Jacopo de' Barbari

peintre et graveur italien

Jacopo de' Barbari ou Jacopo di Barberino et Jacques de Barbary en français, surnommé le « Maître au caducée[1] », né à Venise vers 1445 et mort à Bruxelles en 1516, est un peintre et graveur italien de l'école vénitienne.

Jacopo de' Barbari
Image dans Infobox.
Portrait de Luca Pacioli
Naissance
Décès
Activités
Œuvres principales

BiographieModifier

Ce peintre qui est aussi graveur sur cuivre ou sur bois, rencontre Albrecht Dürer en 1494-1496 à Venise.[passage controversé]

Vers l'an 1500, il travaille en Allemagne, notamment à Nuremberg et à Francfort-sur-le-Main. Il devient peintre officiel à la cour de l'empereur Maximilien Ier de 1503 à 1504.

À partir de 1510, il devient peintre auprès du gouverneur des Pays-Bas, Marguerite d'Autriche à Bruxelles.

ŒuvresModifier

PeinturesModifier

 
Vierge à la Fontaine (ca. 1490, musée du Louvre)

GravuresModifier

 
Plus ancienne gravure représentant un Bucentaure
 
Vue de Venise au Museo Correr
Vues de Venise

Généralement de petites tailles elles comportent un ombrage à traits parallèles. Il existe malgré tout une vue cavalière de la ville de Venise gravée sur bois, dont on connaît onze épreuves (dont une au British Museum et une à la BnF), publiée en 1500[2], . Elle est composée de six planches qui, assemblées, forment un ensemble de 139 × 282 cm [3], permettant de recomposer une vue de la ville d'une extrême précision d'une surface de 4 m2. Les matrices sont conservées au musée Correr de Venise[2].

Le financement de ces estampes est assuré par Anton Kolb, éditeur originaire de Nuremberg, qui obtient pour cela un privilège : de' Barbari en a donné le dessin et en a suivi la réalisation par des graveurs professionnels. Les épreuves étaient vendues trois florins, prix assez élevé[2].

Il en existe deux états. L'un comporte la date de 1500 (MD) et montre le toit temporaire du campanile de la place Saint-Marc après l'incendie de 1489. Dans le second, la date a été effacée et le campanile a été rénové (en 1511-1514)[2].

Thèmes religieux ou mythologiques
  • Judith, Université de Liège (Belgique)
  • L'Adoration des mages, Université de Liège (Belgique)
  • La Sainte Famille avec saint Paul, Université de Liège (Belgique)
  • Apollo e Diana[4]
  • San Sebastiano[5]

Notes et référencesModifier

  1. Car il signe ses œuvres d'une baguette entourée de deux serpents entrelacés.
  2. a b c et d Séverine Lepape, « La Vue perspective de Venise de Jacopo de’ Barbari à l’exposition Cima da Conegliano », Ad Vivum. L'estampe et le dessin anciens à la BnF, 3 mai 2012.
  3. Dossier de presse de la RMN relatif à l'exposition Cima da Conegliano, page 11
  4. Met Museum.
  5. MFA.

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

Liens externesModifier