James Dillon

compositeur
James Dillon
Description de l'image defaut.svg.

Naissance (69 ans)
Glasgow
Activité principale Compositeur

James Dillon (, Glasgow) est un compositeur écossais souvent considéré comme appartenant au mouvement de la Nouvelle complexité. Dillon a étudié l'art et le design, la linguistique, le piano, l'acoustique, les rythmes indiens, les mathématiques et la computer music, mais il est autodidacte pour la composition.

BiographieModifier

Après avoir étudié à la Glasgow School of Art, il a enseigné à Darmstadt entre 1982 et 1992, puis à la UCE Birmingham entre 1993 et 1996 et à la School Music de l'Université du Minnesota à Minneapolis de 2007 à 2014.

ŒuvresModifier

Sa musique est publiée par les Edition Peters depuis 1982. Son répertoire principal comprend de la musique vocale et chorale, dont le cycle L'évolution du vol (1993) et l'opéra Philomela (2004), les œuvres orchestrales helle Nacht (1987), ignis noster (1992), Via Sacra (2000) et La navette (2001), ainsi qu'un concerto pour violon pour Thomas Zehetmair (2000) et le concerto pour piano Andromeda (2006) pour sa femme. De 1982 à 2000, Dillon travaille sur le cycle Nine Rivers, une œuvre de trois heures pour voix, cordes, percussions, live electronics et computer-generated tape. Cette œuvre épique est pour la première fois jouée en entier à Glasgow en [1].

Son répertoire considérable de musique de chambre, souvent composé spécifiquement en fonction des techniques de l'interprète, inclut des solos pour clarinette, batterie, violoncelle, flûte, piccolo, guitare, violon, alto et accordéon. Il a également composé six quatuors à cordes (1983, 1991, 1998, 2004, 2008, 2010), le Book of Elements en cinq parties pour piano (1997-2002) et the soadie waste pour piano et quatuor à cordes (2002/3).

RécompensesModifier

Dillon reçoit en 1978 le premier prix du Huddersfield Contemporary Music Festival (en), le prix Kranichsteiner music à l'Internationale Ferienkurse für Neue Musik en 1982[2], et trois récompenses pour composition de la Royal Philharmonic Society.

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier