Jaan Kaplinski

écrivain et traducteur estonien
Jaan Kaplinski
Description de cette image, également commentée ci-après
Jaan Kaplinski au Festival de littérature de Tallinn en 2009.
Naissance
Tartu, Drapeau de l'Estonie Estonie
Décès (à 80 ans)
Tartu, Estonie
Distinctions
Auteur
Langue d’écriture Estonien, finnois, anglais
Genres
Poésie, roman, théâtre, essai, littérature de jeunesse, science-fiction

Jaan Kaplinski, né le à Tartu en Estonie et mort le dans la même ville[1], est un écrivain et intellectuel estonien, poète, romancier, essayiste et traducteur. C'est l'un des auteurs estoniens les plus connus et les plus traduits au début du XXIe siècle[2]. Il a été lauréat en 2016 du prix européen de littérature.

BiographieModifier

Jaan Kaplinski naît le en 1941 à Tartu en Estonie[3]. Son père Jerzy Kaplinski (et), linguiste polonais, est arrêté par le NKVD et meurt en 1943 dans un camp du Goulag ; sa mère Nora Raudsepp-Kaplinski (et), philologue estonienne francophone[4]. Il étudie la linguistique et le français à l'université de Tartu, et s'intéresse à la philosophie, à l'anthropologie, à l'écologie et aux religions traditionnelles[4],[2]. Il exerce tour à tour les métiers de linguiste, d'éditeur, de sociologue, et de botaniste au Jardin botanique de Tallinn. Son épouse, Tiia Toomet, est elle-même écrivain[2].

Les premières publications de Jaan Kaplinski sont des recueils de poèmes qui paraissent dans les années 1960, période de renouveau de la littérature estonienne[4]. Il y accorde une place importante à la nature et à l'influence des religions asiatiques, notamment le bouddhisme. Au fil du temps, Kaplinski aborde des formes poétiques très diverses et écrit aussi des poèmes en anglais et en finnois, ainsi que dans la langue régionale du sud de l'Estonie, le võro-seto[2]. Il commence aussi à publier des essais philosophiques en parallèle avec sa poésie, une pièce de théâtre (Le Jour des quatre rois, 1977), et se met assez tard à la prose à la fin des années 1980, avec un poème en prose, Läbi metsa (Dans les bois) puis des écrits autobiographiques, Kust tuli öö (Là d'où vint la nuit, 1990)[4],[2]. Il publie également des récits pour enfants, et il réalise plusieurs traductions vers l'estonien, notamment Alain-Fournier, André Gide et les poèmes de Tomas Tranströmer[4],[2]. À la fin des années 1990, il publie aussi des récits de science-fiction : Silm (L'Œil) en 1999, puis Hektor en 2000 qui lui valent le prix littéraire de la Fondation culturelle d'Estonie[2]. En 2007, il publie un roman en partie autobiographique, Seesama jõgi (Le Même Fleuve).

Il meurt le à Tartu de la maladie de Charcot[3].

ŒuvreModifier

Recueils de poèmesModifier

  • 1965 : Les Traces au bord de la source (Jäljed allikal )
  • 1966 : Kalad punuvad pesi
  • 1967 : De la poussière et des couleurs (Tolmust ja värvidest)
  • 1972 : Valge joon Võrumaa kohale
  • 1976 : Ma vaatasin päikese aknasse
  • 1977 : Uute kivide kasvamine
  • 1982 : Raske on kergeks saada
  • 1984 : Tule tagasi helmemänd
  • 1985 : Le Soir ramène tout (Õhtu toob tagasi kõik
  • 1986 : Käoraamat. Luulet 1956-1980 (anthologie)
  • 1990 : Hinge tagasitulek
  • 1991 : Un bout de vie vécue. Textes 1986-1989 (Tükk elatud elu. Tekste 1986-1989)
  • 1995 : Plusieurs étés, plusieurs printemps (Mitu suve ja kevadet )
  • 1998 : Öölinnud. Öömõtted. Luuletusi 1995-1997
  • 2002 : Le Désir de la poussière, choix et traduction par Antoine Chalvin, édition bilingue, Marseille, Riveneuve.
  • 2005 : Sõnad sõnatusse (poèmes en estonien et en russe)
  • 2005 : Vaikus saab värvideks
  • 2008 : Teiselpool järve
  • 2016 : Raske on kergeks saada / Difficile de devenir léger (édition bilingue) collection Passerelles en poésie, Paradigme Orléans, France

ThéâtreModifier

  • 1977 : Le Jour des quatre rois (Neljakuningapäev)
  • 1980 : Liblikas ja peegel

Fictions et écrits en proseModifier

  • 1990 : Là d'où vint la nuit (Kust tuli öö)
  • 1990 : Le Nouveau Monde (essai)
  • 1993 : Teekond Ayia Triadasse (récit de voyage)
  • 1995 : La Glace et le Titanic (Jää ja Titanic, essai)
  • 2000 : Kevad kahel rannikul ehk Tundeline teekond Ameerikasse (récit de voyage)
  • 2000 : L'Œil / Hektor (Silm / Hektor, récits de science-fiction)
  • 2003 : Isale
  • 2007 : Le Même Fleuve (Seesama jõgi, roman autobiographique)
  • 2009 : Jää ...

Livres pour enfantsModifier

  • 1975, avec Tiia Toomet : Kuhu need värvid jäävad
  • 1977 : Udujutt
  • 1977 : Kes mida sööb, kes keda sööb
  • 1980 : Jänes
  • 1987 : Jalgrataste talveuni
  • 2005 : Kaks päikest
  • 2006 : Põhjatuul ja lõunatuul

DistinctionsModifier

Notes et référencesModifier

  1. Antoine Chalvin, « La mort de l'écrivain estonien Jaan Kaplinski », sur Le Monde, (consulté le ).
  2. a b c d e f g et h Présentation de Jaan Kaplinski sur le site du Centre d'information sur la littérature estonienne. Texte mis en ligne en 2003. Page consultée le 11 août 2012.
  3. a et b « La mort de l’écrivain estonien Jaan Kaplinski », Le Monde, Paris,‎ (lire en ligne  , consulté le ).
  4. a b c d e f et g Présentation de Jaan Kaplinski par Antoine Chalvin sur le site litterature-estonienne.com. Page consultée le 11 août 2012.
  5. (fi) « Le prix Eino Leino (Eino Leinon palkinto) », kustantajat.fi (consulté le )

AnnexesModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier