Ouvrir le menu principal

Jacques Nichet

metteur en scène et réalisateur français
Jacques Nichet
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 77 ans)
ToulouseVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Réalisateur, metteur en scène, dramaturgeVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Distinction

Jacques Nichet, né à Albi le [1] et mort le [2] à Toulouse, est un auteur, metteur en scène, ainsi qu'un réalisateur de cinéma français.

BiographieModifier

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (juillet 2019)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

En 1965, alors qu'il est étudiant à l’École normale supérieure, où il est entré en 1964[3], Jacques Nichet fonde une troupe universitaire, le Théâtre de l'Aquarium, qu'il dirige jusqu'en 1968. Reçu troisième en 1967 au concours de l'agrégation de lettres classiques, il enseigne pendant une quinzaine d'années comme maître de conférences d’études théâtrales à l'université de Paris VIII[4].

En 1970, il crée un collectif d’une quinzaine d’artistes (parmi lesquels Jean-Louis Benoît et Didier Bezace) qui s’installe en 1973 à la Cartoucherie de Vincennes, sur l'invitation d'Ariane Mnouchkine, pour créer le Théâtre de l'Aquarium qui existe encore aujourd’hui[5].

Jusqu’en 1980, Jacques Nichet participe à douze réalisations, dont Marchands de ville (1972), Ah Q, de Jean Jourdheuil et Bernard Chartreux, d’après Lu Xun (1975), La jeune lune tient la vieille lune toute une nuit dans ses bras (1976), Correspondance (1980).

En 1986, Jacques Nichet est appelé à diriger le Centre dramatique national de la région Languedoc-Roussillon à Montpellier, qu'il baptise Théâtre des Treize Vents[6]. Il y met en scène des auteurs aussi différents que Federico García Lorca (La Savetière prodigieuse), Denis Diderot, Javier Tomeo (Monstre aimé), Pedro Calderón de la Barca (Le Magicien prodigieux), Eduardo De Filippo (Sik-Sik, Le Haut-de-forme) ou Serge Valletti (Domaine ventre)[7]. Il le dirige jusqu'en 1998[8].

En 1991, il fonde avec Jean-Michel Déprats un Centre international de la traduction théâtrale dont le siège se trouve désormais à Montpellier : La Maison Antoine Vitez[9].

Il présente La Tragédie du roi Christophe d’Aimé Césaire au Festival d'Avignon 1996[8].

En octobre 1998, Jacques Nichet prend la direction du Théâtre national de Toulouse Midi-Pyrénées (TNT)[10], poursuivant son travail de mise en scène d'auteurs contemporains : il présente Le jour se lève, Léopold ! de Serge Valletti (1998), Silence complice de Daniel Keene (1999) et Combat de nègre et de chiens de Bernard-Marie Koltès (Paris, Théâtre de la Ville, 2001). En janvier 2003, il met en scène Les Cercueils de zinc, de Svetlana Alexievitch (création). Il met également en scène des auteurs classiques, comme Horváth, Shakespeare, Sophocle, Erdman, Leopardi[8].

En 2004, il met en scène Antigone de Sophocle, qui sera reprise à l’Odéon-Théâtre de l’Europe[11].

En 2007, il quitte le TNT qu'il dirige depuis 1998 avec l'aide de Richard Coconier, puis de Jean Lebeau, car, dit-il : « Dans le métier, il est de coutume d'exercer jusqu'à 70 ans. À 65 ans, j'ai senti qu'il fallait boucler un cycle, j'ai décidé de me surprendre moi-même en forçant le destin... La vie n'est intéressante que si elle est surprenante ! ». ll y présente sa dernière création au TNT, intitulée Le Commencement du bonheur[12].

En 2008, il fonde la compagnie L'Inattendu et monte Le Collectionneur d'instants de Quint Buchholz et La Ménagerie de verre de Tennessee Williams[8].

Durant l'année universitaire 2009-2010, il a été titulaire de la chaire de création artistique du Collège de France[8]. Sa leçon inaugurale s'intitule Le théâtre n'existe pas[13].

En 2018, il monte sa toute dernière pièce, Compagnie de Samuel Beckett[14].

Mises en scèneModifier

Théâtre de l'Aquarium jusqu’en 1980, Jacques Nichet participe à douze réalisations, dont 
Théâtre des Treize Vents Montpellier
TNT-Théâtre national de Toulouse Midi-Pyrénées

OuvrageModifier

  • Je veux jouer toujours. Toulouse : Éditions Milan, 2008.

FilmographieModifier

Notes et référencesModifier

  1. Notice d'autorité personne sur le site du catalogue général de la BnF.
  2. [1], sur sceneweb.fr
  3. https://www.archicubes.ens.fr/lannuaire#annuaire_chercher?identite=Nichet.
  4. Michel Zink, « Jacques Nichet. Metteur en scène de théâtre titulaire de la chaire de Création artistique pour l’année académique 2009-2010 », La lettre du Collège de France, no 28,‎ , p. 9–10 (ISSN 1628-2329, DOI 10.4000/lettre-cdf.1021, lire en ligne, consulté le 6 août 2019)
  5. « histoire de l’Aquarium - Théâtre de l'aquarium », sur www.theatredelaquarium.net (consulté le 6 août 2019)
  6. « Les Archives du Centre Dramatique National Montpellier », sur www.lesarchivesduspectacle.net (consulté le 6 août 2019)
  7. « Jacques Nichet - Les Archives du Centre Dramatique National Montpellier », sur www.lesarchivesduspectacle.net (consulté le 6 août 2019)
  8. a b c d et e « Biographie de Jacques Nichet », sur www.college-de-france.fr (consulté le 6 août 2019)
  9. « Historique - Maison Antoine Vitez / Centre International de la Traduction Théâtrale », sur Maison Antoine Vitez (consulté le 6 août 2019)
  10. « Le CDN – ThéâtredelaCité », sur theatre-cite.com (consulté le 6 août 2019)
  11. « Antigone de SOPHOCLE, mise en scène JACQUES NICHET », sur https://www.theatre-odeon.eu/,
  12. Brigitte Salino, « Jacques Nichet, l'art de partir », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 6 août 2019)
  13. « Le théâtre n'existe pas », sur www.college-de-france.fr (consulté le 6 août 2019)
  14. Brigitte Salino, « Jacques Nichet, metteur en scène, fondateur du Théâtre de L’Aquarium, est mort », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 6 août 2019)
  15. [2], sur saison15-16.cdn-besancon.fr

Liens externesModifier