 13 500 cavaliers lors de l'invasion de l'Alabama, avec comme objectif stratégique la prise de l'arsenal confédéré de Selma. Il mène ses troupes sur près de 500 km en douze jours et défait le général Nathan Bedford Forrest lors de la bataille d'Ebenezer Church puis, deux jours plus tard, à la bataille de Selma. Le , il capture Montgomery (la capitale de l'État), puis Columbus (Géorgie). Le raid de Wilson se termine après avoir fait prisonniers environ 7 000 soldats et pris 300 canons à l'ennemi[3].

Le , il est breveté brigadier-général pour bravoure et service méritant lors de la bataille de Nashville et major-général pour la capture de Selma.

Il est nommé major-général des volontaires le .

Après la guerreModifier

James Harrison Wilson quitte le service actif des volontaires le . Il reste dans l'armée régulière et est promu lieutenant-colonel le alors qu'il est affecté dans le 35th U.S. infantry[2]. Il dirige des projets le long du Mississipi. Il quitte l'armée en décembre 1870 et travaille en tant qu'ingénieur dans la construction ferroviaire[3].

Le , il est à nouveau nommé major-général des volontaires, puis brigadier-général des volontaires du au . Il participe alors à la guerre hispano-américaine à Puerto Rico et Cuba. En 1900, il est envoyé en Chine pour lutter contre la révolte des Boxers[3]. Il est nommé brigadier-général de l'armée régulière le . Il part en retraite le [2].

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Il est de la même promotion que les futurs généraux Alexander C. McWhorter, Wesley Merritt, Horace Porter, James Meech Warner et Stephen Dodson Ramseur. Le premier lors de la guerre hispano-américaine de 1898, les trois suivants dans les rangs de l'Union et le dernier dans ceux des Confédérés.

RéférencesModifier

  1. a b et c (en) James Harrison Wilson, page consacrée au général sur Find a Grave.com (consulté le 8 novembre 2014).
  2. a b c d e et f (en) Francis B. Heitman, Historical Register and Dictionary of the United States Army, from it's Organization, September 29, 1789, to March 2, 1903, Washington, Government Printed Office, (lire en ligne)
  3. a b c d e f g h et i (en) « James H. Wilson », sur National Park Service (consulté le 9 novembre 2014)