Jacques Margeret

Officier mercenaire français

Jacques Margeret (russe : Жак Маржере́т), né vers 1500, mort après 1618, est un soldat professionnel français, mercenaire, avec le grade de capitaine. Il a participé aux guerres de Religion du côté d'Henri IV. Il passe au service de la Grande-principauté de Moscou vers 1600. Ses écrits sont une source littéraire précieuse sur l'État russe au début du XVIIe siècle[1].

Jacques Margeret
Biographie
Décès
Activité

BiographieModifier

Jacques Margeret est issu d'une famille protestante d'Auxonne en Bourgogne. Il sert le roi de France Henri IV lors des guerres de Religion. La paix rétablie, il passe au service du prince de Transylvanie, puis de l'empereur du Saint Empire en Hongrie dans leurs guerres contre les Turcs et ensuite au roi de Pologne en tant que capitaine d'une compagnie d'infanterie[1].

En 1600, à l'invitation de l'ambassadeur russe Afanissi Vassilievitch, il passe au service du russe Boris Godounov, qui le fait capitaine d'une compagnie de mercenaires allemands ; il a aussi sous son commandement un détachement de cavalerie de mercenaires étrangers[1]. Le , ce détachement est engagé dans la bataille de Dobrinitchi (ru) avec l'armée du Faux Dimitri, et Margeret se fait remarquer.

À la mort de Boris Goudonov, le 13 avril 1605 ( dans le calendrier grégorien), Margeret est recruté par le Faux Dimitri, qui lui confie une compagnie d'arbalétriers allemands, assurant la garde du tsar au Kremlin. Dimitri s'intéresse particulièrement à Margeret, et écoute avec beaucoup d'attention ce qu'il lui rapporte de la France, avec laquelle il s'efforce de nouer des relations diplomatiques. Après la mort du Faux Dimitri, le 17 mai 1606 ( dans le calendrier grégorien), et l'accès au trône de Vassili IV Chouiski, Margeret quitte en la Russie, après avoir reçu de riches présents du nouveau tsar[1].

Revenu en France, Margeret raconte ce qu'il a appris de la Moscovie inconnue à l'historien Jacques-Auguste de Thou et au roi Henri IV, dénonçant aux uns et aux autres l'imposteur qui a pris la place du vrai tsar[1]. Il écrit et publié son œuvre sur l'État russe, Estat de l'empire de Russie, et grande duche de Moscovie (Paris, 1607)[2].

En 1608, il retourne en Russie et passe au service du second faux Dimitri, et ensuite de Sigismond III de Pologne. Sous le commandement du hetman Stanisław Żółkiewski, il prend part à la Bataille de Klouchino le , au cours de laquelle les armées de Vassili Chouiski essuient une cuisante défaite. Le Margeret prend part à la répression de soulèvement de Moscou (ru) et à la destruction de la ville. Le , quand Aleksandr Gonsevski (ru), serré par le prince Dmitri Pojarski, se retire de Kitaï-Gorod, Margeret se hâte de lui porter secours et repousse les attaquants.[réf. nécessaire]

En , il est à Hambourg, d'où il demande au gouvernement russe l'autorisation de se rendre à Arkhangelsk, et indique sa disponibilité pour servir à nouveau en Russie et combattre les Polonais. Soupçonnant qu'il était envoyé par le roi polonais Sigismond dans quelque intention maligne, les boyards se dépêchent de fortifier Arkhangelsk et laissent Margeret sans réponse. Lorsqu'il qu'il représente sa demande, ils lui font un refus net[1].

Il est selon toute vraisemblance mort en France[1]. Il n'est pas mentionné dans les archives après 1619.

OuvragesModifier

Jacques Margeret a écrit l'Estat de l’Empire de Russie et Grand Duché de Moscovie avec ce que s’y est passé de plus memorable et tragique, pendant le règne de quatre Empereurs : à sçavoir depuis l’an 1590 jusques en l’an 1606 en septembre, publié et réédité à Paris en 1607, 1669, et 1824. L'ouvrage a été traduit en russe et publié à Saint-Pétersbourg en 1830, sous le titre (ru) «Состояние Русской Державы и великого княжества Московского», la trois!ème partie paraissant sous le titre (ru) «Сказаний современников о Димитрии Самозванце» en 1831[1].

