Ouvrir le menu principal

Jacqueline Blancart-Cassou

historienne française
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Blancart et Cassou.
Jacqueline Blancart-Cassou
Jacqueline Blancart-Cassou.jpg
Jacqueline Blancart-Cassou en 2014.
Fonction
Professeure des universités
Biographie
Naissance
Nationalité
Activité
Autres informations
Directeur de thèse

Jacqueline Blancart-Cassou est une historienne française du théâtre.

BiographieModifier

Née en 1932 à Gomer, dans les Pyrénées-Atlantiques, Jacqueline Blancart-Cassou est agrégée de lettres classiques et docteur d’État en littérature française (1986)[1].

Elle a été successivement maître de conférences à l’Université Paris-Sorbonne (Paris IV), et professeur, jusqu’en 1997, à l’Université Paris-Nord-Villetaneuse (Paris XIII).

Sa recherche porte essentiellement sur le rire dans le théâtre du XXème siècle. Elle est l’auteur d’une thèse intitulée Le Rire de Michel de Ghelderode, et d’un grand nombre de travaux – livres, articles, préfaces ou éditions critiques – consacrés à cet écrivain, et publiés en France ou en Belgique. [2],[3].

Elle a reçu en 2004 la première édition du prix triennal attribué par la Fondation internationale Michel de Ghelderode[4],[5],[6].

Parallèlement, elle a élargi son champ de recherches à d’autres créations dramatiques, caractérisées par un pessimisme sous-jacent et un parti pris de gaieté (Anouilh, Feydeau[7]).

Depuis 2013, elle s’attache à la réalisation d’une série de brèves biographies de dramaturges, chaque auteur étant présenté à travers l’histoire de sa vie et le développement de son œuvre (Collection « Qui suis-je ? »).

OuvragesModifier

Éditions critiques Modifier

  • Michel de Ghelderode. La Balade du grand Macabre, Paris, Gallimard, coll. « folio-théâtre », (ISBN 2-07-041656-9)[21]
  • Michel de Ghelderode. Escurial. Hop Signor !, Paris, Gallimard, coll. « folio-théâtre », (ISBN 2-07-042539-8)[22]
  • Michel de Ghelderode. Théâtre oublié, Paris, Honoré Champion, (ISBN 2-7453-1073-9)[23]

Préfaces ou postfacesModifier

  • Postface :Michel de Ghelderode, Pantagleize qui trouvait la vie belle, La Pierre d’Alun, Bruxelles, 1992.
  • Lecture : Michel de Ghelderode, Sortilèges, Éditions Labor, Bruxelles, 2001.
  • Préface : Michel de Ghelderode, La Halte catholique. L’Homme sous l’Uniforme, Académie royale de langue et de littérature françaises, Bruxelles, 1999.

Notes et référencesModifier

  1. Sous la dir. de Michel Autrand, Le Rire de Michel de Ghelderode (thèse d'État en littérature française), Paris, université Paris-10, (SUDOC 043768873).
  2. « Jacqueline Blancart-Cassou : Michel de Ghelderode et le rêve révolutionnaire », sur www.bon-a-tirer.com
  3. « Jacqueline Blancart-Cassou : Le grotesque source de rires, dans l’œuvre de Michel de Ghelderode », sur www.bon-a-tirer.com
  4. « Prix Michel de Ghelderode », sur www.ghelderode.be (consulté le 4 janvier 2016)
  5. « Le prix Michel de Ghelderode attribué à une Française », sur www.lalibre.be (consulté le 4 janvier 2016)
  6. Revue belge Le Papegay, publiée par l'Association internationale Michel de Ghelderode, no 19, 1er trimestre 2006 : À la suite de l'attribution du Prix Triennal Michel de Ghelderode, biographie succincte de Jacqueline Blancart-Cassou, sous le titre "Visage d'une lauréate", suivi de la liste de ses travaux sur l’œuvre de Michel de Ghelderode (31 titres. La liste est arrêtée au 26 mai 2005.)
  7. Jacqueline Blancart-Cassou, « L'irréalisme comique de Georges Feydeau », Cahiers de l'Association internationale des études francaises, vol. 43,‎ , p. 201-216 (DOI 10.3406/caief.1991.1762, lire en ligne, consulté le 16 décembre 2015)
  8. Jeanyves Guérin, « Le Rire de Michel de Ghelderode de Jacqueline Blancart-Cassou », Revue d'Histoire Littéraire de la France,‎
  9. Isabelle Ost, « Blancart-Cassou (Jacqueline), Ghelderode conteur. De l’angoisse au rire », Textyles. Revue des lettres belges de langue française,‎ , p. 108-109 (ISSN 0776-0116, lire en ligne, consulté le 4 janvier 2016)
  10. Michel Autrand, « Qui suis-je ? Ghelderode, par Jacqueline Blancart-Cassou », Revue d'Histoire Littéraire de la France,‎
  11. Francine Ghysen, « "Qui suis-je? Ghelderode par Jacqueline Blancart-Cassou" », Le Carnet et les Instants (Belgique),‎
  12. Jean-Paul Humpers, « "Qui suis-je? Ghelderode par Jacqueline Blancart-Cassou" », Le Non-dit, art et littérature,‎
  13. Eric van der Schueren, « "Qui suis-je? Ghelderode par Jacqueline Blancart-Cassou" », Études littéraires, publiée par l'Université Laval (Québec),‎
  14. Christopher Gérard, « Ghelderode, de Jacqueline Blancart-Cassou », Spectacle du monde,‎
  15. Catherine Robinson, « "Michel de Ghelderode" (propos de Jacqueline Blancart-Cassou) », Rivarol,‎
  16. Bernard Beugnot, « "Qui suis-je? Anouilh par Jacqueline Blancart-Cassou" », Études littéraires, publiée par l'Université Laval (Québec),‎
  17. Claude Lorne, « Anouilh, de Jacqueline Blancart-Cassou », sur Polemia, 7 octobre 2014 (www.polemia.com) (consulté le 9 février 2016)
  18. Francis Bergeron, « Anouilh, un monde désabusé. Jeux de scène », Présent,‎
  19. Catherine Robinson, « "Anouilh, un monde désabusé. À contre-courant" (propos de Jacqueline Blancart-Cassou) », Présent,‎
  20. Robert Spieler, « Georges Feydeau, le roi du vaudeville », Rivarol,‎
  21. Isabelle Ost, « Ghelderode (Michel de), La balade du grand Macabre. Blancart-Cassou (Jacqueline) (éd.) », Textyles. Revue des lettres belges de langue française,‎ , p. 127-128 (ISSN 0776-0116, lire en ligne, consulté le 4 janvier 2016)
  22. Michel Autrand, « Édition critique de Escurial et Hop Signor !, par Jacqueline Blancart-Cassou », Revue d'Histoire Littéraire de la France,‎
  23. Michel Autrand, « Édition critique de Théâtre oublié par Jacqueline Blancart-Cassou », Revue d'Histoire Littéraire de la France,‎

Liens externesModifier