Jacques Henri de Cheusse

(Redirigé depuis Jacques Henri de Cheusses)

Jacques Henri, écuyer, seigneur de Cheusse, fut le dernier seigneur de Rochefort.

L’expropriationModifier

La Seigneurie de Rochefort avait été donnée par Henri IV à son premier valet de chambre, Adrien de Lozéré, par engagement pour 35 568 écus. Sa petite-fille épousa Jacques Henri de Cheusse.

Jacques Henri, seigneur de Cheusse, qui possédait aussi Laleu, la Jarrie et Fronsac, était donc seigneur engagiste, ce qui permettait de lui retirer le fief sans son accord, contre une juste indemnisation, contrairement à la seigneurie de Soubise possédée par les Rohan qui avaient refusé un échange, et aux Mortemart qui en demandaient une trop forte somme. Pourtant Colbert aurait préféré installer l’arsenal plus près de l'embouchure de la Charente[1].

Colbert a choisi Rochefort pour y édifier un arsenal, un port sur la Charente et une ville[2].

Jacques Henri de Cheusse fut donc exproprié de ses terres rochefortaises par Colbert en 1666 moyennant 50 000 écus, il fut maintenu dans sa noblesse l'année suivante.

Le musée national de la Marine de Rochefort est installé dans l'hôtel particulier qui a conservé le nom d’hôtel de Cheusse[3].

Histoire de la famille HenriModifier

Après l'expropriation, une partie de la famille partit aux Provinces-Unies, puis au Suriname, donnant plusieurs gouverneurs de province sous le nom de Henri de Cheusse, tandis que l'autre partie demeure toujours en France sous le nom de Henri.

Sa fille Madeleine épouse, le 2 novembre 1655 à Saint-Soulle, près de La Rochelle, René de Culant, marquis de Ciré.

La famille Henri a été maintenue de noblesse du premier septembre 1667 et subsiste toujours en Vendée, à Fontenay-le-Comte. Armes de la famille Henri, anciens seigneurs de Cheusse (d'après l'Armorial des familles nobles du Poitou, par Jacques-Xavier Carré de Busserolle) : d'azur, à trois épis de blé d'or.

Un des descendants, Marcel Henri, fonda la caserne de pompiers de Fontenay-le-Comte, dont il devint colonel. Une place de la ville porte son nom.

Notes et référencesModifier

  1. À la découverte d'une frégate royale, ou La gloire retrouvée de l'arsenal de Rochefort, t. 3.[source insuffisante]
  2. histoire passion
  3. musée de la marine

Articles connexesModifier

BibliographieModifier

  • Jules Silvestre, "Henri de Cheusses, dernier seigneur de Rochefort", in Bulletin de la Société de géographie deRochefort, 1906, 12pages.