Jacques Cotillon

Jacques Cotillon, alias Cottillon, né le à Nuits-Saint-Georges (Côte-d’Or), mort le à Saint-Omer (Pas-de-Calais), est un officier supérieur français de la Révolution et de l’Empire.

Jacques Cotillon
Jacques Cotillon

Naissance
Nuits-Saint-Georges (Côte-d’Or)
Décès (à 59 ans)
Saint-Omer (Pas-de-Calais)
Origine Drapeau de la France France
Arme Infanterie
Grade Colonel
Années de service 17831809
Distinctions Chevalier de l'Empire
Officier de la Légion d'honneur

États de serviceModifier

Il entre en service le , comme soldat au régiment de Bourgogne-infanterie, il devient caporal-major le , et fourrier le . Le , il passe dans la Garde constitutionnelle du Roi, avec le grade de caporal, et il est nommé capitaine le , dans le 3e bataillon de volontaires de la Côte-d’Or. Il fait avec honneur, à la tête de sa compagnie, les campagnes de 1792 à l’an IX, aux armées du Rhin, de la Moselle, de Sambre-et-Meuse, de Naples et d’Italie.

Il se distingue le , à la prise des redoutes de Charleroi, où il reçoit un coup de feu à la cuisse gauche, et le , dans une affaire qui a lieu près de Florence, où il est blessé d’un coup de feu à la tête. Il se signale le , près de Montebello, où à la tête d’un demi-bataillon de grenadiers, il charge l’arrière garde de l’armée ennemie à la baïonnette, la poursuit pendant presque une lieue, après lui avoir fait éprouver des pertes considérables. Il est atteint d’une balle qui lui casse le bras gauche, au moment où il s’empare de 2 pièces de canon. Il reçoit un sabre d’honneur le .

Embarqué sur les vaisseaux « le Scipion » et « le Formidable », il fait les campagnes de l’an XI et de l’an XII, sur mer à bord de ces bâtiments. Il est fait chevalier de la Légion d’honneur le , et officier de l’ordre le . En 1806 et 1807, il fait les campagnes de Prusse et de Pologne, et il se fait remarquer le , à la bataille d'Eylau, où il combat avec la plus rare intrépidité. Pour ce fait d’armes, il est nommé chef de bataillon le , au 15e régiment d’infanterie légère.

En 1808, il est employé à l’armée d’observation en Allemagne, mais à cause de ses blessures, il doit quitter le service actif. Pour le récompenser, l’Empereur le nomme colonel le , au 2e régiment d’infanterie de ligne. Il est admis à la retraite avec pension de colonel le , et il est créé chevalier de l’Empire le .

Il meurt le , à Saint-Omer.

DotationModifier

  • Le , donataire d’une rente de 2 000 francs en Westphalie.

ArmoiriesModifier

Armoiries Nom du chevalier et blasonnement


Chevalier Jacques Cotillon et de l'Empire, lettres patentes du . officier de la Légion d'honneur

D'azur aux deux drapeaux en sautoir d'argent chargés d'un sabre en pal, la pointe haute d'or : champagne de gueules du tiers de l'écu au signe des chevaliers - Livrées : bleu, blanc, jaune et rouge.

Liens ExternesModifier

SourcesModifier