Ouvrir le menu principal

Jack-Alain Léger

romancier et chanteur français
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Léger.
Page d'aide sur les redirections « Dashiell Hedayat » et « Paul Smaïl » redirigent ici. Pour les autres significations, voir Hedayat et Smail.
Page d'aide sur les redirections « Eve Saint-Roch » et « Daniel Théron (auteur) » redirigent ici. Pour les autres significations, voir Saint-Roch (homonymie) et Theron.
Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne l'auteur utilisant l'alias Melmoth. Pour les autres significations, voir Melmoth.
Jack-Alain Léger
Nom de naissance Daniel Théron
Alias
Dashiell Hedayat ; Melmoth ; Paul Smaïl ; Eve Saint-Roch
Naissance
Toulon
Décès (à 66 ans)
Paris
Activité principale
Distinctions
Grand prix de l'académie Charles-Cros (en tant que chanteur)
Prix Renaudot des lycéens (en tant qu'écrivain)
Auteur
Langue d’écriture français
Genres
roman, essai

Daniel Théron, plus connu sous le pseudonyme de Jack-Alain Léger notamment, est un romancier et chanteur français, né à Toulon le et qui s'est donné la mort à Paris le [1]. Il a également publié sous les noms de plume Melmoth, Dashiell Hedayat, Eve Saint-Roch et Paul Smaïl.

Son œuvre littéraire reste inclassable car elle comporte toutes sortes de livres, « de l'obscur essai sur l'écriture au gros roman d'aventures, du tirage confidentiel au succès mondial[2] », balayant ainsi une grande partie du spectre de la littérature.

BiographieModifier

EnfanceModifier

Daniel Théron est le fils d'un critique littéraire, écrivant dans l'hebdomadaire Paris Match. Ses parents ont un premier enfant, puis un deuxième qui meurt à la naissance, et Daniel arrive deux ans plus tard[3]. Daniel Théron garde le souvenir d'une enfance en partie douloureuse auprès d'une mère dépressive et suicidaire[4] et déclare entretenir des relations difficiles et conflictuelles avec son père qui ne prend pas au sérieux son travail d'écrivain[5]. Ces relations familiales complexes le pousseront à changer de pseudonymes à de nombreuses reprises : « porter le nom de mon père m'eût été intolérable[6] ».

Carrière musicaleModifier

Amateur de musique rock, Daniel Théron écrit des critiques de disques, dont certaines seront publiées dans le mensuel Rock & Folk. À la fin des années 1960, il se lance dans une carrière d’auteur-compositeur-interprète sous le nom de Melmoth. Son premier album, La Devanture des ivresses, est récompensé par le grand prix de l'académie Charles-Cros en 1969. Mais le disque est retiré des bacs et pilonné par le distributeur lui-même qui se déclare choqué par les paroles. L'album devient culte et, avec le temps, une référence[7]. L'auteur connait à cette époque quelques expériences avec la drogue et notamment le LSD[8].

Il adopte ensuite le pseudonyme de Dashiell Hedayat, en hommage à l'écrivain de romans policiers Dashiell Hammett et à l'écrivain iranien Sadegh Hedayat, et publie en 1971 l'album Obsolete, enregistré avec le groupe Gong. Les ventes de ses disques restent confidentielles[9],[10].

Carrière littéraireModifier

Pseudonymes et succèsModifier

Daniel Théron fait son entrée en littérature en 1969 avec la traduction en langue française du livre de Bob Dylan, Tarentula publié conjointement avec son premier roman, Boeing, par Christian Bourgois. Il signe alors ses ouvrages du nom de Melmoth. A Denise Glaser, avec qui il s'entretient dans Discorama[11], il déclare vouloir « casser son identité ».

Il met par la suite en pratique cette déconstruction identitaire en signant ses romans du nom de Dashiell Hedayat[9] puis, à partir de 1973, du nom de plume Jack-Alain Léger[12], nom du personnage principal de son roman Mon premier amour[6]. Sous ce pseudonyme, il publie notamment Un ciel si fragile qui obtient le prix Contrepoint 1975 et le prix d'Honneur 1976[13].

En 1976, il fait paraître Monsignore, un polar parodique qui devient un best-seller. L'ouvrage se vend à 350 000 exemplaires en France et est traduit dans 23 langues. Son adaptation cinématographique, Monsignor, sortie en 1982, est réalisée par Frank Perry[9],[10].

Un parcours chaotiqueModifier

L'auteur entretient par la suite des relations très conflictuelles avec les maisons d'éditions, et notamment avec Françoise Verny – son éditrice chez Grasset puis Gallimard – envers laquelle il nourrit un ressentiment tenace. Il lui reproche entre autres de lui avoir refusé certains de ses textes ou demandé de couper à l'aveugle des passages entiers de ses manuscrits[8]. En retour, Françoise Verny le qualifie d'écrivain « ingérable »[14].

Jack-Alain léger estime qu'il est victime d'une haine de la part des éditeurs qui attendent de lui la rédaction d'autres best-sellers à l'image de Monsignor, ce qu'il refuse. Il change dès lors d'éditeurs à de maintes reprises, alternant les publications dans des maisons populaires et plus confidentielles. L'auteur jouit d'une visibilité médiatique moins grande. Jack-Alain Léger s'estime dès lors victime d'acharnement de la part des critiques littéraires et se dit ostracisé par le milieu littéraire français, lequel l'accuse en retour de « paranoïa »[15].

Une œuvre polémiqueModifier

Avec Autoportrait au loup, paru en 1982, autobiographie dans laquelle il évoque son homosexualité, son masochisme, son goût pour les pratiques BDSM et le fétichisme sexuel ainsi que la maniaco-dépression dont il est atteint depuis l'enfance[16], l'auteur connait à nouveau une médiatisation plus accrue, notamment grâce à son passage dans Apostrophes de Bernard Pivot[17]. Le livre, qualifié de très impudique, fait scandale[18]. La presse littéraire se déchaîne contre l'ouvrage, poussant Le Monde a publié un article qui recense les pires critiques à l'égard du livre pour en dénoncer la violence[19]. Jack-Alain Léger déclare : « Je me souviens d'un Apostrophes, en 1982, lors duquel Dominique Fernandez s'en est pris violemment à moi. Je me suis souvenu du conseil d'une attachée de presse: "Surtout, à la télé, ne répliquez jamais. Ça passe très mal, à l'écran[20]." »

En 1988, il fait paraître sous le pseudonyme féminin d’Ève Saint-Roch un roman intitulé Prima Donna, un ouvrage dont il révélera des années plus tard[8] qu'il s'agit d'un « livre écrit pour gagner de l'argent », l'auteur qualifiant le récit de « livre pour l'été, pour la plage ».

En 1997, il publie un ouvrage dans lequel il règle ses comptes avec le milieu littéraire. Intitulé Ma vie (titre provisoire), le livre est mal compris et Léger est alors perçu, selon ses propres dires, comme « un écrivain plein de rancœur »[20].

Au début des années 2000, son livre Vivre me tue, présenté comme le « témoignage » de Paul Smaïl, un jeune Français, beur d'origine marocaine, suscite la polémique lorsque l'identité de l'auteur est révélée[12],[21]. En 2002, le livre est adapté au cinéma par Jean-Pierre Sinapi[22]. Il signe d'autres ouvrages de ce nom de plume, notamment Ali le magnifique en 2001, qui s'inspire de l'affaire Rezala[12]. Le jeu sur l'identité fictive de Paul Smaïl est dénoncé de façon virulente par certaines personnalités du milieu littéraire[23].

En 2003, dans Tartuffe fait ramadan, Jack-Alain Léger se déclare « islamophobe »[9]. Il écrit que distinguer islam et islamisme s'apparente à « une frivolité, un caprice d'intellectuel occidental »[24].

La difficulté d'écrireModifier

En 2006, l'auteur fait paraître Hé bien ! la guerre, un ouvrage qui rassemble des livres inachevés. Il confesse alors qu'il éprouve désormais de grandes difficultés à écrire et qu'il en souffre[15]. Son livre suivant, Les Aurochs & les anges, paru en 2007, explore cette difficulté à créer et notamment la maniaco-dépression de l'auteur qui se fait grandissante.

En 2009, l'auteur déclare au Figaro[25] vouloir s'auto-éditer et ouvrir un site Internet dédié à la vente de ses livres. Il évoque alors les refus des éditeurs et les à-valoirs dérisoires qui lui sont proposés pour justifier une telle entreprise. Mais le projet ne voit jamais le jour.

En 2010, il demande à être placé sous tutelle car sa dépression l'handicape fortement. Il choisit l'avocat et homme de Lettres Emmanuel Pierrat comme tuteur[26]. Ce dernier déclare :« A sa demande. C’était lié à ses dépenses inconsidérées, à sa manie de se fâcher avec tout Saint-Germain-des-Prés. Cela dit, cette réputation est à la fois méritée et injuste. Il a beaucoup vendu. Il a toujours trouvé des éditeurs. Mais il faut avouer qu’il pouvait être fatigant[27]. »

En 2011, paraît Zanzaro Circus, premier tome d'une fresque biographique qui devait en compter 7 mais qui reste avortée.

