Ouvrir le menu principal
Jacques Pater
Description de cette image, également commentée ci-après
Jacques Pater
Naissance (70 ans)
Paris XI
Nationalité Drapeau de la France Français
Profession Acteur
Films notables Cyrano de Bergerac
Bon Voyage
Azur et Asmar
Séries notables Les Vivants et les Morts
Paris, enquêtes criminelles

Jacques Pater, né à Paris le 24 mai 1949, est un acteur français.

Sommaire

BiographieModifier

Jacques Pater, né à Paris, fils d’un père chauffeur de car et d’une mère secrétaire, passe son enfance et son adolescence dans le XXème arrondissement. Sur les bancs de l’école, il se lie d’amitié avec Gérard Mordillat avec lequel il découvre, en autodidacte affamé, la littérature, le théâtre, la poésie et le cinéma (via Henri Langlois, la Cinémathèque et les défuntes salles de quartier). Les sciences et les mathématiques le détournent inexorablement du collège et lui évitent de trop longues études.

Dès l'âge de seize ans, il exerce différents emplois, puis se retrouve, grâce à l’intercession de son parrain Jacques Perret, à travailler comme saute-ruisseau à la prestigieuse NRF. Depuis le bureau de Claude Gallimard, on l'envoie porter aux auteurs-maison les épreuves à corriger de leurs livres. Passionné de littérature, il a ainsi la joie de croiser L. Aragon, R. Queneau, R. Gary, H. de Monfreid, N. Sarraute, L. Guilloux, G. Dumézil, A. Frénaud, F. Marceau, L. Bodard, J. Cau, J. Sullivan, etc.

À la même époque, il commence à suivre des cours de théâtre chez René Simon qui l’accepte exceptionnellement à ses cours du soir malgré son jeune âge (toujours avec Gérard Mordillat), et non au cours du jeudi des lycéens, sous le noble prétexte qu’il gagne déjà sa vie sans l’aide de la famille : "Des travailleurs !… Merveilleux, je vous prends ! ».

Avec Gérard Mordillat et quelques amis, il monte des spectacles poétiques en amateur pour la revue (deuxième série), dirigée par Jean Dubacq, Serge Brindeau, et Serge Wellens dont ils fréquentent assidûment la librairie « Le Gay Savoir ». Il débute au théâtre en faisant de la figuration dans "Notre petite ville", de Thornton Wilder, au Théâtre de l’Épée de Bois dirigé par Raymond Rouleau. Après son service militaire dans la Marine nationale, il reprend les cours de théâtre. En 1972, un ami l’inscrit, sans le lui dire, à une audition pour Sainte Jeanne des Abattoirs de Bertolt Brecht, au Théâtre de l’Est Parisien dirigé par Guy Rétoré. Après une longue suite d’auditions chantées-parlées, orchestrées par Oswald d’Andréa, il intègre la distribution dans laquelle Anne Doat brille au milieu d’une troupe de 45 comédiens. La vraie aventure théâtrale commence. Puis la télévision et le cinéma le sollicitent.

Il tient également, pendant plusieurs semaines, une mini-chronique littéraire à Libération, signée Léon Groom, et intitulée "Ascenseur". Il écrit parallèlement, à la demande d’Alain de Sédouy, des sketches humoristiques pour la Sécurité routière, destinés à la télévision. Pour quelques revues, il devient verbicruciste et réalise des grilles de mots croisés. Il participe un temps, comme acteur-auteur, à Allegro Ma Non Troppo et Mi-fugue Mi-raisin de Bertrand Jérôme, sur France Culture, ainsi qu'à de nombreuses dramatiques sur France Inter.

En 1983, il publie Le Petit Pater illustré, aux éditions du Seuil; recueil de proverbes et locutions revisités avec humour, dans la collection Point-Virgule, que Claude Duneton et Nicole Vimard viennent de créer.

Il continue d’alterner théâtre, télévision, cinéma et lectures poétiques.

FilmographieModifier

CinémaModifier

Courts-métragesModifier

TélévisionModifier

ThéâtreModifier

Années 60Modifier

Années 70Modifier

Années 80Modifier

Années 90Modifier

Années 2000Modifier

PublicationModifier

Liens externesModifier