Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Souvré.

Jacques de Souvré
Image illustrative de l’article Jacques de Souvré
Portrait de Jacques de Souvré
par Jean Lenfant, 1667
Biographie
Naissance
Décès
Ordre religieux Ordre de Saint-Jean
de Jérusalem
Reçu de minorité
Langue Langue de France
Vœux
Prieur de France
Depuis le
Commandeur de Boncourt
Commandeur de Louviers et de Vaumion
Baillie de la Morée
Depuis le
Commandeur de grâce de Pontaubert
Depuis le
Commandeur de grâce d'Avalleur
Chevalier de grâce de l'Ordre
Autres fonctions
Fonction religieuse
Abbé commendataire du Mont-Saint-Michel, de Saint-Michel de Tonnerre et de Saint-Michel du Tréport

Jacques de Souvré, né en 1600 et mort le à Paris, est un militaire et religieux français, prieur de France de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem, ambassadeur de l'Ordre[1], commandant des galères de France, et quarante-quatrième abbé du Mont Saint-Michel, de 1643 à 1670.

BiographieModifier

Il est baptisé en l'église Saint-André des Arts à Paris. Il est présenté comme chevalier au grand prieuré de France le . Il obtient, de grâce magistrale, la commanderie d'Avalleur le , qu'il permute le , toujours de grâce magistrale, avec celle de Pontaubert ; ces deux commanderies appartiennent au grand prieuré de Champagne[2].

Le , il est nommé ambassadeur à la cour de France, puis le , ambassadeur extraordinaire auprès des Provinces Unies. Il est élu hospitalier le , devient Bailly de la Morée le [2].

Au grand prieuré de France, il est commandeur de Louviers et de Vaumion, puis améliori de la commanderie de Boncourt. Il obtient le prieuré de France en [2].

Le monastère du Mont-Saint-Michel, où le précédent abbé Ruzé d'Effiat n’avait laissé d’autres souvenirs que des épisodes judiciaires, fut accordé à Jacques de Souvré, chevalier de l’ordre de Saint-Jean de Jérusalem, commandeur de Valence, etc. officier distingué, qui avait donné les preuves du plus remarquable courage au siège de Casal, et surtout à celui de Porto-Longone, où il commandait les galères de France.

Aimable, spirituel, épicurien, Souvré brilla parmi tous les grands seigneurs de son époque par l'éclat et la légèreté de son esprit, et son amour des plaisirs et des belles-lettres ; ses salons et sa table réunissaient tout ce que la cour et les lettres possédaient de beaux esprits, et de poètes gais et spirituels. Personne n'appréciait mieux la qualité des vins, aussi l'ordre auquel il avait les plus incontestables droits est celui qu'il fit naître, et qui fut baptisé au bruit des verres : l’« Ordre des Coteaux », par homonymie avec le célèbre ordre de Cîteaux et dont il faisait parie à côté de Villandri et des frères Broussin[3].

 
Monument funéraire par François Anguier.

À sa nomination à la prélature de l’abbaye du Mont-Saint-Michel, Souvré délégua l’un des chanoines de la cathédrale d’Avranches pour prendre possession, en son nom, de cette riche commande. Voulant s’affranchir des charges flottantes attachées à ce bénéfice, ce prélat compléta, par de nouvelles stipulations, le concordat intervenu entre les religieux et ses prédécesseurs. La communauté se chargea de la restauration des bâtiments monastiques pour la somme de 6 000 livres, et assuma sur elle, moyennant 1 200 livres annuelles, toutes les dépenses que pouvait nécessiter à l’avenir l’entretien des édifices, les désastres imprévus étant seuls exceptés ; le trésor conventuel ne devait concourir à leur réparation que jusqu’à concurrence de 6 000 livres. Cet accord fut homologué par le parlement de Rouen, le .

Dominique Gaillard, qui était alors prieur de cette abbaye, ne tarda pas à être remplacé par un autre prieur. Charles Bateau fut investi de cette place, par la décision du chapitre général de l’ordre ; il en prit possession le . En 1669, le chapitre général confirma le titre de prieur à Michel Gazon.

Il est aussi abbé commendataire de l'abbaye Saint-Michel de Tonnerre et de l'abbaye Saint-Michel du Tréport où il se montra assez généreux, quand on put lui faire comprendre qu'il y avait de pressants besoins. Il fit faire des travaux importants à l'église abbatiale et au cloître. Il se prêta, avec beaucoup de bonne volonté, à l'introduction de la Congrégation de Saint-Maur dans son abbaye du Tréport, pour laquelle il passa un traité, le 18 octobre 1659, avec le supérieur général de la Congrégation. Il semble qu'à partir de ce-jour, l'abbé de Souvré ait un peu trop compté sur les ressources des nouveaux moines, pour entretenir son abbaye[4]. Dom Coquelin le représente « comme généreux et libéral »[5].

Souvré mourut le et fut inhumé le dans l’église Sainte-Marie du Temple à Paris[6]. Un cénotaphe en marbre blanc, fut sculpté par Anguier pour l’église de Saint-Jean de Latran[7]. Lors de la destruction de l'église au XIXe siècle, le tombeau fut transporté au Louvre. Son portrait a été gravé d’après un tableau de Mignard.

Références et notesModifier

  1. Claude Petiet, Le Roi et le grand maître, Paris Méditerranée, , p. 23
  2. a b et c Roger, Jean-Marc, « les commandeurs de Thors et d'Avalleur », Société académique de l'Aube, Mémoires. Tome CIX,‎ , p. 300, 301.
  3. Biographie ancienne et moderne, sub verbo.
  4. (la) Pierre-Paul Laffleur de Kermaingant, Cartulaire de l'abbaye de Saint-Michel du Tréport : Ordre de Saint Benoit, Paris, Impr. de Firmin-Didot, (lire en ligne), p. CLIII.
  5. F.B. Coquelin, L'Histoire de l'abbaye de Saint-Michel du Tréport, Rouen, Lestringant, , 748 p. (lire en ligne), p. 199.
  6. Augustin Jal, Dictionnaire critique, p. 1143, col. 1.
  7. Alain Blondy, « La commanderie Saint-Jean de Latran et son environnement au XVIIIe siècle », Bulletin de la Société de l’histoire et du patrimoine de l’Ordre de Malte, n° 24,‎ , p. 34, 35.

SourcesModifier

  • Fulgence Girard, Histoire géologique, archéologique et pittoresque de Mont Saint-Michel, Avranches, E. Tostain, 1843, p. 327-49.