Jacques Tits

mathématicien français d’origine belge
Jacques Tits
Description de cette image, également commentée ci-après
Jacques Tits en 2008.

Naissance
Uccle (Drapeau de la Belgique Belgique)
Décès (à 91 ans)
13e arrondissement de Paris
Nationalité française
Domaines Mathématiques
Institutions Collège de France
Diplôme Université libre de Bruxelles
Renommé pour Théorie des groupes (groupe de Tits)
Distinctions Prix Abel 2008

Jacques Tits, né le à Uccle et mort le dans le 13e arrondissement de Paris[1],[2], est un mathématicien français, d'origine belge[3]. Professeur à l'université libre de Bruxelles (nommé à 24 ans), il écrit et coécrit un grand nombre d'articles sur des sujets variés, principalement en géométrie et en algèbre. Il effectue l’essentiel de sa carrière au Collège de France à Paris. Il est récompensé en 2008 par le prix Abel, l’une des récompenses les plus prestigieuse en mathématiques.

BiographieModifier

Tits a découvert les mathématiques grâce à son père, lui-même mathématicien, en consultant les ouvrages de sa bibliothèque. À 14 ans, le jeune prodige donne des cours particuliers à des étudiants qui préparent l'École polytechnique de Bruxelles. Il est diplômé de l'université libre de Bruxelles. À l'âge de 20 ans il publie sa thèse de doctorat[4], réalisée sous la direction de Paul Libois et portant déjà en germe ses travaux futurs.

Il a introduit la théorie des immeubles et des BN-paires, utile dans la théorie des groupes algébriques (y compris certains groupes finis) surtout pour les groupes définis sur les nombres p-adiques. Une BN-paire est une paire formée de deux sous-groupes B et N du groupe G qu'on veut étudier, assujettie à quelques conditions. Lorsque l'on dispose d'une BN-paire dans le groupe G, on peut construire un immeuble, qui est un objet géométrique sur lequel G agit. Les immeubles sont en fait les équivalents pour les groupes algébriques p-adiques des espaces symétriques qui interviennent dans les groupes de Lie.

Prix et distinctionsModifier

En 1962, Tits est lauréat du prix Francois-Deruyts décerné par l'Académie royale de Belgique. Il a reçu la médaille Cantor de la Deutsche Mathematiker-Vereinigung (Société mathématique allemande) en 1996 et le prix Wolf en 1993. Il a été professeur associé au Collège de France, de 1973 à 1975, puis titulaire de la chaire de théorie des groupes, de 1975 à 2000. Il est membre de l'Académie des sciences depuis 1979. Il reçoit le prix Wolf en 1993, et le prix Abel en 2008 en même temps que John Griggs Thompson.

Jacques Tits a été promu officier de la Légion d'honneur en .

Il meurt le [5],[4].

Principales publicationsModifier

  • Œuvres - 4 volumes - European Math. Society 2013 - Éditeurs : F. Buekenhout, B.M. Mühlherr, J-P. Tignol, H. Van Maldeghem, 3832 pages.
  • Résumé des cours au Collège de France 1973-2000 - Soc. Math. France, 2013, Documents Mathématiques 12, 390 pages.
  • Complements to the Collected Works - Innovations in Incidence Geometry 16, no 1, 2018, pages 9–559.

Notes et référencesModifier

  1. État civil sur le fichier des personnes décédées en France depuis 1970
  2. « matchID - Moteur de recherche des décès », sur deces.matchid.io (consulté le )
  3. Tits a obtenu la nationalité française en 1974.
  4. a et b « Le mathématicien Jacques Tits est mort », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  5. Décès de Jacques Tits, Société mathématique de France, 5 décembre 2021.

AnnexesModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier