James Dashwood

personnalité politique britannique

Sir James Dashwood, 2e baronnet (1715-1779) était un homme politique anglais qui a siégé à la Chambre des communes de 1740 à 1768.

James Dashwood
Image dans Infobox.
Fonctions
Membre du 8e Parlement de Grande-Bretagne (d)
Membre du 13e Parlement de Grande-Bretagne (d)
Membre du 10e Parlement de Grande-Bretagne (d)
Membre du 9e Parlement de Grande-Bretagne (d)
Membre du 12e Parlement de Grande-Bretagne (d)
Titre de noblesse
Baronnet
Biographie
Naissance
Décès
Formation
Collège d'Eton
Abingdon School (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Père
Robert Dashwood (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Mère
Dorothy Read (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfants
Catherine Dashwood (d)
Henry Dashwood
Anne Stewart, Countess of Galloway (en)
Elizabeth Montagu (en)
Thomas Dashwood (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Titre honorifique
Sir

JeunesseModifier

Il était le fils de Robert Dashwood, et le petit-fils de Sir Robert Dashwood (1er baronnet). Sa mère était Dorothy Reade, fille de Sir James Reade, 2e baronnet. Il a fait ses études à la Free School de John Roysse à Abingdon (maintenant Abingdon School) [1]. Il était steward du club OA en 1746 [2]. Il a fait un Grand Tour en 1734.

Kirtlington ParkModifier

Il a hérité de grandes propriétés dans l'Oxfordshire et a construit une imposante maison à Kirtlington [3],[4].

Kirklington Park a été construit dans les années 1742 à 1746, par William Smith de Warwick et John Sanderson, à partir des plans de James Gibbs. Les jardins ont été aménagés par Capability Brown. Dashwood a également construit une importante bibliothèque et, en 1747, payait James Lovell, le sculpteur et décorateur d'intérieur [5],[6],[7]. En 1931, la salle à manger rococo a été exportée et se trouve maintenant au Metropolitan Museum of Art. Y ont participé Thomas Roberts (plâtrerie), et Henry Cheere ou John Cheere [8].

Brown travaillait sur le parc de Kirtlington de la fin de 1751 à 1757 [9]. Il s'agissait d'une deuxième phase de travaux dans laquelle l'ancienne maison, Northbrook House, a été démolie en 1750, et les jardins précédents de Thomas Greening ont été modifiés [10].

Idées politiquesModifier

Il représentait en politique locale ce qu'on appelait le «vieil intérêt» [11] et dans la politique nationale était un jacobite [12]. Il appartenait à la Loyal Brotherhood, un club conservateur qui servait également de centre pour l'organisation du parti à Londres, avec d'autres députés locaux [13]. Au moment de la rébellion jacobite de 1745, il faisait partie d'un groupe de conservateurs d'Oxfordshire qui refusaient de rejoindre l'association du comté.

En 1749, le comte d'Egmont fit une enquête auprès des députés du prince de Galles, considérant Dashwood comme un jacobite «fortement contaminé» [14]. Il a participé à des séances de club de boisson local, au cours desquelles le jeune prétendant a été acclamé, dans les années 1750 [15]. À cette époque, la planification politique conservatrice était discrète, lors de réunions qui ressemblaient à des événements sociaux: un de ces dîners eut lieu chez Dashwood le , au cours duquel les droits de vote furent discutés [16]. Il a reçu un DCL honoraire de l'Université d'Oxford, et la ville l'a nommé High Steward.

Carrière politiqueModifier

En 1738, Dashwood était le shérif de l'Oxfordshire. Il est devenu député conservateur de l'Oxfordshire, sans opposition, en 1740 à la mort de Sir William Stapleton, 4e baronnet, et est réélu en 1741 [3],[17]. Il a rapidement demandé l’abrogation de la loi de naturalisation juive de 1753, en octobre de l’année de son adoption (il n’avait jamais prononcé de discours à la Chambre et n’avait pas préparé le terrain pour celle-ci) [18]. Il a également parlé contre le Plantation Act de 1740.

L'élection générale de 1754 a vu régner la confusion dans l'Oxfordshire. Dashwood à cette époque a fait face à une sérieuse opposition politique, de Lady Susanna Keck à Great Tew ainsi que des candidats Whig. Finalement, quatre membres ont été déclarés élus pour la circonscription qui comportait deux sièges. Dans la procédure judiciaire qui a suivi, Dashwood et son collègue conservateur, le vicomte Wenman ont été évincés, malgré les conseils de distingués avocats, dont Roger Newdigate et William Blackstone.

En 1761, un accord entre les conservateurs et les whig fut conclu localement avec le duc de Marlborough, et Dashwood revint au Parlement sans opposition. Il n'était pas un membre actif, bien qu'il s'intéresse sérieusement aux projets de loi sur les enclosures et se retire de la politique en 1768 [19],[20].

FamilleModifier

Il a épousé le Elizabeth Spencer, fille d'Edward Spencer de Rendlesham. Ils ont eu trois fils et trois filles[19].

Le fils aîné, Henry Dashwood (3e baronnet), a hérité du titre de baronnet [21]. Les autres enfants sont :

  • Elizabeth, la fille aînée, a épousé George Montagu (4e duc de Manchester) [22]
  • Anne a épousé John Stewart (7e comte de Galloway) en 1764, comme sa deuxième épouse, et ils ont eu 16 enfants [23]
  • La troisième fille, Catherine, a épousé Lucy Knightley, député de Northamptonshire [24]
  • Le deuxième fils était Thomas, qui est allé en Inde et a épousé Charlotte Auriol, fille de James Auriol. [25],[26],[27] Son fils du même nom Thomas John a rejoint le service civil du Bengale [28] et a épousé en 1822 Susan Wodehouse, fille de Thomas Wodehouse, avocat [29],[30].

RéférencesModifier

  1. Arthur Edwin Preston, St.Nicholas Abingdon and Other Papers, pre isbn, Oxford University Press, , p. 350
  2. « Object 13: Stewards of the OA Club », Abingdon School
  3. a et b « Dashwood, Sir James, 2nd Bt. (1715–79), of Kirtlington Park, Oxon., History of Parliament Online » (consulté le 10 avril 2015)
  4. Preston Remington, A Mid-Georgian Interior from Kirtlington Park, The Metropolitan Museum of Art Bulletin New Series, Vol. 14, No. 7 (Mar. 1956), pp. 157–169, at p. 157. Published by: The Metropolitan Museum of Art. Stable URL: https://www.jstor.org/stable/3257682
  5. Andrew Bolton, AngloMania : Tradition and Transgression in British Fashion, Metropolitan Museum of Art, (ISBN 978-1-58839-206-0, lire en ligne), p. 147
  6. Christopher Buxton, III. Preserving – and Living in – Historic Houses, Journal of the Royal Society of Arts Vol. 129, No. 5296 (March 1981), pp. 245–258, at p. 248. Published by: Royal Society for the Encouragement of Arts, Manufactures and Commerce. Stable URL: https://www.jstor.org/stable/41373280
  7. Michael McCarthy, James Lovell and His Sculptures at Stowe, The Burlington Magazine Vol. 115, No. 841 (Apr. 1973), pp. 220–232, at p. 222. Published by: The Burlington Magazine Publications Ltd. Stable URL: https://www.jstor.org/stable/877332
  8. « The Kirtlington Park Room, Oxfordshire, Thematic Essay, Heilbrunn Timeline of Art History, The Metropolitan Museum of Art », Metropolitan Museum of Art (consulté le 10 avril 2015)
  9. Michael Cousins, Ditchley Park – A Follower of Fashion, Garden History Vol. 39, No. 2 (Winter 2011), pp. 143–179. Published by: The Garden History Society. Stable URL: https://www.jstor.org/stable/41411807
  10. « Kirtlington Park, Parks & Gardens UK » (consulté le 10 avril 2015)
  11. Abfr Beesley, The History of Banbury : including copious historical and antiquarian notices of the neighbourhood, (lire en ligne), p. 522
  12. Colin Haydon, Anti-Catholicism in Eighteenth-century England, C. 1714–80 : A Political and Social Study, Manchester University Press, , 276 p. (ISBN 978-0-7190-2859-5, lire en ligne), p. 126
  13. Linda J. Colley, The Loyal Brotherhood and the Cocoa Tree: The London Organization of the Tory Party, 1727–1760, The Historical Journal Vol. 20, No. 1 (Mar. 1977), pp. 77–95.Published by: Cambridge University Press. Stable URL: https://www.jstor.org/stable/2638590
  14. Ian R. Christie, The Tory Party, Jacobitism and the 'Forty-Five: A Note, The Historical Journal Vol. 30, No. 4 (Dec. 1987), pp. 921–931, at pp. 926–7. Published by: Cambridge University Press. Stable URL: https://www.jstor.org/stable/2639125
  15. Robin Nicholson, Bonnie Prince Charlie and the Making of a Myth : A Study in Portraiture, 1720–1892, Bucknell University Press, , 156 p. (ISBN 978-0-8387-5495-5, lire en ligne), p. 73
  16. Linda Colley, In Defiance of Oligarchy : The Tory Party 1714–60, Cambridge University Press, , 384 p. (ISBN 978-0-521-31311-7, lire en ligne), p. 70
  17. « Oxfordshire 1715–1754, History of Parliament Online » (consulté le 10 avril 2015)
  18. Thomas Whipple Perry, Public Opinion, Propaganda, and Politics in Eighteenth-century England : A Study of the Jew Bill of 1753, Harvard University Press, , 215 p. (ISBN 978-0-674-72400-6, lire en ligne), p. 154
  19. a et b « Dashwood, Sir James, 2nd Bt. (1715–79), of Kirtlington Park, Oxon., History of Parliament Online » (consulté le 10 avril 2015)
  20. W. E. Tate, Members of Parliament and Their Personal Relations to Enclosure: A Study with Special Reference to Oxfordshire Enclosures, 1757–1843, Agricultural History Vol. 23, No. 3 (Jul. 1949), pp. 213–220, at p. 219. Published by: Agricultural History Society. Stable URL: https://www.jstor.org/stable/3740081
  21. University of Oxford, A catalogue of all graduates : Oct. 10, 1659-Dec. 31, 1850; added, a list of chancellors, high-stewards, vice-chancellors, proctors, heads of colleges and halls and burgesses, with a statement of matriculations and regencies, Univ. press, (lire en ligne), p. 171
  22. Sylvanus Urban (pseud. van Edward Cave.), Gentleman's Magazine, and Historical Chronicle, Edward Cave, (lire en ligne), p. 89
  23. John Burke, A General and Heraldic Dictionary of the Peerage and Baronetage of the British Empire, H. Colburn, (lire en ligne), p. 500
  24. Edmund Burke, Annual Register, (lire en ligne), p. 56
  25. « Debrett's peerage, baronetage, knightage, and companionage, Page 234 » (consulté le 10 avril 2015)
  26. « John Zoffany, R.A. his life and works : 1735–1810 », Internet Archive (consulté le 10 avril 2015), p. 189–90
  27. « The Holburne Museum – Zoffany » (consulté le 10 avril 2015)
  28. Oriental Club, London, Annals of the Oriental Club, 1824–1858, Private Circulation, (lire en ligne), p. 48
  29. The Marquis of Ruvigny and Ranieval, The Plantagenet Roll of the Blood Royal : The Mortimer-Percy Volume, Heritage Books, , 654 p. (ISBN 978-0-7884-1872-3, lire en ligne), 409
  30. A Genealogical and Heraldic Dictionary of the Peerage and Baronetage of the British Empire, Henry Colburn, (lire en ligne), p. 1120