Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bailly.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres membres des familles, voir : Nicolas Bailly.
Jacques Bailly
Naissance
Décès
Activités
Peintre, graveur, enlumineurVoir et modifier les données sur Wikidata
Lieu de travail

Jacques Bailly ou Jacques Bailly l'Ancien, né en 1629 à Graçay, mort en 1679 à Paris, est un peintre, miniaturiste et graveur français, peintre du Roi, arrière-grand-père de Jean Sylvain Bailly, premier maire de Paris.

Sommaire

BiographieModifier

Il est l'élève de Nicolas Robert avec lequel il s'adonne à la peinture miniature et à la gravure[1].

Jacques Bailly est un artiste doué et polyvalent qui peint des fleurs, des miniatures et fit également des gravures. Il est reçu à l'Académie royale en 1664[2].

Par brevet du 26 octobre 1667, le roi, estimant que Jacques Bailly « mérite l'honneur de loger avec les autres artisans de réputation dans la galerie de son chasteau du Louvre destinée a cet effet » lui fait attribuer le logement qu'avait occupé feu Philibert Leguay, fourbisseur (ou fabricant d'armes blanches)[3].

Jaccques Bailly l'Aîné décède le 2 septembre 1679[4],[5],[6], à Paris, dans son logement aux galeries du Louvre[7], qu'occuperont, après lui, sa veuve, puis ses descendants pendant trois générations[8].

Mariage et enfantsModifier

Jacques Bailly se maria avec Suzanne Bourgeois (?-15 février 1713[9]) dont il eut plusieurs enfants, notamment:

  • Jacques Bailly, fils aîné, peintre à Douai (en 1706[10]), marié I. à Anne-Joseph Tasse (dont deux fils: Jean-Jacques et Antoine-Joseph Bailly), II. avec Marie-Claire Poreau (dont une fille: Marguerite Bailly), teste, alors qu'il est « tenu au lict, griefvement malade » le 1er juin 1716 devant Lenoir, notaire royal à Douai, et nomme sa femme son exécutrice testamentaire. Jacques Bailly (fils) meurt le 2 juin 1716 à Douai à l'âge d'environ 60 ans et est inhumé dans le cimetière de l'église Saint-Nicolas de Douai[11]
  • Geneviève (ou Germaine[14]) Bailly (vers 1665 - 1729), mariée à l'âge d'environ 19 ans, en novembre 1684, avec Simon II Thomassin, graveur du roi,
  • Françoise Bailly mariée au marchand épicier Dufour,

ŒuvreModifier

Gravure :

Peinture :

  • Devises pour les tapisseries du Roy, où sont représentez les quatre Élémens et les quatre Saisons de l'année par Charles Perrault, François Charpentier et Jacques Cassagne, peintures de Jacques Bailly sur 43 feuilles de parchemin au Cabinet du roi[18]. C'est en 1664 que Colbert demanda à Jacques Bailly de peindre sur vélin les trente-trois devises qui cantonnaient les huit tapisseries. L'ouvrage était terminé en mars 1668[19].
  • Recueil de seize médailles d'or de Louis XIV avec des légendes en vers de Perrault et Charpentier, 16 feuillets de parchemin, enluminés par Jacques Bailly et calligraphiés par Nicolas Jarry, dont neuf avec une description de François Charpentier et deux avec une description de Charles Perrault, conservés à Chantilly au Musée Condé. L'ouvrage, dont Colbert avait dès 1668 prévu la réalisation, est une préfiguration somptueuse de l'Histoire métallique du Règne de Louis Le Grand ultérieure, paru en 1702. Il fut abandonné après la mort de Jacques Bailly, survenue en 1679, et le départ de Perrault de la « Petite Académie » (future Académie des inscriptions et belles-lettres)[20].
  • Deliciae Populi dessin préparatoire de l'estampe devise pour les ballets et comédie[21] gravée par Sébastien Leclerc d'après les dessins de Jacques Bailly vendu chez Bailly[22]

