Jacques-Jean Esquié

architecte français
Jacques-Jean Esquié
Lanta - La mairie.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 66 ans)
ToulouseVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Enfant
Autres informations
Archives conservées par
Archives nationales (F/19/7231)Voir et modifier les données sur Wikidata

Jacques-Jean Esquié ( - ) est un architecte français, principalement actif à Toulouse[1].

BiographieModifier

Élève d'Urbain Vitry, à l'école des arts et sciences de Toulouse et de l'école des Beaux-Arts de 1839 à 1844. A Paris, il entra en décembre 1838 dans l'atelier de Félix Duban. Il y resta jusqu'en 1844.

Son fils, Pierre-Joseph, obtint le grand prix de Rome d'architecture en 1882 et devint professeur à l'école nationale des Beaux-Arts.

ŒuvreModifier

  • Église de Saint-Martin du Touch (1846 à 1847)
  • La mairie-école de Noé (1852)
  • La halle de Launac (1852)
  • Asile de Braqueville (1854-1862), renommé Centre hospitalier Gérard-Marchant
  • Prison Saint-Michel (1854-1862)
  • Reconstruction de la nouvelle église Saint-Michel à Villemur-sur-Tarn
  • Palais de Justice de Toulouse (remaniement de 1859 à 1860[2])
  • Les abattoirs de Grenade (1863)
  • L'église de Beaupuy (1864)
  • Le percement de la Rue de Metz à Toulouse (1869)

Il a également construit l'église Gagnac-sur-Garonne, les mairies-écoles de Castelginest et de Lanta.

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et référencesModifier

SourcesModifier

  • Congrès archéologique de France, Paris 1934, p. 269-270.
  • Foucaud, Jean-Jacques Esquié, architecte de fonction toulousain, 1817-1884, Toulouse, Musée Paul-Dupuy, 1992.
  • L'architecte toulousain Jean-Jacques Esquié, 1817-1884, et le rationalisme architectural du XIXe siècle, dans Les annales du Midi, t. 98, no 174, avril-juin 1986, p. 237-255.
  • La ville nouvelle des aliénistes, la ville de Braqueville aujourd'hui centre hospitalier spécialisé Marchant, dans Toulouse, les délices de l'imitation, Bruxelles, 1986, p. 145-151.
  • L'asile de Braqueville, un chef-d'œuvre du fonctionnalisme architectural du XIXe siècle à Toulouse, dans Actes du Cent dixième congrès national des sociétés savantes, études languedociennes, Paris, 1985, p. 443-460.
  • J.M. Leniaud, Un champ d'application du rationalisme architectural : les asiles d'aliénés, dans L'Information psychiatrique, vol. 52, no 6, juillet 1980, p. 747-761.
  • Plaidoyer pour l'architecture psychiatrique, dans la Revue des Monuments historiques, no 114, 1981, p. 56-58.
  • La cité Utopie ou l'asile dans la première moitié du XIXe siècle, dans Conférences d'histoire de la médecine, cycle 82-83, Lyon, 1983, p. 129-144.