James Conley

James Douglas Conley, né le à Kansas City (Missouri)[1], est un évêque catholique américain, évêque de Lincoln dans le Nebraska, depuis 2012.

James Douglas Conley
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonctions
Évêque diocésain
Diocèse de Lincoln
depuis le
Administrateur apostolique
Liste des évêques et archevêques de Denver
-
Évêque catholique
depuis le
Évêque auxiliaire (en)
Liste des évêques et archevêques de Denver
depuis le
Évêque titulaire (en)
Cissa (en)
depuis le
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
A travaillé pour
Religion
Consécrateurs
Coat of arms of James Douglas Conley.svg
Blason de Mgr James Douglas Conley.

FormationModifier

James Conley est baptisé et élevé dans une famille protestante presbytérienne[2], de Carl (mort en 2006) et Betty Conley[3]. Ses parents adoptent une fille, Susan (née en 1962). La grand-mère paternelle de James Conley descend d'une tribu indienne, les Weas. Sa famille s'installe à Denver lorsqu'il a à peine deux ans, puis à Arvada, en 1959[3].

Conley va à l'école à Arvada avant de déménager à Overland Park (Kansas), à l'âge de 8 ans. Conley est un ami d'enfance et camarade de classe de Paul Coakley qui deviendra évêque de Salina, en 2004[4], puis en 2011 archevêque d'Oklahoma City. James Conley est diplômé de la Shawnee Mission West High School en 1973, puis entre à l'université du Kansas ; il fait des humanités classiques avec littérature anglaise et grec et latin. Ses cours de grec et de latin le conduisent à se convertir au catholicisme, le [3].

James Conley obtient un bachelor's degree en littérature anglaise de l'université du Kansas, en 1977, puis il travaille dans le secteur de la construction à Kansas City avant de voyager en Europe[3]. Comme son ami Paul Coakley, il envisage une vocation monastique à l'abbaye Notre-Dame de Fontgombault en France[3], mais il retourne aux États-Unis en 1978, et travaille à la ferme d'un ami, près de Courtland dans le Kansas. Après la visite apostolique du pape Jean-Paul II aux États-Unis en 1979, il se décide à se préparer à la prêtrise et entre au séminaire d'Erlanger dans le Kentucky en 1980[3], puis il étudie au séminaire de Mount St. Mary's University à Emmitsburg, dans le Maryland dont il obtient un Master of Divinity en 1985[3].

PrêtreModifier

Conley est ordonné prêtre pour le diocèse de Wichita, le [1] et sert comme vicaire à la paroisse Saint-Patrick de Wichita. En 1989, il est envoyé par son évêque, Mgr Gerber, poursuivre ses études à Rome à l'Académie alphonsienne, qui dépend de l'université pontificale du Latran, dont il obtient une licence en théologie morale[2].

À son retour aux États-Unis en 1991, Conley devient aumônier du Newman Center de l'université d'État de Wichita et directeur diocésain du bureau pour le respect de la vie (Respect Life)[2]. Ses parents se convertissent aussi au catholicisme en 1991, et c'est lui qui leur administre le sacrement de la confirmation[3].

En 1996, il retourne à Rome pour travailler à la Congrégation pour les évêques de la curie[3] ; il est en même temps aumônier de la filiale romaine de l'Université de Dallas (1997-2003) et professeur adjoint de théologie de la filiale romaine du Christendom College (2004-2006)[3]. Il est élevé au rang honorifique de chapelain de Sa Sainteté par Jean-Paul II, le [3]. Il retourne au diocèse de Wichita en 2006, comme curé de l'église du Saint-Sacrement.

ÉvêqueModifier

Évêque auxiliaire de DenverModifier

Le , Mgr Conley est nommé évêque auxiliaire de Denver et évêque titulaire (in partibus) de Cissa par Benoît XVI[1]. Il est consacré le suivant par Mgr Charles Chaput O.F.M. Cap.[5], à la cathédrale de l'Immaculée-Conception de Denver[1]. Il prend comme devise Cor ad cor loquitur, prise du cardinal Newman, converti aussi au catholicisme[3].

À propos de la proposition de loi sur la santé (Affordable Health Care for America Act) de (qui n'a finalement pas été votée)[6], Mgr Conley déclare que les évêques catholiques « ont simplement peu de choix, mais que ce sont des priorités importantes. Premièrement, tout le monde devrait avoir accès aux soins de santé de base, même les immigrés...Deuxièmement, la réforme devrait respecter la dignité de chaque personne, de la conception à la mort naturelle... Troisièmement, toute réforme réelle dans le domaine de la santé nécessite d'inclure des clauses de conscience explicites et à toute épreuve pour le personnel médical et les institutions qui ne doivent pas être obligés de violer leurs convictions morales. Quatrièmement, même si cela paraît tellement évident que ce n'est pas toujours précisé, toute réforme doit être économiquement réaliste et financièrement durable »[7].

En , lorsque Mgr Chaput est nommé au siège de Philadelphie, Mgr Conley devient administrateur apostolique de l'archidiocèse de Denver, jusqu'en , lorsque Mgr Samuel Aquila (évêque de Fargo) devient le successeur de Mgr Chaput[1].

Évêque de LincolnModifier

Benoît XVI nomme Mgr Conley évêque de Lincoln, le , succédant à Mgr Bruskewitz. Il est installé le suivant en la cathédrale du Christ-Ressuscité[8],[9].

Le , le diocèse de Lincoln annonce que Mgr Conley a demandé et obtenu du Saint-Siège d'être temporairement déchargé de sa fonction épiscopale pour raisons médicales. Dans une lettre adressé à ses diocésains, il explique devoir être traité pour une dépression[10]. Pour faire face à cette indisponibilité, le Saint-Siège nomme Mgr George Lucas, archevêque d'Omaha, administrateur apostolique du diocèse.

Notes et référencesModifier

  1. a b c d et e (en) « Bishop Conley », sur Catholic Hierarchy.
  2. a b et c « Pope Names Bishops For Des Moines, Little Rock Dioceses, Auxiliaries For San Antonio, Denver, San Francisco Archdioceses », sur United States Conference of Catholic Bishops
  3. a b c d e f g h i j k et l « Biography of Most Rev. James D. Conley, S.T.L. » [archive du ], sur Roman Catholic Archdiocese of Denver
  4. « Former baseball teammates to share new link as fellow bishops », Catholic News Service,‎ (lire en ligne[archive du ])
  5. Assisté de Mgr Michael Jackels de Wichita et Mgr Paul Coakley d'Oklahoma City
  6. Après des amendements au Sénat, c'est le Health Care and Education Reconciliation Act de 2010 qui est passé et qui a été signé par le président Obama, le 30 mars 2010.
  7. James Conley, « A Healthcare Problem Washington May Have Missed », First Things,‎ (lire en ligne)
  8. « Bishop Conley appointed to lead Diocese of Lincoln », Catholic News Agency,‎ (lire en ligne, consulté le 29 novembre 2019)
  9. (en) « Diocese of Lincoln installs James Conly as ninth bishop », sur Journal Star.
  10. (en) « Bishop Conley takes medical leave from Diocese of Lincoln », sur nebraska.tv,

Liens externesModifier