Suicide et hommagesModifier

Dépressif depuis son enfance, Jack-Alain Léger se donne la mort en se défenestrant de son domicile au 8e etage, le 17 juillet 2013, à Paris[9]. Il a rédigé une lettre de trois pages adressée à son tuteur dans laquelle il écrit, entre autre : « Ma mère n’a jamais réussi à se suicider. Moi, si.» [27]. Dans le même article, Emmanuel Pierrat explique : « il a perdu pied [...] Il s’est coupé du monde. Il avait l’impression de ne plus pouvoir écrire, ou trouvait que ce qu’il écrivait n’était pas bon. J’ai tenté de le sortir de là, de lui trouver un endroit pour travailler, mais c’est très difficile de gérer une panne d’écrivain. Son appartement [...] devenait extrêmement sale. Ses amis se mobilisaient pour lui faire son ménage. Lui-même, jadis réputé pour sa «préciosité», ne se lavait plus. »

Après sa mort, des personnalités lui rendent hommage. Yann Moix, dans Le Figaro[28] écrit : « il faut rééditer tout Léger, le réhabiliter, le lire enfin, le relire vraiment ». Cécile Guilbert note quant à elle[29] : « Il y avait en lui du Don Quichotte et du Falstaff, de l'incompris et du bouffon. Un homme des Lumières par son courage intellectuel comme par le soin qu'il mettait dans ses plaisirs. Le monde des lettres perd un de ses génies. »

« C'est un des grands écrivains français, déclare Philippe Sollers, un célèbre méconnu[30]. »

Le 10 septembre 2013, le centre national du livre organise une soirée spéciale en hommage à l'auteur[31].

Prix littérairesModifier

ŒuvresModifier

Œuvre littéraireModifier

Sous le peudonyme de MelmothModifier

  • Being, roman, Christian Bourgois, 1969

Sous le nom pseudonyme de Dashiell HedayatModifier

  • Le Bleu le bleu, roman, Christian Bourgois, 1971
  • Le Livre des morts-vivants, roman, Christian Bourgois, 1972
  • Selva Oscura, roman, Flammarion, 1974
    • réécrit sous le nom de Jack-alain Léger, Julliard, 1991.
  • Jeux d'intérieur au bord de l'océan, roman, Christian Bourgois, 1979

Sous le pseudonyme de Jack-Alain LégerModifier

  • Mon premier amour, roman, Grasset, 1973
  • Un ciel si fragile, roman, Grasset, 1975
    • réédition, Gallimard, coll. « Folio » no 2074, 1989
  • ZOO... oh... oh..., contes, Grasset, 1975.
  • Monsignore, roman, Laffont, 1976
    • réédition, LGF, coll. « Le Livre de poche » no 4972, 1977
    • réédition avec Monsignore II, un volume, Julliard, 1994
  • Capriccio, roman, Laffont, 1978
    • réédition, Julliard, 1995
  • L'Heure du Tigre, roman, Laffont, coll. « Best-sellers », 1980
    • réédition, La Table Ronde, 1990
    • réédition, Payot & Rivages, coll. « Rivage poche » no 578, 2007
  • Monsignore II, roman, Laffont, 1981
    • réédition Julliard, 1991
  • Autoportrait au loup, autobiographie, Flammarion, 1982
  • Ocean Boulevard, roman, Flammarion, 1982
  • Pacific Palisades, roman, Flammarion, 1984
    • réédition, Gallimard, coll. « Folio » no 1930, 1988
  • Clips, inédit, extraits parus dans L'Infini no 22, Gallimard, 1988
  • Wanderweg, roman, Gallimard, 1986.
  • Le Siècle des ténèbres, roman, Olivier Orban, 1989
    • réédition, Ancrage, 2000
    • réédition Denoël, 2004
  • Le Roman, roman, Olivier Orban, 1991
    • réédition Denoël, 2004
  • Les Souliers rouges de la duchesse, roman, Francois Bourin, 1992
  • Le Duo du II, théâtre, Bernard Dumerchez, 1993
  • Jacob Jacobi, roman, Julliard, 1993
    • réédition, Pocket no 4196, 1995
  • La gloire est le deuil éclatant du bonheur, roman, Julliard, 1995
  • Selva Oscura, roman, Julliard, 1995
  • L'Autre Falstaff, roman, Mercure de France, 1996
    • réédition, Gallimard, coll. « Folio » no 3069, 1998
  • Ma vie (titre provisoire), autobiographie, Salvy, 1997
  • Maestranza: ni essai ni roman, ce qu'on voudra, Gallimard, coll. « L'arpenteur », 2000
  • « Lisa Santos Silva », texte paru dans L'Infini no 82, Gallimard, 2003
  • On en est là. Roman (sorte de), Denoël, 2003
  • Tartuffe fait ramadan, pamphlet, Denoël, 2003
  • À contre Coran, pamphlet, Hors Commerce, coll. « Hors de moi », 2004
  • Hé bien ! la guerre, recueil de textes, Denoël, 2006
  • Les Aurochs et les Anges, autobiographie, Payot & Rivages, 2007
  • Zanzaro circus, autobiographie, L'Éditeur, 2011
  • Place de l'Opéra, recueil de textes, éditions Cartouche, coll. « Opéra », 2012

