Ouvrir le menu principal

Jacques Quétard de La Porte

États de serviceModifier

Il entre en service le , dans le corps de la gendarmerie dite de « Lunéville », compagnie de Flandre, et après avoir fait les campagnes de Flandre, il est congédié le .

Il reprend du service le , en tant que lieutenant-colonel du 1er bataillon de volontaires du Loiret. Envoyé à l’armée du Nord, il combat successivement sous les ordres de Rochambeau, Luckner, Dillon, Dumouriez Dampierre, Custine et Houchard.

Le , il participe à la bataille de Fleurus, et il est nommé chef de brigade le , à la 36e demi-brigade de bataille, devenue 84e demi-brigade le . Il se trouve au siège de Kehl et il est blessé à la main droite le , lors d’une sortie.

En 1797, il est envoyé à l'armée d’Angleterre, sous les ordres du général Desaix, puis il rejoint l’armée d’Helvétie, sous les ordres de Schauenburg en . Le , il déploie la plus grande valeur lors de la traversé du Rhin à Kilstett, voyant le plus grand désordre dans les rangs des troupes françaises, il s’élance sur le pont, rallie ses braves un instant ébranlés, marche à l’ennemi, et arrête la colonne qui lui est opposée, ce qui lui vaut les éloges du général Moreau.

Il est promu général de brigade le , et le , il soutient le général Heudelet, forcé à la retraite par les Russes, où à la tête de sa brigade, il charge l’ennemi avec impétuosité, le culbute et parvient à rétablir la ligne qui avait été rompue. En mai 1800, il commande Lucerne, et il est mis en non activité le , à la dissolution de l’armée d’Helvétie.

Le , il prend un commandement dans la 8e division militaire à Marseille, et il est fait chevalier de la Légion d’honneur le , avant d’être affecté dans la 15e division militaire le suivant à Caen. Il est élevé au grade de commandeur de la Légion d’honneur le .

Le , il est mis à la disposition du vice-roi, pour être employé en Dalmatie. Envoyé au dépôt d’infanterie de l’armée de Naples, il prend le commandement du département du Taro le . Le , il commande l’Istrie, et il est créé baron de l’Empire le . Le , il est désigné par décret impérial, commandant d’armes à Naarden, où il reste jusqu’au . De retour dans ses foyers le , il est mis en non activité en .

Lors de la première restauration, le roi Louis XVIII, le fait chevalier de Saint-Louis, et il est admis à la retraite le .

Il meurt le , à Chaingy (Loiret).

DonataireModifier

  • , rente de 4 000 francs, sur la ville de Rome.

ArmoiriesModifier

Figure Nom du baron et blasonnement


Armes du baron Jacques Quétard de La Porte et de l'Empire, décret du , lettres patentes du , commandeur de la Légion d'honneur

Écartelé ; au premier d'azur à huit étoiles d'or ; quatre, trois et un ; au deuxième des barons tirés de l'armée ; au troisième de gueules au lion d'argent ; au quatrième d'azur au coq d'or - Livrées : les couleurs de l'écu.

SourcesModifier