Ouvrir le menu principal

Jacques Robert de Conantre (ou Jacques Robert), né le à Paris et mort le à Alexandrie (Marengo), est un homme militaire et haut fonctionnaire français.

BiographieModifier

Jacques Robert est le fils de Claude-Henri Robert-Conantre, capitaine au régiment de Berry-Infanterie, régiment incorporé en 1762 au régiment d'Aquitaine. Robert entre le 4 mars 1772 à 17 ans comme volontaire à ce même régiment d'Aquitaine (infanterie). Il est promu au rang de sous-lieutenant sans appointements le et sous-lieutenant le [1].

En 1776, le régiment d'Aquitaine est dédoublé, ses 2e et 4e bataillons formant le régiment d'Anjou et Robert devient sous-lieutenant de chasseurs au régiment d'Anjou lors de sa formation le  ; il est promu lieutenant en 2° le et lieutenant en l° [2].

Par la loi du [3], la gendarmerie nationale française est créée. Quelques mois plus tard, le 15 juin 1791, Robert devient lieutenant de gendarmerie nationale dans le département d'Indre-et-Loire où il est promu capitaine le 15 septembre suivant.

Le 18 mai 1792[4], il devient aide de camp de Jacques Henri de Moreton de Chabrillan, général de brigade du corps d'armée du Nord[5].

Il devient ensuite Chef du 3e bataillon des volontaires nationaux du département d'Indre-et-Loire lors de sa formation le . Par la réorganisation des corps d'infanterie français il devient Chef de brigade de la 139e demi-brigade d'infanterie de première formation lors de sa formation le 23 prairial an II (). Toujours par réorganisation, il devient le 9 prairial an V (28 mai 1797) chef de brigade de la 21e demi-brigade, où il sert jusqu'au 1er germinal an VIII (). Il quitte le corps d’infanterie au moment de sa nomination de sous-inspecteur aux revues (fonction au rang de colonel, créée par décret du 26 ventôse an VIII ()[6]) fin mars 1800[5].

Il est inspecteur aux revues (au rang de général de brigade) au moment de sa nomination de préfet de l’Ardèche, le 11 brumaire an X ()[7]. Il est nommé préfet du département de Marengo le , choisi pour son passé de militaire, et où il est considéré « un excellent homme, un très-bon administrateur » [8]. Il meurt à Alexandrie aux suites d’une maladie le .

DécorationsModifier

Chevalier de la legion d'honneur.

RéférencesModifier