Sous le pseudonyme d’Ève Saint-RochModifier

  • Prima Donna, roman, Stock, 1988

Sous le pseudonyme de Paul SmaïlModifier

  • Vivre me tue, roman, Balland, 1997
    • réédition, J'ai lu, coll. « Roman » no 4951, 1998
    • réédition, Balland, 2003
    • réédition, éditions Cartouche, coll. « Les modernes », 2010
  • Casa, la casa, roman, Balland, 1998
    • réédition, éditions Cartouche, coll. « Les modernes », 2010
  • La Passion selon moi, roman, Laffont, 1999
    • réédition, J'ai lu no 6479, 2003
  • Ali le Magnifique, roman, Denoël, 2001
    • réédition, J'ai lu no 6780, 2003

DiscographieModifier

Sous le pseudonyme de MelmothModifier

  • La Devanture des ivresses, Arion (30 T 079), 1969[33]. Réédition CD : Wagram, 1994[34].

Sous le pseudonyme de Dashiell HedayatModifier

Adaptations cinématographiquesModifier

BibliographieModifier

Notes et référencesModifier

  1. « Décès de l'écrivain Jack-Alain Léger », Libération,‎ 18 juillet2013 (lire en ligne).
  2. Jack-Alain Léger, Autoportrait au loup, « Avant-propos », p. 11.
  3. Autoportrait au loup, Flammarion, 1982.
  4. Les Aurochs & Les Anges, Rivages, 2007.
  5. Les blessures d'enfance de l'écrivain Jack-Alain Léger dans Café Picouly
  6. a et b « Jack-Alain Léger, un homme en mélancolère », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  7. Jack-Alain Léger dans La Grande librairie, 2011.
  8. a b et c « Entretien sur France Inter », sur France Inter, .
  9. a b c d et e Raphaëlle Leyris, « L'écrivain Jack-Alain Léger s'est donné la mort », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  10. a et b Marie-Dominique Lelièvre, « Comme une plume », Libération,‎ (lire en ligne)
  11. Discorama, 1971
  12. a b et c Baptiste Liger, « Jack-Alain Léger écrivain maudit », Lire,
  13. Bibliographie de l'auteur dans L'Autre Falstaff paru au Mercure de France.
  14. « Jack-Alain Léger: J'étais démoli par les gens de lettres », Le Figaro,‎ (lire en ligne, consulté en 3).
  15. a et b « Entretien avec Thierry Ardisson dans Tout le monde en parle », .
  16. Astrid De Larminat, « Jack-Alain Léger, grand écrivain maudit s'est donné la mort », Le Figaro,‎ (ien web).
  17. Emission du 17 septembre 1982.
  18. « Jack-Alain Léger, « La pègre des Lettres » », Libération,‎ (lire en ligne).
  19. Le Figaro, 19 juillet 2013
  20. a et b L'express, 01/02/2006
  21. Juliette Cua, « Les grandes impostures littéraires », L'Express,
  22. Christophe Ono-dit-Biot, « Monsieur Alias », Le Point,
  23. Pierre Assouline, « Jack-Alain Léger : pas d'autres vies que la sienne », La République des Lettres, 2 août 2013.
  24. « Les habits neufs du fondamentalisme », L'Hebdo,
  25. 10 septembre 2009
  26. Libération, 18/07/2013.
  27. a et b Le Nouvel Obs, 18/07/2013
  28. 17 février 2013
  29. Le Figaro, 19/07/2013.
  30. Libération, 23 septembre 2000.
  31. Hommage à Jack-Alain Léger au CNL
  32. liste des Prix Renaudot des Lycéens sur prix-litteraires.net
  33. Notice Rate Your Music
  34. Notice Rate Your Music
  35. Notice Rate Your Music
  36. Notice Rate Your Music
  37. Accessible en ligne

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :