Ouvrir le menu principal
Jacques Lob
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activité
Autres informations
A travaillé pour
Distinction

Jacques Lob, né à Paris le et mort à Château-Thierry le (à 57 ans), est un auteur de bande dessinée français, surtout connu comme scénariste. Lauréat du grand prix de la ville d'Angoulême 1986, c'est le seul auteur à avoir été récompensé pour ses scénarios, pour ce prix traditionnellement attribué aux dessinateurs. Ses principales créations sont les séries Blanche Épiphanie (avec Georges Pichard), Superdupont (avec Marcel Gotlib, Alexis et Jean Solé) et les bandes dessinées de science-fiction Lone Sloane (avec Philippe Druillet) et Le Transperceneige (d'abord avec Alexis, puis en 1983 avec Jean-Marc Rochette).

BiographieModifier

Jacques Lob exerce plusieurs métiers : apprenti tapissier, apprenti boucher, fabricant de valises, livreur[1], etc. Après son service militaire en Algérie, il devient dessinateur humoristique, collaborant à de nombreux périodiques[1]. En 1963, sur les conseils de Jean-Michel Charlier, il commence ses travaux de scénariste par des histoires courtes pour Pierre Guilmard, Jean-Claude Mézières, Jo-El Azara pour des périodiques comme Record, Chouchou, Tintin, Spirou, Pilote[1]. En 1964, il collabore pour la première fois avec Georges Pichard pour Ténébrax, dans Chouchou[2]. En 1967, avec Georges Pichard, il crée Submerman dans Pilote[2] et Blanche Épiphanie dans V Magazine — qui paraît également dans les pages de Métal Hurlant et France Soir —[2] et, en 1968, tous deux lancent Ulysse, qui paraît dans Linus, Charlie Mensuel, Phénix[1]. Passionné de science-fiction, Lob collabore avec Robert Gigi pour Dossier soucoupes volantes, publiée de 1969 à 1975 dans Pilote[1],[2]. À partir de 1972, il scénarise Delirius, mis en image par Philippe Druillet, Les Mange-bitume pour José Bielsa et, surtout, il lance avec Marcel Gotlib, dans Pilote, le super-héros Superdupont[2], dont le dessin est ensuite assuré par Alexis, Jean Solé[1], etc. Lob reprend le dessin avec L'Homme au landeau (1975), Batmax (1981), Roger Fringant (1976)[1]. Il collabore de nouveau avec Alexis pour un récit de science-fiction post-apocalyptique : Le Transperceneige ; néanmoins, le dessinateur décède en 1977 et Lob ne relance cette narration qu'en 1982, servie par le dessin de Jean-Marc Rochette, dans (À suivre)[1]. Lob participe également à des hors-séries de L'Écho des savanes avant d'exercer, en 1984, le rôle de rédacteur en chef pour Chic[1], son propre journal, qui ne compte que neuf numéros[2]. Pour Edmond Baudoin, Lob scénarise Intérieur noir et collabore avec Jean-Pierre Danard pour des histoires dans Okapi en 1986 ; c'est aussi en 1986 qu'il est distingué par le grand prix de la ville d'Angoulême, qui récompense l'ensemble de la carrière d'un auteur[1]. En 1988, il travaille de nouveau avec Baudoin, il crée le personnage de Carla, femme chauffeur de taxi[2]. Il décède d'un cancer le 30 juin 1990[2].

Patrick Gaumer décrit son œuvre comme « sensible et généreuse », d'une grande originalité ; sa carrière est « l'une des plus exemplaires du 9e art »[1]. En son honneur, le prix Jacques Lob récompense chaque année « un scénariste remarquable »[1].

ŒuvresModifier

Lorsque le nom d'un collaborateur figure sans plus de précisions, c'est que Lob était le scénariste et ce collaborateur le dessinateur.

