Jacques Lambert (droit)

juriste français
Jacques Lambert
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 90 ans)
LyonVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Père
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jacques Lambert et Lambert.

Jacques Lambert est un historien français du droit né le à Lyon et mort le à Lyon.

Il a passé l'essentiel de sa carrière universitaire à l'université de Lyon. Il est le fils d'Édouard Lambert, juriste universitaire comme lui.

BiographieModifier

OrigineModifier

Il est le petit-fils de Ferdinand Lambert[1], entrepreneur de travaux publics, parrain en politique de Paul Lintier[2] père, un radical-socialiste, maire de Mayenne de 1898 à 1910[3], et le fils d'Édouard Lambert, créateur L'Institut de Droit Comparé (IDCEL)[4] de la faculté de droit de Lyon 3 qui porte son nom.

Jacques Lambert est né Decart du nom de sa mère Marguerite. Il a été reconnu par son père en 1903. Ses deux parents se marient le 15 avril 1909.

Le droitModifier

Ancien élève du Lycée Ampère de Lyon où il obtient son baccalauréat en 1919, docteur en droit et agrégé, il était spécialisé comme son père en Histoire du droit. Agrégé, il commence sa carrière universitaire en 1926. Il est nommé dans sa faculté d'origine à la demande du doyen Josserand et sur l'insistance de son père[5].

Il est professeur à la faculté de droit de Lyon. En mission au Brésil au moment de la mobilisation en 1939, titulaire de la chaire de droit comparé, il est dans l'impossibilité de rentrer en France pendant plusieurs années. Il est donc remplacé par son père. Il ne semble pas que celui-ci ait assuré le cours au-delà de 1941.

Il prend sa retraite en 1971. Il a deux garçons, dont Denis-Clair Lambert, qui est aussi professeur à la Faculté de droit de l'Université Lyon 3.

OuvragesModifier

  • Les nations contre la paix, Paris, Alcan, 1933
  • La vengeance privée et les fondements du droit international public, Paris, Librairie du Recueil Sirey, 1936
  • Histoire constitutionnelle de l'Union américaine, Paris, Sirey, 1937[6]
  • Les fondements de la politique extérieure des États-Unis, Paris, Armand Colin, 1949. En collaboration avec André Allix, Raymond Pelloux et Robert Pelloux.
  • Le Brésil, structures sociales et institutions politiques, Paris, Armand Colin, 1953
  • Problèmes démographiques contemporains, Rio de Janeiro, 1944, Os dois Brasis, Rio de Janiero, 1959. En collaboration avec L.A.Costa Pinto
  • Le système politique de l'Amérique latine, Paris, PUF, 1987. En collaboration avec Alain Gandolfi.

SourceModifier

  • Fulchiron (sous la direction de), La Faculté de droit de Lyon, 130 ans d'histoire, Lyon, Editions lyonnaises d'Art et d'Histoire, 2006.
  • Etudes offertes à Jacques Lambert, Paris, Cujas, 1975

Notes et référencesModifier

  1. Il a été successivement instituteur primaire et professeur de mathématiques dans un collège avant que d'entrer dans l'administration des Ponts et Chaussées. Fonctionnaire bien noté, connu pour sa culture technique et littéraire, il est contraint de quitter cette administration en décembre 1871 à la suite de tensions avec ses supérieurs, sans doute justifiée par des raisons politiques. Ferdinand Lambert semble avoir été un républicain. Il devient entrepreneur de travaux publics à partir de 1871. En 1887, il est conseiller municipal de Mayenne, juge au tribunal de commerce et candidat républicain aux élections cantonales.
  2. Avec son frère Louis, il fait prospérer le négoce de vin et spiritueux dont ils ont hérité. C'est un radical-socialiste. Laïc convaincu, il milite pour la loi de séparation des Églises et de l'État en 1905. Veuf, il se remarie en 1892 avec Marthe Lambert, fille Le couple a 2 enfants, Paul et Marcelle.
  3. Paul Lintier père meurt subitement en 1910 lors de son mandat. Son frère Louis lui succède comme maire.
  4. [1].
  5. Ce dernier demande cette nomination à Édouard Herriot alors ministre de l'Instruction publique.
  6. Vol. 1 : le triomphe de la nation; vol. 2 : A la recherche d'un gouvernement national : du contrôle de constitutionnalité des lois au gouvernement des juges.

Liens externesModifier