Jacques de Cahaignes

médecin français
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cahaignes.
Jacques de Cahaignes
Description de l'image Jacques de Cahaignes.jpg.
Naissance
Caen (France)
Décès
Caen (France)
Nationalité Drapeau de France Français
Domaines Médecine, Littérature
Renommé pour Recteur de l’Université de Caen, Professeur en médecine du Roi

Jacques de Cahaignes, né en 1548 à Caen où il est mort en 1612, est un médecin et professeur normand, élève et traducteur de Julien Le Paulmier de Grantemesnil.

Il est le fils de Pierre de Cahaignes (mort le 13 septembre 1563), originaire de Mathieu, médecin et professeur de médecine réputé à Caen[1]. Jacques est docteur de l’Université de Caen dont il devient le recteur à plusieurs reprises (15741575, 1609, 1612)[2] et Professeur du Roy en 1583[3]. Il est rédacteur des statuts de la faculté de médecine de cette ville et auteur de divers ouvrages.

Il était lié avec de nombreux savants, en particulier avec Joseph Scaliger. L’ouvrage de Julien Le Paulmier De vino et pomaceo (Traité du vin et du sidre) se termine sur quelques-unes de ses lettres, adressées en latin à divers médecins de Paris.

Sa devise était « Non est mortale quod opto ». Il portait de gueules à trois épées d’argent en pal, au chef d’argent, à 3 roses de gueules[4].

PublicationsModifier

  • Traduction de L’Avare de Plaute en 1580. Réédition par la Société rouennaise de bibliophiles, 1889, publié d’après le manuscrit original, avec une introduction par A. Gasté.
  • Traduction du latin de De vino et pomaceo de Le Paulmier en 1589.
  • Traduction du latin du livre de Julien Le Paulmier sur la Peste, sous le titre de bref discours de la préservation de la peste, Caen, P. Le Chandelier 1580, petit in-8° de 29 pages.
  • Oraison funèbre de Nicolas Michel, 1597 chez Jacques Le Bas.
  • Discours de l’entrée du duc d'Épernon à Caen, le 14 mai 1588, 1588 ; réédition à Rouen, Léon Gy, 1903.
  • Éloges des citoyens de la ville de Caen - Première centurie, 1609. Traduction d’un curieux. Réédition à Caen, Le Blanc-Hardel, 1880.
    Dans cet ouvrage, il relate l’origine et l’illustration des familles de sa ville natale, Caen.
  • Jacq. Cahagnesii, professoris regii, de aqua fonte Hebe Crevonii proelectio. Cadomi. Bassus, 1612, 'n-8°.
  • Censori proelectioni de aqua fontis Hebe Crevonii sub nomine Francisci Chicotii ementio, Jacobi Cahagnesii responsio, die Martis duodecima augusti. Cadomi, Jacq. Bassus, 1614, in-8°.
  • Le Tombeau de Jean Rouxel, suivi de son oraison funèbre et précédé d’une introduction par R.-N. Sauvage, Rouen, Lainé, 1931.

Notes et référencesModifier

  1. Bulletin de Sciences et Géologie Normandes no 73, novembre-décembre 1999
  2. Eugène Chatel, « Liste des Recteurs de l’Université de Caen dressée d'après leurs signatures sur les registres des rectories et autres documents conservés aux Archives du Calvados » dans Bulletin de la Société des Antiquaires de Normandie, Caen, 1883, tome XI, pp. 75–128 [lire en ligne]
  3. Marie Viallon-Schoneveld, Le boire et le manger au XVIe siècle Institut Claude Longeon, Éd. Université de Saint-Étienne, 2004.
  4. Pierre Carel, Les Médecins et les chirurgiens de Caen avant la Révolution, Société de Médecine de Caen

Liens externesModifier