PériodiquesModifier

  • Divers strips et dessin dans Bayard, 1958-1959.
  • Léonidas, dans Bayard, 1958-1959.
  • « Le Violoneux du Far–West », avec Arbeau, dans Pif Gadget, 1963, 4 p.
  • Sept récits courts avec divers collaborateurs, dans Record, 1963-1967.
  • Jack de Minuit, avec Garel, dans Record, 1964-1966, 12 histoires totalisant 111 pages.
  • Patrouille sous-marine, avec Lenoir, dans Record, 1964-1969, 11 histoires totalisant 104 pages.
  • Castus papa, avec Jacques Poirier, dans Record, 1964-1965, 2 histoires totalisant 20 pages.
  • Maximax, avec Jacques Poirier, dans Paul et Mic, 1964.
  • Ténébrax, avec Georges Pichard, dans Chouchou, 1964-1965[3].
  • Deux récits complets (avec Ram puis Pichard) dans Chouchou no 12 et 14, 1965[3].
  • « Des pépins dans le péplum », avec Jo-El Azara, dans Tintin, 1965, 5 p.
  • Simon Leblanc, avec Len-Gi, dans Record, 1965-1966, 2 histoires totalisant 16 pages.
  • Jerry Spring, avec Jijé, dans Spirou :
  1. Jerry Spring contre K.K.K., 1966
  2. Le Duel, 1966-1967

AlbumsModifier

  1. Blanche Épiphanie, Serg, 1972.
  2. Blanche Épiphanie. Nouvelles aventures, Éditions du Fromage, 1974.
  3. La Croisière infernale, Les Humanoïdes associés, 1977.
  4. Blanche à New York, Les Humanoïdes associés, 1980.
  5. Le Cavalier noir, D. Leroy, 1986.
3. Delirius, Dargaud, 1973.
6. Delirius 2, avec Benjamin Legrand (scénario), Drugstore, coll. « Vent des savanes », 2012.
  • Ténébrax, avec Georges Pichard, Serg, 1973.
  • Ceux venus d'ailleurs, avec Gigi, Dargaud, 1973.
  • Les Mange-bitume, avec José Bielsa, Dargaud, 1974.
  • Ulysse, avec Georges Pichard, Dargaud, deux albums, 1974-1975.
  • Jerry Spring : Le Duel, avec Jijé, 1974.
  • O.V.N.I. dimension autre, avec Gigi, Dargaud, 1975.
  • Submerman, avec Georges Pichard, Glénat :
  1. Submerman, 1976.
  2. Les Peuples de la mer, 1978.
  1. Superdupont, avec Alexis, 1977.
  2. Amour et forfaiture, avec Jean Solé, 1980.
  3. Opération camembert, avec Jean Solé, 1983.
  4. Oui... nide iou, avec Jean Solé, Daniel Goossens, Neal Adams, Al Coutelis, Gotlib et Alexis, 1983.
  5. Les Âmes noires, avec Jean Solé, 1995.

AdaptationsModifier

Sa BD Le Transperceneige, dessinée par Jean-Marc Rochette, a été adaptée au cinéma en 2013 par Bong Joon Ho sous le titre Snowpiercer - Le Transperceneige, avec dans les rôles principaux Chris Evans, Song Kangho, Tilda Swinton, Ed Harris et John Hurt.

PrixModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

RéférencesModifier

  1. a b c d e f g h i j k et l Gaumer 2010.
  2. a b c d e f g et h Filippini 2007.
  3. a et b Michel Béra, « Chouchou », Le Collectionneur de bandes dessinées, no 15,‎ , p. 16-17.
  4. Thierry Groensteen et collectif, Primé à Angoulême : 30 ans de bande dessinée à travers le palmarès du festival, Éditions de l'An 2, (ISBN 2-84856-003-7)
  5. « Festival d'Angoulême », sur Encyclopédie Larousse (consulté le 31 janvier 2019)

AnnexesModifier

BibliographieModifier

Liens externesModifier