Iwan Knorr

compositeur et professeur de musique

Iwan Knorr (Pseudonyme d’Ivan Otto Armand ; Mewe ou Marienwerder, Francfort) est un compositeur et pédagogue allemand.

Iwan Knorr
Image dans Infobox.
Iwan Knorr (1901).
Biographie
Naissance
Décès
Pseudonyme
Ivan Otto ArmandVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Université de musique et du spectacle vivant de Francfort-sur-le-Main (en), Conservatoire HochVoir et modifier les données sur Wikidata
Instrument
Maîtres

BiographieModifier

Armand Knorr, son père, exerçait la profession de photographe. La famille se rend en Russie lorsqu'il est un petit garçon de trois ans et de Riga déménage en Allemagne en 1867 pour s'installer à Leipzig. Ivan a 15 ans et fréquente le lycée. Il reçoit les premier cours de piano de sa mère.

Il entre au Conservatoire de Leipzig et étudie avec Ignaz Moscheles (piano) et Ernst Friedrich Richter et Carl Reinecke (théorie). Son opus 1 de 1873 est un trio avec piano. Ses autres Professeurs sont Salomon Jadassohn, Oscar Paul, Theodor Coccius et Robert Papperitz. Parmi ses camarades de classe figurent des noms connus : Hermann Kretzschmar, Paul Klengel, Edmund Röthlisberger et Karl Muck, un temps considéré comme le meilleur pianiste du Conservatoire de Leipzig.

En 1874, Knorr est nommé professeur de musique du Kaiserlichen Dameninstitut de Kharkov, retourne en Russie. En 1878, il est nommé en outre de ses activités de directeur de l'Enseignement théorique à Kharkov, à la société Impériale Russe de Musique. À partir de cette période, il passe les deux mois d'été en Allemagne avec sa famille. En 1877, il envoie à Johannes Brahms à Vienne ses Variations pour orchestre sur une chanson ukrainienne « avec une demande de jugement sincère ». La réponse de Brahms fut : « en tout état de cause, il dispose du côté agréable, et l'on peut attendre le meilleur de son créateur ». C'était, pour Knorr, bien sûr, un puissant mobile pour d'autres compositions. Suivent, entre autres, un Quintette avec piano, des Variations et Fugue sur une chanson populaire un russe également envoyées à Brahms, qui lui a rapidement répondu avec suggestions bienveillantes. Le Quintette a été publié plus tard, probablement en raison de la lettre de Brahms, et à Francfort remanié en Quatuor et publié dans cette version comme opus 3. À la fin de , incité par Brahms, la représentation des Variations dirigée par Friedrich Hegar, à Zurich. Knorr n'avait alors qu'une envie : celle de revenir en Allemagne. Brahms l'aide en recommandant le jeune artiste à ses amis : Franz Stockhausen à Strasbourg, Franz Wüllner à Dresde et Bernhard Scholz. Le temps était venu de déménager de Kharkov à Francfort.

 
La façade du Conservatoire Hoch de Francfort en 1900.

En 1883, Knorr est nommé professeur de piano au Conservatoire Hoch de Francfort, lorsque Bernhard Scholz en est le directeur, juste après la mort de Joachim Raff. Ainsi commence la deuxième période de sa vie, dans laquelle en tant qu'artiste créateur et éducateur parvenu à sa maturité, il se fond dans l'animation des échanges avec des artistes tels que Bernard Scholz, Clara Schumann, Lazzaro Uzielli, Ernst Engesser, Fritz Bassermann et de nombreux autres. Le nombre d'élèves du Conservatoire au cours de l'année 1884/85 était de : 127 dames et 62 hommes, soit 189 étudiants. Le séminaire associé au Conservatoire a été suivie par : 6 garçons et 16 filles. À partir de 1888, il prend en plus les classes de théorie et d'histoire de la Musique, et de libre composition. En 1895, il est nommé professeur royal. En 1908, après la démission de Scholz de son poste de directeur, Knorr prend sa suite.

Sous le patronage du Landgrave de Hesse, Knorr crée en 1908 une bourse afin de soutenir les élèves les plus démunis.

En 1880 à Kharkov, Knorr épouse Marie de Schidlowsky.


Œuvres (Sélection)Modifier

Moritz Bauer, dans la nécrologie de Knorr, divise les œuvres en trois périodes créatrices :

  1. 1873-1889 : époque de Kharkov et des premiers temps à Francfort. S'étend du premier Trio jusqu'à l'Ukrainische Liebeslieder. Cette période marqué par la préférence pour la musique de chambre est extrêmement fertile.
  2. 1890, jusqu'à 1904 : période caractérisée par une tendance pour les compositions orchestrales et grandes formes, en particulier la forme de suites et trouve son apogée dans la Scène de Maria, le Sinfonischen Phantasie, de la Fee Ogliana, la Suite en si majeur, et s'étend jusqu'à l'époque de la création du premier Opéra.
  3. 1905-1916 : comprend les œuvres majeures comme die Marien-Legende, et deux opéras et la Passacaille et Fugue pour orchestre.

Les numéros d'opus ne correspondent pas à la chronologie de composition.

  • Variations sur un Thème de Robert Schumann pour Trio avec piano, op. 1
  • Quatuor avec piano en mi-bémol majeur, op. 3
  • Ukrainische Liebeslieder pour quatuor vocal et piano, op. 5
  • Variations sur une chanson populaire ukrainienne, pour orchestre, op. 7 (Breitkopf & Härtel, 1891)
  • Variations sur une chanson populaire russe pour deux pianos, op. 8
  • 8 Chansons pour chœur mixte, op. 11
  • Symphonische Fantasie, op. 12, 1899
  • Sérénade en ré majeur, pour orchestre, op. 17
  • Dunja, opéra en 2 actes, op. 18 (Créé en 1904 à Coblence)
  • Suite pour orchestre, Aus der Ukraine, op. 20
  • Die Hochzeit [Le Mariage], Opéra (1907 à Prague)
  • Durchs Fenster, Opéra en un acte (1908 à Karlsruhe)

PublicationsModifier

Élèves (Sélection)Modifier

BibliographieModifier

  • Moritz Bauer, Ivan Knorr. Nécrologie avec catalogue. Dans : Das Hoch’sche Konservatorium in Frankfurt am Main, le rapport annuel de 1915/16, Francfort/Main, 1916, p. 9-39. PDF
  • (de) Thomas-M. Langner, « Knorr, Iwan (Pseudonym I. O. Armand) », dans Neue Deutsche Biographie (NDB), vol. 12, Berlin 1980, Duncker & Humblot, p. 221–222 (original numérisé). (À l'Impression, avec un vrai Sterbejahr 1916, en Ligne de Texte contenant un Sterbejahr 1910)

Notes et référencesModifier

(de) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en allemand intitulé « Iwan Knorr » (voir la liste des auteurs).

Liens externesModifier