Jacques Chouillet

Jacques Chouillet est un romaniste et professeur de littérature français, spécialiste de Diderot, né le et mort à Paris le .

Jacques Chouillet
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Formation
Activités
Conjoint
Autres informations
A travaillé pour
Distinction
Prix Vitet ()Voir et modifier les données sur Wikidata

Vie et travauxModifier

Jacques Chouillet est entré à l'École normale supérieure en 1935, a passé l'agrégation de lettres classiques. Il resta longtemps en captivité durant la Seconde Guerre mondiale. De 1946 à 1963, il donne cours dans l'enseignement secondaire, puis devient assistant, maître-assistant et chargé d'enseignement à l'université de Caen. Il enseigna également au Maroc - alors sous protectorat français.

En 1963, il est Maître de conférences à l'Université de Paris III (Sorbonne Nouvelle).

En 1972, il défend sa thèse à l'université de Paris IV, intitulée La formation des idées esthétiques de Diderot : 1745-1763 (Paris, 1973 - distingué par l'Académie française).

En , il est élu directeur de l'U.E.R. de littérature française. Il est nommé professeur titulaire le . Il est élu président de l'université Paris III le et occupera ce poste de 1976 à 1981.

En 1985, dans la foulée du bicentenaire de la mort de Diderot, il fonde, avec son épouse Anne-Marie Chouillet, la Société Diderot et la revue scientifique Recherches sur Diderot et sur l'Encyclopédie.

PublicationsModifier

Éditions d'œuvres de Denis Diderot

Jacques Chouillet et son épouse Anne-Marie Chouillet ont collaboré à l'édition scientifiques de textes de Denis Diderot, en particulier pour les Œuvres complètes de Diderot publiées chez Hermann à Paris (coll. dite DPV).

Principales autres publications
  • Descartes et le problème de l'origine des langages au XVIIIe siècle, Dix-huitième siècle, 4, 1972, p. 39-60.
  • La formation des idées esthétiques de Diderot, 1974. Distingué par le prix Vitet, décerné par l'Académie française[1].
  • L'esthétique des Lumières, Paris 1974. Compte rendu par Félix Paknadelsem dans XVII-XVIII : Bulletin de la société d'études anglo-américaines des XVIIe et XVIIIe siècles, 1975 (vol. 1), no 1, p. 34.
  • Diderot, Paris, SEDES (Société d'édition d'enseignement supérieur), 1977.
  • Diderot : poète de l'énergie, Paris 1984.
  • Traitements informatiques de textes du 18e siècle : actes de la table ronde, VIe Congrès international des Lumières (Bruxelles, 24-), Paris, 1984. Avec la collaboration d'Anne-Marie Chouillet.
  • Denis Diderot – Sophie Volland : un dialogue à une voix, Genf/Paris, 1986.
  • Condillac sort de l'ombre, Le Monde, , en ligne.
  • Ariste, miroir de Diderot, Revue d'histoire littéraire (A. Colin), 1965.

BibliographieModifier

  • M. Jacques Chouillet est élu président de l'Université de Paris-III, Le Monde, , en ligne.
  • Béatrice Didier, Un homme toujours nouveau [compte rendu], Le Monde, , en ligne.
  • Béatrice Didier, Le don de Tamino [compte rendu], Le Monde, , en ligne.
  • Anne-Marie Chouillet, Bibliographie de Jacques Chouillet, in : L'Encyclopédie, Diderot, l'esthétique : mélanges en hommage à Jacques Chouillet, Paris, Presses universitaires de France, 1990, p. 45-56.
  • L'Encyclopédie, Diderot, l'esthétique : mélanges en hommage à Jacques Chouillet, Sylvain Auroux, Dominique Bourel et Charles Porset (éd.), Paris, 1991.
  • René Pomeau, In memoriam Jacques Chouillet, in : Revue d’Histoire littéraire de la France, 90, 1991, p. 838-840.
  • John Pappas, [Nécrologie], in : Diderot Studies 24, 1991, p. 245-246.

NotesModifier

  1. Source en ligne ; Le Monde, 18 mai 1974.