Jacob Spoors

personnalité politique hollandaise
(Redirigé depuis Jacobus Spoors)

Jacob Spoors, né le à Hazerswoude (Hollande) et mort le à La Haye, est un homme politique néerlandais, ministre de la Marine et membre de la Régence d'État, l'organe exécutif de la République batave, de 1801 à 1804.

Jacob Spoors
Fonction
Ministre de la Marine
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 81 ans)
Nationalité
Activités

Biographie modifier

Diplômé en droit de l'université de Leyde, Jacob Spoors devient avocat en 1777 dans cette ville. Il fait partie des patriotes qui se sont soulevés avec le soutien des troupes françaises en janvier 1795 pour proclamer la République batave. Le , il entre à l'assemblée provisoire de Hollande et au comité de vigilance. Le , il intègre le comité de gestion des colonies néerlandaises en Amérique et en Guinée, chargé de gérer ces colonies depuis la dissolution de la compagnie néerlandaise des Indes occidentales.

Le , Jacob Spoors est nommé ministre de la Marine par le nouveau directoire batave formé par Pieter Vreede après son coup d'État le . Le , un nouveau coup d'État chasse Vreede et les unitaristes du pouvoir. Spoors devient directeur provisoire jusqu'au tout en conservant son portefeuille. Opposé à la présence des Français sur le territoire batave, il s'oppose fréquemment avec leurs représentants, notamment l'ambassadeur Sémonville et le général Augereau. Pourtant, favorable à une évolution constitutionnelle proposée par les Français au cours de l'année 1801, Spoors se rapproche d'eux et signe le avec Augereau une convention autorisant le maintien de 10 500 soldats français jusqu'à la paix.

Le , Spoors est nommé à la Régence d'État, où siège à la section de la Marine avec Augustijn Besier et Willem Queysen. Il en assure la présidence du 1er février au . De plus en plus opposés au maintien de la présence française sur le sol néerlandais malgré la paix d'Amiens, Besier, Spoors, Gockinga et Bijleveld signent un décret le interdisant aux troupes bataves d'obéir aux ordres du général Marmont. Ce décret provoque la colère de Napoléon qui obtient le renvoi du gouvernement des quatre signataires le . Il ne joue plus dès lors aucun rôle politique.

Bibliographie modifier

Liens externes modifier