Ouvrir le menu principal

Jacques-Ladislas-Joseph de Calonne

religieux franco-canadien
Page d'aide sur l'homonymie Pour les personnes ayant le même patronyme, voir Calonne.

Jacques-Ladislas-Joseph de Calonne (1743-1822) est un missionnaire catholique, chanoine, abbé et aumônier français et canadien.

BiographieModifier

Né à Douai en France, le 9 avril 1743, de Louis-Joseph-Dominique de Calonne, conseiller du roi, et d'Anne-Henriette de Franqueville, et frère de Charles-Alexandre de Calonne, il est d'abord conseiller au parlement de sa ville natale deux ans, puis entre dans les ordres et est promu au sacerdoce, le 1er juin 1776.

Chanoine à la cathédrale de Courtrai (1776-1783), où il est bientôt grand-vicaire de l'évêque et peu après official du diocèse. Il est ensuite titulaire de l'abbaye Saint-Père de Melun (1783-1791)[1]. En 1789, la disgrâce de sa famille à la cour royale avec le ministre des finances, frère de l'abbé, le contraint à s'exiler en Angleterre (1789-1799).

Il devient missionnaire sur l'île du Prince-Édouard dans le golfe Saint-Laurent (1799-1804) ; voyage d'affaires en Angleterre (1804-1807) ; aumônier des Ursulines aux Trois-Rivières (1807-1822) ; en même temps desservant de la Pointe-du-Lac (1807-1817). Il est décédé aux Trois-Rivières, le 16 octobre 1822.

Il avait la réputation d'un saint chez ses contemporains au Canada. Il avait été grand-vicaire de l'évêque de Québec sur l'île du Prince-Édouard et avait refusé l'épiscopat en France vers 1787.

Les papiers de la famille Calonne sont conservés aux Archives nationales sous la cote 297AP[2]. Ils sont consultables sous forme de microfilms.

Notes et RéférencesModifier