James Douglas Gordon

James Douglas Gordon, né à Cascumpeque près d'Alberton en 1832[2] et mort assassiné le ou le [3] à Erromango, est un missionnaire protestant écossais-canadien.

BiographieModifier

Fils de John Gordon et de Mary Ramsey, il est le frère cadet de George Nicol Gordon. Il décide d'aller évangéliser les Nouvelles-Hébrides après le meurtre de son frère à Erromango en 1861. Il y arrive en 1864 comme membre de l'Église presbytérienne du Canada et de la Presbyterian Church of Australia (en). En 1870, devenu missionnaire indépendant[4], il traduit le livre de la Genèse et l'Évangile selon Matthieu en erromanga[5].

Il est assassiné par un indigène le 25 février 1872[6] dans le lieu même où furent tués son frère, la femme de celui-ci et leur fils et dans les mêmes circonstances, en tentant de soigner les enfants de l'indigène. Gordon a accompagné celui-ci jusqu'à sa hutte où les deux enfants sont trouvés morts. Le père affolé accuse alors le missionnaire de sorcellerie et le tue aussitôt avec sa hachette[4].

Il est considéré comme un martyr chértien[7],[8],[9].

Le corps de James Douglas Gordon est inhumé à Dillon's Bay, la principale mission de l'île. L'église des Martyrs y est créée en 1879 et restaurée en 1968[4].

Notes et référencesModifier

  1. Dictionnaire biographique du Canada
  2. Ian Ross Robertson, The Prince Edward Island Land Commission of 1860, 1986, p. 210
  3. Les sources se contredisent sur le sujet. Voir par exemple : Robert W. Kirk, Paradise Past: The Transformation of the South Pacific, 2012, p. 212 ou James McKinney Alexander, The Islands of the Pacific: From the Old to the New, 1895, p. 421 (7 mars) mais Francess G. Halpenny, Jean Hamelin, Dictionary of Canadian Biography, 1966, p. 308 (25 février).
  4. a b et c Gordon, James Douglas, Dictionary of Canadian Biography, vol. X, 1871-1880.
  5. Francess G. Halpenny, Jean Hamelin , Dictionary of Canadian Biography, 1966, p. 308
  6. David Roe et Jerry Taki, Living with stones: people and the landscapes in Erromango, Vanuatu, in Archaeology and Anthropology of Landscape: Shaping Your Landscape, 2003, p. 416 écrivent qu'il a été assassiné le 7 mars 1872.
  7. A. K. Langridge, Won By Blood: The Story of Erromanga, the Martyr Isle, 1922, p. 97.
  8. David Stanley, South Pacific Handbook, 1993, p. 656.
  9. James Croil, The Noble Army of Martyrs & Roll of Protestant Missionary, 1894, p. 117

Liens externesModifier