Jakob Hochstetter

architecte et professeur d’architecture allemand

Jakob Hochstetter, né le à Durlach et mort le à Karlsruhe, est un architecte et un professeur d’architecture badois.

Jakob Hochstetter
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 68 ans)
KarlsruheVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Architecte, professeur d'université, architecture professorVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour

BiographieModifier

Après avoir étudié à l'École polytechnique de Karlsruhe sous la direction de Heinrich Hübsch, il a voyagé en Italie et en Grèce avec une bourse d'État de 1835 à 1838. À partir de 1842, il enseigne à l'école polytechnique de Karlsruhe et est nommé professeur d'architecture en 1846. De 1864 à 1866, il est directeur de l'École polytechnique, qui fut alors élevée au rang de collège technique. De plus, en tant qu'officier des bâtiments militaires, à partir de 1862, il est chargé de la construction de plusieurs casernes et autres constructions militaires. La réputation d'Hochstetter a surtout souffert de l'échec de son premier grand contrat, la prison officielle de Durlach, qui a été construite en 1843–1846 et doublée en 1847–49. Le nouveau bâtiment construit par la suite par Franz Serger, qui a réutilisé des éléments essentiels de l'ancien bâtiment, a été démoli en 1990 malgré l'opposition de la population[1]. L'insistance sur les principes du « Rundbogenstil » à Karlsruhe a concentré la critique de son élève Josef Durm, devenu professeur d'architecture à Karlsruhe en 1868, fut un représentant bien connu de l'historicisme[pas clair].

ŒuvreModifier

  • 1842 : Baden-Baden, Villa Bethmann
  • 1842 : Baden-Baden, Villa Lehwald
  • 1843-47 : Mannheim, Villa van der Hoeven (interrompue en 1922)
  • 1843-1846 : prison, Durlach, Marstallstrasse, remplacée par un nouveau bâtiment en 1872
  • Monument aux morts de 1848 à Mannheim
  • 1846-1849 : Karlsruhe, Rheinstetten, église paroissiale catholique St. Ulrich à Mörsch
  • 1869 : Durlach, caserne (détruite en 1944)
  • 1871 : Freiburg im Breisgau, caserne
  • 1871 : Karlsruhe, caserne Friedrichs près du palais Gottesaue (démolie)
  • 1871 : Karlsruhe, Friedrichs-Baracken-Lazarett (démoli)

ÉcritsModifier

  • Jakob Hochstetter: Versions architecturales. 1851.
  • Jakob Hochstetter: Chapelle St. Michaels à Kiederich (= Bâtiments médiévaux dans le sud-ouest de l'Allemagne et sur le Rhin. Volume 2). Veith, Karlsruhe 1857 (Bibliothèque de l'Université de Heidelberg en ligne).
  • Jakob Hochstetter: Bâtiments en bois de l'Oberland bernois, pris par C. Weinbrenner et J. Durm (= architecture suisse en perspective, plans d'étage, coupes, façades et détails avec texte explicatif. Première partie). Veith, Karlsruhe 1857, doi: 10.3931 / e-rara-9284. (apparemment le seul volume publié de la série)
  • Jakob Hochstetter: de Friedrichs-Baracken-Lazareth à Karlsruhe. Geissendörfer, Karlsruhe 1871 (bibliothèque KIT [PDF; 4,3 Mo]).

BibliographieModifier

  • T. Chatiau: Jakob Hochstetter, in Badische Biographien, Volume 4, Karlsruhe, G. Braun, 1891, page 187 version numérisée de la Badische LandesBibliothek .
  • Nécrologie dans la Deutsche Bauzeitung 14, 1880, n ° 38, 12. Mai 1880, p. 201 s: Deutsche Bauzeitung
  • Johann Josef Böker : L'architecte Jakob Hochstetter et la "Alt-Karlsruher Bauschule" . In: ders.: "Un établissement d'art quelque peu en faillite". L'ancienne école de Karlsruhe entre Hübsch et Durm ( matériaux sur la recherche et l'histoire du bâtiment, vol. 24). Karlsruhe 2017, p. 116-132.

NotesModifier

  1. Hanno Brockhoff: Die Durlacher Amtsgefängnisse im Weiherhof. In: Johann Josef Böker: „Eine etwas bankerotte Kunstanstalt“. Die Alt-Karlsruher Schule zwischen Hübsch und Durm (Materialien zu Bauforschung und Baugeschichte Bd. 24). Karlsruhe 2017, S. 12–114.

Liens externesModifier