Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Neveu.
Jacques Neveu
Description de cette image, également commentée ci-après
Jacques Neveu en 1970.
Naissance
Décès (à 83 ans)
Nationalité Drapeau : Belgique Belge
Domaines Mathématicien
Institutions École polytechnique
Directeur de thèse Robert Fortet
Étudiants en thèse Jean-Michel Bismut
Jean Jacod
Ivar Ekeland
Nicole El Karoui
Pierre Priouret
Daniel Revuz

Jacques Neveu est un probabiliste belge, né le et mort le . Il est un des pères fondateurs de l'école française de probabilités et statistique[1].

CarrièreModifier

HistoriqueModifier

Jacques Neveu effectue sa thèse de doctorat sous la direction de Robert Fortet en 1955. Elle s'intitule : Étude des semi-groupes de Markoff[2].

En 1960, Jacques Neveu est, avec Robert Fortet, l'un des deux premiers membres du LPMA. Il en prend la direction en 1980[3] jusqu'en 1989 où Jean Jacod prend le relais.

En 1962, il est chargé de cours au Collège de France.

Dans les années 1970, il est professeur à l'École polytechnique[4].

En 1976, il donne un cours à l'école d'été de Saint-Flour.

De 1969 à 1987, Jacques Neveu encadre 19 étudiants en thèse dont Nicole El Karoui ou Pierre Priouret par exemple[2].

En 1991, il fonde le groupe MAS de la SMAI[1] qui lui consacre une journée de commémoration en 2010.

RechercheModifier

Jacques Neveu est un des pères fondateurs de la théorie moderne des probabilités.

Ses travaux sur les processus de Galton-Watson et les arbres de Galton-Watson sont souvent cités par les auteurs du domaine. Son formalisme des arbres est notamment repris à son nom : la notation de Neveu.

Jacques Neveu a également été un fin pédagogue.

CommémorationModifier

Plusieurs mathématiciens ont rendu hommage à Jacques Neveu pour son influence sur la théorie moderne des probabilités[5].

En l'honneur de Jacques Neveu, un prix est décerné par le groupe MAS de la SMAI à de nouveaux docteurs français en probabilité ou statistique[6].

Prix Jacques NeveuModifier

Les lauréats sont[6] :

  • 2008 : Pierre Nolin ;
  • 2009 : Amandine Véber ;
  • 2010 : Sébastien Bubeck et Kilian Raschel ;
  • 2011 : Nicolas Curien ;
  • 2012 : Pierre Jacob et Quentin Berger ;
  • 2013 : Adrien Kassel ;
  • 2014 : Emilie Kaufmann et Julien Reygner ;
  • 2015 : Erwan Scornet.

BibliographieModifier

  • Bases mathématiques du calcul des probabilités, Masson, 1964.
  • Martingales à temps discret, Masson, 1972
  • Théorie de la mesure et intégration, cours de l'École polytechnique, 1983
  • « Arbres et processus de Galton-Watson », Annales de l'IHP, 1986

RéférencesModifier

  1. a et b « Prix de thèse Jacques Neveu du groupe thématique SMAI-MAS », sur smai.emath.fr, (consulté en date de dernière consultation à indiquer après contrôle).
  2. a et b (en) « Jacques Neveu », sur le site du Mathematics Genealogy Project.
  3. « Le LPMA fête ses 50 ans », sur sciencesmaths-paris.fr, Fondation sciences mathématiques de Paris, (consulté en date de dernière consultation à indiquer après contrôle).
  4. Jacques Neveu, Paul-André Meyer, Laurent Schwartz, Daniel Dugué, Benoît Mandelbrot, Jean Ullmo et Robert Dautray, « Témoignages sur Paul Lévy », sur annales.org des, Annales des Mines (consulté le 7 novembre 2018).
  5. « Hommage à P.A. Meyer et J. Neveu », sur smf4.emath.fr, Société de mathématique de France, (consulté en date de dernière consultation à indiquer après contrôle).
  6. a et b « Prix de thèse Jacques Neveu », sur smai.emath.fr (consulté en date de dernière consultation à indiquer après contrôle).

Liens externesModifier