Notes et référencesModifier

  1. « Database of Scientific Illustrators », sur www.uni-stuttgart.de (consulté le 23 février 2017)
  2. Dictionnaire des artistes, dont nous avons des estampes: avec une notice detaillée de leurs ouvrages gravés. vol 2, Leipzig, Breitkopf, (lire en ligne), p. 49
  3. Ph. de Chennevières (directeur de la publication): Archives de l'Art Français, recueil de documents inédits relatifs à l'Histoire des Arts en France, tome 3, J.B. Dumoulin, Paris, 1853-1855, pp. 215-216, (lire en ligne)
  4. Il décède bien le 2 septembre et non pas le 7 septembre, comme l'indique par erreur Philippe Le Bas : L'Univers. Dictionnaire Encyclopédique de la France, tome 1, Firmin Didot Frères, Paris, p. 70 (voir en ligne) qui indique 50 ans pour l'âge du décès; et non pas le 2 novembre, indiqué par d'autres sources.
  5. Alexandre-Pierre-François Robert-Dumesnil, Le Peintre-graveur français ou catalogue raisonné des estampes gravées par les peintres et les dessinateurs de l'école française, tome 2, partie 1, Gabriel Warée, Paris, 1836, p. 89 (lire en ligne).
  6. Journal des arts, des sciences, et de littérature, volume 10, Porthmann, 1812, p. 302 (voir en ligne)
  7. Acte de décès dans les registres de Saint-Germain-l'Auxerrois : « Du dimanche, 3e septembre 1679. Fut inhumé Jacques Bailly, âgé de quarante cinq ans ou environ, peintre ordre du Roy en son Adad. de peint. et sculpt., décédé hier à une heure après midy, pris aux galleries du Louvre. » acte retranscrit par Augustin Jal In Dictionnaire critique de biographie et d’histoire : errata et supplément pour tous les dictionnaires historiques, Henri Plon, Paris, 1867, p. 95 (lire en ligne)
  8. Société de l'histoire de l'art français: Nouvelles archives de l'art français : recueil de documents inédits, J. Baur, Paris, 1873, (voir en ligne)
  9. En date du 18 février est dressé l'Inventaire après décès de Suzanne Bourgeois, veuve de Jacques Bailly, peintre ordinaire du Roy dans son Académie royale de peinture et sculpture, demeurant galeries du Louvre, décédée le 15 du présent mois (lire en ligne)
  10. Testament de Suzanne Bourgeois, veuve de Jacques Bailly, peintre ordinaire du roi, demeurant aux galeries du Louvre, établi le 27 août 1706, In Mireille Rambaud : Documents du Minutier central concernant l'histoire de l'art (1700-1750), Tome 1, Imprimerie Nationale, 1964, MC/ET/WIII/221 (voir la notice sur le site des Archives nationales)
  11. Mireille Rambaud : Documents du Minutier Central concernant l'Histoire de l'Art (1700-1750), Tome 2, S.E.V.P.E.N., Paris, 1971, MC/ET/V/307, (voir la notice sur le site des Archives nationales)
  12. Augustin Jal : Dictionnaire critique de biographie et d’histoire : errata et supplément pour tous les dictionnaires historiques, Henri Plon, Paris, 1867, p. 95 (lire en ligne)
  13. Henri Herluison: Actes d'État-Civil d'Artistes Français. Peintres, graveurs, architectes, etc. Extraits des registres de l'Hôtel de ville de Paris détruits dans l'incendie du 24 mai 1871, Slatkine reprints, Genève, 1972, p. 17 (voir en ligne).
  14. d'après le testament de Suzanne Bourgeois du 27 aout 1706
  15. M. Rambaud, Documents du Minutier central concernant l'histoire de l'art (1700-1750), tome 1,, Paris, Imprimerie nationales, (lire en ligne), p. 119-120
  16. « Catalogue SUDOC », sur www.sudoc.abes.fr (consulté le 23 février 2017)
  17. (en) « Bailly, Jacques (1629 - 1679), Painter, engraver : Benezit Dictionary of Artists - oi », OxfordIndex,‎ (DOI 10.1093/benz/9780199773787.article.b00010241, lire en ligne, consulté le 23 février 2017)
  18. « Devises pour les tapisseries du Roy, où sont représentez les quatre Élémens et les quatre Saisons de l'année », par Charles Perrault, François Charpentier et Jacques Cassagne, peintures de Jacques Bailly, (lire en ligne)
  19. p. 551, (lire en ligne)
  20. René Faille: Louis XIV devant Cambrai glorifié par les artistes de son règne. In Revue du Nord, tome 58, no 230, juillet-septembre 1976, pp. 499-500, (lire en ligne).
  21. (nl + fr) Tapisseries du Roy, ou sont représentéz les quatre élémens, avec les devises qui les accompagnent et leur explications, Pieter van den Berge, , 123 p. (lire en ligne), p. 120-123
  22. « Jacques Bailly (1629-1679) - Ressources de la Bibliothèque nationale de France », sur data.bnf.fr (consulté le 24 février 2017)

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • (fr + nl) Tapisseries du Roy, ou sont représentéz les quatre élémens, avec les devises qui les accompagnent et leur explications, Pieter van den Berge, , 123 p. (lire en ligne)
  • Marianne Grivel, Devises pour les tapisseries du Roi Publication , Herscher, , 119 p. (ISBN 2-7335-0161-5, lire en ligne)
  • Inventaire Raisonné détaillé des Devises pour les tapisseries du Roy :Recherche du château de Versailles
  • Élisabeth Maisonnier et Alexandre Mara, Le labyrinthe de Versailles. Du mythe au jeu, exposition à la bibliothèque municipale de Versailles, du 14 septembre au 14 décembre 2013, Magellan, (ISBN 978-2-35074-263-2, lire en ligne)

Article connexeModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :