Ouvrir le menu principal

Jacqueline Goy

ichtyologiste française
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Goy.
Jacqueline Goy
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Activité
Autres informations
Distinction

Jacqueline Goy, née en 1936 à Tullins (Isère), est une ichtyologue française, spécialiste mondiale des méduses[1],[2].

Sommaire

BiographieModifier

Née de parents instituteurs, ses parents lui ont donné le goût de l'observation de la nature[3].

Après sa thèse à la station biologique de Villefranche, elle obtient un poste de chercheur en 1968 au muséum national d'histoire naturelle. Recrutée par Théodore Monod, elle y est affectée au laboratoire d'ichtyologie, en tant que spécialiste du zooplancton[4]. Après de nombreuses campagnes océanographiques et un autre poste de chercheur à la Maison des océans, elle prend sa retraite en 2002[1]. Depuis, elle est attachée scientifique à l'Institut océanographique, Fondation Albert Ier, prince de Monaco[1].

ŒuvreModifier

  • Jacqueline Goy, Les Méduses de François Péron et de Charles-Alexandre Lesueur. Un autre regard sur l'expédition Baudin"", Comité des travaux historiques et scientifique, 1995, 392 p.
  • Jacqueline Goy, Anne Toulemont, Méduses, Musée océanographique, 1997, 159 p.
  • Jacqueline Goy, Les Miroirs de Méduse. Biologie et mythologie, Éditions Apogée, 2002, 130 p.
  • Jacqueline Goy, Guido Mocafico, Patrick Remy, Medusa, Steidl, 2006, 64 p.
  • Jacqueline Goy et Robert Calcagno, Méduses. À la conquête des océans, éditions du Rocher, 2014, 176 p.

DécorationsModifier

RéférencesModifier

  1. a b et c Martine Valo, « Jacqueline Goy, biologiste mordue de méduses », Le Monde,‎ (résumé).
  2. Anne Diatkine, « Jacqueline Goy : «La méduse détient peut-être les clés de l’immortalité» », sur liberation.fr, .
  3. [Jacqueline Goy Poissons - Méduses, la fin d'un mythe]
  4. « La Dame aux Méduses - Le Miroir de Méduse », sur futura-sciences.com,
  5. « Ordonnance Souveraine n° 3.540 du 18 novembre 2011 portant promotions ou nominations dans l’Ordre du Mérite Culturel », sur Journal de Monaco (consulté le 20 mai 2019).

Liens externesModifier