Ouvrir le menu principal

Officier général francais 5 etoiles.svg Jacques Mignaux
Naissance (64 ans)
Saint-Marcellin, Isère
Origine Drapeau de la France France
Grade Général d'armée
Années de service 1978-2013
Commandement Direction générale de la gendarmerie nationale
Distinctions Grand officier de la Légion d'honneur
Officier de l'ordre national du Mérite

Jacques Mignaux, né le à Saint-Marcellin (Isère), est un officier général français. Il a été directeur général de la gendarmerie nationale jusqu'au 10 avril 2013, date à laquelle il est remplacé en conseil des ministres par le général d'armée Denis Favier[1]. Il est nommé conseiller d’Etat en service extraordinaire par décision du conseil des ministres du 24 juillet 2013[2].

Sommaire

BiographieModifier

Diplômé de l'ESM Saint-Cyr, promotion Capitaine Henri Guilleminot (1975-1977), il intègre en 1978 l’escadron de gendarmerie mobile de Versailles-Satory au grade de lieutenant, en tant que commandant de peloton. Après un passage en outre-mer de 1981 à 1984 en tant qu'adjoint au commandant du groupe des pelotons mobiles à Saint-Denis de La Réunion, il devient commandant de la compagnie de gendarmerie départementale de Bourges en 1984.

Il occupe son premier poste en état-major à partir de 1987 comme officier rédacteur au bureau de l’emploi au service des opérations et de l’emploi à la direction générale de la gendarmerie nationale, à Paris. Chef du bureau des affaires générales au cabinet du directeur général à partir de 1992, il exerce de 1994 à 1997 la fonction de commandant du groupement de gendarmerie départementale du Loiret.

De juillet 1997 à août 1999, il exerce successivement les fonctions de chef du bureau des études générales au service des ressources humaines et de chargé de mission auprès du chef du service des ressources humaines à la direction générale de la gendarmerie nationale. Il accède au grade de colonel en juillet 1998.

En mai 2002, il fait son entrée au ministère de l'Intérieur en tant que chargé de mission auprès du conseiller pour la sécurité au cabinet du ministre de l’Intérieur, de la sécurité intérieure et des libertés locales, Nicolas Sarkozy. Après un intermède de deux ans, au cours duquel il commande la région de gendarmerie départementale d'Île-de-France, il exerce la fonction de conseiller pour la sécurité auprès du ministre de l'Intérieur comme conseiller technique[3] à partir de janvier 2005. Il accède au corps des officiers généraux en décembre 2004. Le 1er juin 2007, il exerce la fonction de chef de service des opérations et de l'emploi à la direction générale de la gendarmerie.

Le 1er juin 2008, il est nommé Major général de la Gendarmerie nationale.

Le 7 avril 2010, en conseil des ministres[4], il est élevé aux rang et appellation de général d'armée et est nommé directeur général de la gendarmerie nationale à compter du 12 avril 2010 en remplacement du général d'armée Roland Gilles[5].

En juillet 2012, il annonce que la gendarmerie nationale a mis l'accent sur le renseignement après les intrusions de Greenpeace dans la centrale nucléaire de Nogent-sur-Seine en décembre 2011[6].

DistinctionsModifier

     
     

IntitulésModifier

  • Grand officier de la Légion d’honneur (Décret 28/06/2013)
  • Officier de l'ordre national du Mérite (2002)
  • Médaille de la gendarmerie nationale (2010)
  • Médaille de la défense nationale, échelon argent (1989)
  • Médaille d'honneur de la police nationale (2009)
  • Médaille de bronze de la jeunesse et des sports (1984)

Voir aussiModifier

LiensModifier

Sources et référencesModifier