Il s'agit d'une source historique précieuse sur les événements politiques survenus en Russie de 1590 à , sur les institutions gouvernementales, sur les armées du tsar russe (ru), les conditions de vie du peuple russe, et sur la nature et la population de la Russie. Margeret considérait le Faux Dimitri comme un fils d'Ivan le Terrible sauvé miraculeusement.

Il écrivit entre autres « que le peuple russe ne sait rien produire, qu'il est toujours paresseux, qu'il n'aime pas le travail et qu'il s'adonne à la boisson comme on ne peut pas plus. Le clergé ne cède en rien sur ce point aux laïcs, quand il ne les dépasse pas »[1].

Ces mémoires de Jacques Margeret ont été republiées en France en 1983 aux éditions La Découverte/Maspero sous le titre 'Un mousquetaire à Moscou - Mémoire sur la première révolution russe, 1604-1614' avec une longue introduction de l'historien Alexandre Bennigsen.

PostéritéModifier

Jacques Margeret figure parmi les personnages de Boris Godounov de Pouchkine, où il s'exprimer avec un langage grossier de soldat.[3]

Notes et référencesModifier

  1. a b c d e f g h et i (ru) « Маржерет » [« Margeret »], Энциклопедический словарь Брокгауза и Ефрона (Dictionnaire encyclopédique Brokhaus et Efron), sur ru.wikisource.org, Saint-Pétersbourg,‎ 1890—1907 (consulté le 23 décembre 2017)
  2. Jacques Margeret., Estat de l'empire de Russie, et grande duche de Moscovie, p. , (lire en ligne)
  3. Heller, Michel (1922-1997)., Histoire de la Russie et de son empire, Flammarion, impr. 2009 (ISBN 978-2-08-123533-5 et 2-08-123533-1, OCLC 690495281, lire en ligne)

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • (ru) « Маржерет » [« Margeret »], Энциклопедический словарь Брокгауза и Ефрона (Dictionnaire encyclopédique Brokhaus et Efron), sur ru.wikisource.org, Saint-Pétersbourg,‎ 1890—1907 (consulté le 23 décembre 2017)
  • Jacques Margeret., Estat de l'empire de Russie, et grande duche de Moscovie, p. , (lire en ligne)
  • Jacques Margeret et Alexandre Bennigsen, Un mousquetaire à Moscou : mémoires sur la première révolution russe, 1604-1614, La Découverte/Maspero, , 125 p. (ISBN 978-2-7071-1411-2)
  • (ru) Маржерет Жак (Margeret Jacques) (dir.), Россия начала XVII в. Записки капитана Маржерета, Moscou, Институт истории РАН,‎ , 254 p. (lire en ligne)
  • (ru) Россия XV—XVII вв. глазами иностранцев [« La Russie des XVe - XVIIe siècle vue par des étrangers »], Leningrad, Лениздат,‎ , 543 p.
  • (ru) Россия XVII века. Воспоминания иностранцев [« La Russie du XVIIe siècle. Souvenirs d'étrangers »], Smolensk, Русич,‎ , 496 p. (ISBN 5-8138-0523-0)
  • (ru) Маржерет Жак (Margeret Jacques) (dir.), Состояние Российской империи. Ж. Маржерет в документах и исследованиях : (Тексты, комментарии, статьи) [« La création de l'empire russe. J. Margeret dans les documents et les travaux de recherche (textes, commentaires, articles) »], Moscou, Языки славянской культуры,‎ , 552 p.
  • (ru) Маржерет Жак (Jacques Margeret), Состояние Российской державы и Великого княжества Московского [« L'établissement de la puissance russe et de la Grande-principauté de Moscou »], Moscou, Польза,‎ , 104 p.
  • Michel Heller, Histoire de la Russie et de son empire, Éditions Perrin, (ISBN 978-2-262-06435-8, lire en ligne)

Articles connexesModifier

Lien externeModifier

  • Jacques (1560-16 ) Margeret, Estat de l'Empire de Russie et grande duché de Moscovie : avec ce qui s'est passé de plus mémorable et tragique, pendant le règne de quatre empereurs... (Nouv. éd.) : par le capitaine Margeret ; nouv. éd... par Henri Chevreul, L. Potier, (lire en ligne) (voir la préface)