Ouvrir le menu principal

Jacob-Nicolas Moreau

historien français, historiographe de France et auteurs de plusieurs ouvrages, a été aussi précepteur du futur Louis XVI, et plus tard le bibliothécaire et le confident de Marie-Antoinette, anciennement jurisconsulte et rédacteur politique
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Moreau.
Jacob-Nicolas Moreau
J.-N. Moreau.png
Fonction
Historiographe de France
depuis
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 85 ans)
ChambourcyVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Collège de Beauvais
Faculté de droit d'Aix-en-Provence (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Historien, juriste, précepteurVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour

Jacob-Nicolas Moreau, né le à Saint-Florentin (Yonne) et mort le à Chambourcy, est un historien français, historiographe de France et grand défenseur de l'Ancien Régime. En tant qu'historien, il rédige un grand nombre de mémoires et d'essais et crée un « dépôt des chartes » destiné à recueillir les textes officiels de l'histoire nationale. Sa doctrine a influencé les rois de la Restauration[1].

Sommaire

BiographieModifier

Fils d'Edme Nicolas Moreau, avocats aux conseils, et d'Anne Ursule Gallimard, il devient précepteur dans une famille de la petite noblesse, puis avocat à Aix-en-Provence.

  • En 1741, il devient conseiller à la Cour des Aides de Provence.
  • En 1755, il rédige le périodique L'Observateur hollandais qui durera jusqu'en 1759[2].
  • En 1757, fortement engagé contre les philosophes des Lumières, il publie son Mémoire pour servir à l'histoire des cacouacs; il tourne alors en ridicule les Encyclopédistes qu'il présente comme une tribu indienne.
  • En 1764, il publie les Leçons de morale, de politique et de droit public puisé dans l'histoire de notre monarchie : Moreau défend le roi comme dépositaire de la justice, assurant l'équilibre entre les ordres et le fonctionnement harmonieux des institutions.
  • En 1765, il occupe à Paris un poste de jurisconsulte et rédacteur politique ("publiciste") au Ministère des affaires étrangères.
  • En 1768, proche du fils de Louis XV, il devient précepteur du futur Louis XVI.
  • En 1770, il soutient la « réforme Maupeou », considérant que seule la monarchie absolue peut réformer le royaume[1].
  • En 1774, il est nommé historiographe de France. Il est ensuite le bibliothécaire et le confident de Marie-Antoinette. Il entreprend une œuvre cohérente pour faire triompher l'État de droit contre les coutumes et les inégalités, et entend justifier la légitimité de l'absolutisme attaqué par les parlementaires et les nobles[1].
  • En 1789, il publie la synthèse de ses énormes recherches historiques et juridiques dans ses Maximes fondamentales du gouvernement français ou Profession de foi nationale renfermant tous les dogmes essentiels de notre symbole politique. Le sous-titre, par sa tonalité religieuse, est révélateur de l'existence d'une idéologie contre-révolutionnaire avant 1789. Il s'agit de s'appuyer sur l'histoire et la tradition pour glorifier la monarchie française[3]. Dans son Exposé historique des administrations populaires, il dresse un tableau, à la veille de la tenue des États généraux, du rôle et des pouvoirs des assemblées locales sous l'Ancien Régime.
  • En 1790, cet ardent défenseur de la cause royale avant la Révolution française est démis de toutes ses fonctions.
  • Pendant la Révolution, il est enfermé dans sa maison mais traverse la période sans perdre la vie.

Principaux ouvragesModifier

  • Variétés morales et philosophiques (1735)
  • Mémoire contenant le précis des faits, avec leurs pièces justificatives, pour servir de réponse aux Observations envoyées par les ministres d'Angleterre, dans les cours de l'Europe (1756)
  • L'Europe ridicule ou Reflexions politiques sur la guerre presente (1757)
  • Nouveau mémoire pour servir à l'histoire des Cacouacs, 1757, in-8°, VI-108 p.
  • Mémoires pour servir à l'histoire de notre tems, par rapport à la guerre anglo-gallicane (1757-58)
  • Mémoires pour servir à l'histoire de notre tems, contenant des réflections politiques sur la guerre présente (1758-59)
  • Examen des effets que doivent produire dans le commerce de France l'usage et la fabrication des toiles peintes, ou Réponse à l'ouvrage intitulé : « Réflexions sur les avantages de la libre fabrication et de l'usage des toiles peintes » (1759)
  • Mémoires pour servir à l'histoire de notre tems par rapport aux dissentions présentes entre la Grande-Bretagne et la République des Provinces-Unies au sujet des déprédations angloises sur mer (1759-60)
  • Lettres historiques sur la réunion de la ville d'Avignon & du Comté Venaissin au domaine de la couronne & comté de Provence en 1663, 1688 & 1768 (1768-69)
  • Leçons de morale, de politique et de droit public, puisées dans l'histoire de notre monarchie. ou Nouveau plan d'étude de l'histoire de France. Rédigé par les ordres & d'après les vues de feu Monseigneur le Dauphin, pour l'instruction des Princes ses enfans (1773)
  • Mémoire sur la constitution politique de la ville et cité de Périgueux (1775)
  • Les Devoirs du prince réduits à un seul principe, ou Discours sur la justice (1775)
  • Principes de morale, de politique et de droit public puisés dans l'histoire de notre monarchie, ou Discours sur l'histoire de France (1777-89) (21 volumes)
  • Le Pot-pourri de Ville-d'Avray (1781)
  • Essai sur les bornes des connoissances humaines (1784)
  • Exposé historique des administrations populaires, aux plus anciennes époques de notre monarchie ; dans lequel on fait connoître leurs rapports et avec la puissance royale et avec la liberté de la nation (1789)
  • Maximes fondamentales du gouvernement françois, ou Profession de foi nationale, renfermant tous les dogmes essentiels de notre symbole politique (1789)
  • Exposition et défense de notre Constitution monarchique françoise, précédé de l'historique de toutes nos assemblées nationales, dans deux mémoires (1789)
  • Mes souvenirs, par Jacob-Nicolas Moreau, né en 1717, mort en 1803, collationnés, annotés et publiés par Camille Hermelin (1898-1901)

Dans la littératureModifier

Jacob-Nicolas Moreau est l'un des protagonistes du roman Les Adieux à la reine de Chantal Thomas publié 2002.

Notes et référencesModifier

  1. a b et c Sous la direction de Jean-Clément Martin, Dictionnaire de la Contre-Révolution, Jean-Clément Martin, « Moreau, Jacob-Nicolas », éd. Perrin, 2011, p. 392.
  2. Sous la direction de Jean-Clément Martin, Dictionnaire de la Contre-Révolution, Bernard Hours, « Contre-révolution avant 1789 », éd. Perrin, 2011, p. 197.
  3. Sous la direction de Jean-Clément Martin, Dictionnaire de la Contre-Révolution, Bernard Hours, « Contre-révolution avant 1789 », éd. Perrin, 2011, p. 200.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • Dieter Gembicki, Histoire et politique à la fin de l'Ancien Régime. Jacob-Nicolas Moreau (1717-1803), Nizet, Paris, 1979.
  • Blandine Hervouet, Jacob-Nicolas Moreau, le dernier des légistes, une défense de la Constitution monarchique au siècle des Lumières, Paris, éd. LGDJ, 2009.

Liens externesModifier